CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

25 mai 2012

Comment se constituent les communautés de parasites dans les îles

 

Il est particulièrement difficile de reconstituer l'histoire évolutive des parasites. Une équipe franco-espagnole impliquant notamment des chercheurs du Laboratoire Evolution et Diversité Biologique (CNRS/ Université Toulouse 3/Ecole nationale formation agronomique) vient, grâce à des analyses phylogénétiques moléculaires, de reconstruire le parcours et l'évolution de plusieurs lignées de parasites sanguins présents chez des oiseaux endémiques des îles Mascareignes. Les résultats sont publiés dans la revue Molecular Ecology.

 

Malgré de nombreuses recherches, on ne sait finalement que peu de choses sur l'origine des communautés de parasites, leur édification au fil du temps et la manière dont les parasites changent d'hôte ou d'aire géographique. Les chercheurs se sont intéressés à un groupe de parasites sanguins qui prennent des oiseaux pour hôtes intermédiaires, notamment les oiseaux-lunettes endémiques de l’archipel des Mascareignes (La Réunion, Maurice, Rodrigues). Ils ont comparé les profils génétiques de parasites présents dans le sang des oiseaux des Mascareignes avec ceux qu'ils ont trouvés chez des oiseaux-lunettes d’autres îles de l’océan Indien et de nombreuses autres autres espèces d'oiseaux du monde entier.


En tirant parti de la connaissance de l’histoire biogéographique des oiseaux-lunettes qu’ils ont acquise au cours de travaux précédents, les chercheurs ont établi que la diversité des parasites retrouvée chez les oiseaux des îles s'explique par une combinaison de deux processus : des immigrations multiples suivies dans certains cas de radiations évolutives. Ainsi, deux lignées de parasites très riches en espèces semblent avoir été présentes dans l'archipel depuis plus d’un million d’années et s’y être diversifiées depuis leur arrivée tandis qu’une autre lignée s'est implantée plus récemment, probablement apportée par un oiseau infecté introduit par les humains. Réussir à mettre en lumière les processus par lesquels des parasites s'installent chez telle espèce ou à tel endroit est particulièrement important dans un contexte où la nécessité de comprendre les mécanismes qui déterminent l'émergence de nouvelles maladies n'a jamais été aussi grande.

 

oiseau

Un oiseau-lunettes photographié sur l'île de la Réunion ©Joris Bertrand

 

Référence

The role of immigration and in-situ radiation in explaining blood parasite assemblages in an island bird clade, Molecular Ecology, Josselin Cornuault, Anaïs Bataillard, Ben H. Warren, Amélie Lootvoet, Pascal Mirleau, Thomas Duval, Borja Milá, Christophe Thébaud & Philipp Heeb.

 

Contact chercheur
Josselin CORNUAULT, Laboratoire Evolution et Diversité Biologique (UMR 5174 CNRS / Université Paul Sabatier / Ecole nationale de formation agronomique), Université Paul Sabatier, Bâtiment 4R1, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 9. Tél. : 05 61 55 67 58. Email : joss.cornuault@gmail.com

 

Contact communication
Nathalie BOUDET, Service communication CNRS Midi Pyrénées - nathalie.boudet@dr14.cnrs.fr

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits