CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

 

19 décembre 2012

Comment un termite français est devenu américain

termite

Décrit dans les années 1920, le termite de Saintonge, Reticulitermes santonensis, est l’une des six espèces de termites présentes sur le territoire français. Des chercheurs de l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte (CNRS/Université de Tours) viennent de montrer, analyses génétiques à l’appui, que cet insecte appartient en réalité à l’espèce de termites la plus répandue aux Etats-Unis, R. flavipes, et serait plus précisément originaire du sud de la Louisiane.

En savoir plus

 

14 décembre 2012

Combien y a-t-il d'espèces d'arthropodes dans une forêt tropicale ?

arthropode

Dans une étude publiée dans le numéro de Science du 14 décembre, une équipe internationale à laquelle ont participé plusieurs chercheurs français décrit, avec une précision inédite, la diversité des arthropodes vivant dans une forêt tropicale. Cet article est le fruit de près d'une décennie de travaux qui ont mobilisé une centaine de scientifiques de par le monde.

En savoir plus

 

11 décembre 2012

Chez l’homme, avoir un aîné est-il un atout ou un handicap ?

breve

Si avoir des frères et sœurs aînés augmente les chances de survie dans l’enfance, les effets de la fratrie à long terme ne sont pas forcément positifs pour les individus. C’est ce que révèle l’analyse d’une population rurale finlandaise des 18e et 19e siècles, réalisée par des chercheurs de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (CNRS/Université Montpellier II/IRD) en partenariat avec l’université de Sheffield, au Royaume-Uni.

En savoir plus

 

9 décembre 2012

Quand un poisson se met à chasser le pigeon...

silure

Dans un article publié par PLoS ONE, une équipe française regroupant des membres de deux laboratoires, le laboratoire évolution et diversité biologique, (CNRS/Univ Toulouse3/Ecole nationale formation agronomique et le laboratoire d'écologie fonctionnelle et environnement (CNRS/Univ Toulouse3/ INP Toulouse/ INRA) rapporte un comportement de prédation jamais vu jusqu'à présent : des silures qui sortent brièvement de l'eau pour attraper des pigeons.

En savoir plus

 

29 novembre 2012

Le séquençage haut-débit au secours de l’éléphant de Bornéo

elephants de bornéo

L’éléphant de Bornéo est l’espèce d’éléphants asiatiques la plus menacée, avec 2000 individus à peine répartis dans le nord de l’île. En utilisant en parallèle deux techniques de séquençage haut-débit, des chercheurs du laboratoire Evolution et diversité biologique (CNRS/Université Toulouse3/ENFA) ont pu effectuer une des premières analyses de génome complet d’une espèce en danger. Une aide précieuse pour de futures opérations de conservation.

En savoir plus

 

27 novembre 2012

Des codes-barres génétiques pour sortir les protistes de l’ombre

breve de vargas

Ils sont partout mais peu de gens les connaissent. Les protistes sont ces organismes unicellulaires qui, comme les plantes ou les animaux auxquels ils ont donné naissance, renferment leur matériel génétique dans un noyau contenu dans la cellule. Pour faire la lumière sur ce pan de la biodiversité, un consortium international s’est lancé dans une vaste entreprise de classification des protistes à l’aide des techniques de séquençage ADN haut-débit. Cette étude implique le laboratoire Adaptation et diversité en milieu marin (CNRS/UPMC).

En savoir plus

 

26 novembre 2012

Une enzyme à l’origine des cyanobactéries « caméléons »

cyano

La lumière est une source d’énergie essentielle à la photosynthèse, sur terre comme dans la mer. Certaines cyanobactéries océaniques, les plus petits représentants du phytoplancton, sont même capables d’« adaptation chromatique » : elles peuvent modifier leur pigmentation selon la couleur de la lumière ambiante. Des chercheurs du laboratoire Adaptation et diversité en milieu marin (CNRS/UPMC) viennent de découvrir l'enzyme qui leur confère cette remarquable plasticité.

En savoir plus

 

23 novembre 2012

De quoi dépend le caractère cumulatif de la culture humaine ?

derex

Il n’y a pas que les sciences humaines qui s’intéressent aux mécanismes d’apprentissage chez l’homme. Des biologistes de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (CNRS/Université Montpellier2/IRD) viennent de montrer, en laboratoire, que l’imitation était une composante indispensable de la culture humaine dite « cumulative ».

En savoir plus

 

14 novembre 2012

Oiseaux : quand la force du réseau social conditionne la survie des nichées

breve heeb

Des chercheurs ont filmé en caméra infra-rouge des nichées de mésanges charbonnières et ont analysé l’ensemble des interactions entre les individus. Où l’on découvre que les jeunes des nichées les plus actives sont ceux qui ont le plus de chance de survie une fois qu’ils ont quitté le nid.

En savoir plus

 

13 novembre 2012

Le pH de l'eau impacte la formation du squelette de certaines micro-algues

breve lopez

Les diatomées, ces algues unicellulaires de couleur brune présentes dans tous les océans du globe, mais aussi dans les rivières, se caractérisent par leur exosquelette en verre. Des chercheurs ont montré que l'acidification du pH de leur environnement impactait directement la vitesse de formation et l'architecture de cette enveloppe.

En savoir plus

 

12 novembre 2012

Impact des invasions biologiques : bilan et défis à venir

martin_breve

Suggérer qu’une espèce introduite peut constituer une menace pour son nouvel écosystème constitue-t-il un biais xénophobe ? Alors que l’utilité même de l’étude des invasions biologiques est remise en cause, des chercheurs en écologie et en sciences humaines ont dressé un bilan des connaissances dans ce domaine et des efforts qui restent à faire.

En savoir plus

 

5 novembre 2012

L'hibernation d'un rongeur des Rocheuses affectée par le changement climatique

spermophile

Le spermophile du Columbia, un rongeur des montagnes Rocheuses, a vu sa sortie d’hibernation reculer de 10 jours ces vingt dernières années, d’après une étude menée par des chercheurs du CEFE de Montpellier. La cause de ce retard ? Une multiplication des tempêtes de neige de fin de printemps.

En savoir plus

 

 

31 octobre 2012

Quand le dynamisme des populations de cerfs fait décliner les populations d’oiseaux forestiers

cerf

Si les forêts nord-américaines sont plus silencieuses au printemps, les responsables pourraient en être les cerfs. Des données recueillies par les chercheurs du Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE - CNRS/Université Montpellier 1, 2, 3/ MONTPELLIER SUPAGRO/CIRAD/IRD/INRA), entre 1966 et 2009, suggèrent que le retour massif de ces animaux pourrait s’être fait au détriment de nombreuses populations d’oiseaux.

En savoir plus

 

30 octobre 2012

Les acanthaires, « voleurs » de micro-algues dans les océans

breve

L'association entre ces deux organismes du plancton se retrouve dans toutes les mers du globe, révèle une étude des chercheurs de la Station biologique de Roscoff (CNRS/UMPC). Toutefois elle semble se faire essentiellement au profit des premiers qui kidnappent et exploitent les secondes pour bénéficier des produits de la photosynthèse.

En savoir plus

 

 

29 octobre 2012

Les articles scientifiques resoumis sont davantage cités

berve calcagno

On mesure l’impact d’une publication scientifique au nombre de citations qu’elle suscite. Mais qui connaît l’histoire de l’article avant qu’il ne soit publié ? Des chercheurs français se sont intéressés aux processus précédant la parution. Ils ont découvert que, de façon inattendue, les articles soumis à un autre journal avant publication donnent lieu à plus de citations.

En savoir plus

 

 

 

22 octobre 2012

Une étude internationale révèle que les bactéries océaniques sont très différentes d’un pôle à l’autre

bacteries

Une campagne de prélèvements menée dans les océans du globe par six pays, dont la France, révèle une répartition géographique surprenante des populations bactériennes. Contre toute attente, et malgré des conditions climatiques proches, les pôles partagent moins de 25% d’espèces bactériennes identiques.

En savoir plus

 

 

19 octobre 2012

Les étonnantes stratégies des flamants roses et des pétrels tempête

breve_pradel

Grâce à l’exploitation de longues séries de données, de nouvelles dynamiques de population ont pu être mises en évidence chez les oiseaux marins. Les jeunes flamants roses peuvent choisir de migrer ou de rester sédentaires, mais restent ensuite fidèles à leur lieu d'hivernage. Quant aux pétrels tempête, deux études montrent qu'ils reconnaissent leur congénères à l'odeur, et que des nids artificiels les protègent efficacement des goélands. Ces résultats ont été obtenus dans le cadre du programme Marie Curie « Materglobe » au Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE) (CNRS/Université Montpellier 2), et distingués par leurs journaux de publication respectifs.

En savoir plus

 

19 octobre 2012

Le transfert horizontal des gènes, un outil pour reconstituer l’« arbre » des espèces

daubin1

Il n’y a pas que la transmission génétique de parent à enfant. Le transfert « horizontal » de gènes entre deux individus est loin d’être négligeable chez les organismes unicellulaires, et notamment les bactéries et les archées. Grâce à ce phénomène, une équipe de chercheurs du laboratoire de Biométrie et biologie évolutive de Lyon (CNRS/Université Claude Bernard Lyon1/INRIA/Hospices civils de Lyon) a mis au point un modèle informatique permettant de reconstituer l’arbre « généalogique » d’un groupe d’espèces. A terme, c’est tout l’arbre du vivant qui pourrait être ainsi reconstitué.

En savoir plus

 

12 octobre 2012

Découverte d'une symbiose algue-cyanobactérie

breve aulot

Un échange d'azote et de carbone entre une cyanobactérie et une algue unicellulaire est révélé pour la première fois dans des échantillons prélevés dans l'océan Pacifique. Les résultats sont publiés dans la revue Science du 21 septembre par une équipe internationale impliquant un chercheur de la Station biologique de Roscoff (CNRS et Université Pierre et Marie Curie Paris 6). 

En savoir plus

 

 

 

24 septembre 2012

Quand les anneaux des arbres racontent les pollutions passées

arbres

Dans une étude publiée par la revue Environmental Science & Technology, une équipe internationale impliquant le laboratoire Chrono-environnement (CNRS / Université de Franche-Comté / INRA / INRAP / CEA / Ministère de la Culture et de la Communication), a montré qu'il était possible de retrouver, dans les anneaux de croissance annuels d'arbres proches d'un site industriel, la trace de pollutions par des solvants contenant du chlore.

En savoir plus

 

11 septembre 2012

Quand le climat favorise l'émergence d'innovations culturelles

momie

L'existence de pratiques culturelles complexes dans des groupes de chasseurs-cueilleurs pose d'intéressantes questions sur les raisons qui en favorisent l'apparition. Une étude publiée par les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), à laquelle a participé un chercheur de l'Institut des sciences de l'évolution de Montpellier (CNRS/Université Montpellier 2/IRD), vient de montrer qu'il y a 7 000 ans dans le désert de l'Atacama, une période climatique relativement humide a pu déclencher le développement d’une culture complexe incluant les plus anciens exemples connus de momification rituelle.

En savoir plus

 

 

7 septembre 2012

Combattre ou tolérer ? Ou comment on peut mourir de trop se défendre

parasitisme

Dans une étude publiée par PLoS Pathogens, une équipe française des laboratoires Écologie et biologie des interactions (CNRS/Université de Poitiers) et Évolution et diversité biologique (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier/ENFA) a exploré les stratégies de transmission d'une bactérie parasite. Ce travail a montré qu'en étant implantée chez une autre espèce que son hôte naturel, cette bactérie devenait fatale : le nouvel hôte, à trop se défendre contre un parasite inconnu, provoque sa propre mort !

En savoir plus

 

7 septembre 2012

La génétique dévoile l’histoire évolutive du Tuit tuit

tuit tuit

Des chercheurs du laboratoire Évolution et diversité biologique (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier/ENFA) en collaboration avec l’Instituto Gulbenkian de Ciência à Lisbonne et la Société d’Etudes Ornithologiques de La Réunion (SEOR) ont retracé l’histoire évolutive et démographique d’un oiseau en danger critique d’extinction sur l’île de La Réunion. D’après leur étude publiée dans PLoS ONE en août 2012, l’Homme est bien responsable du déclin récent de cette espèce. Mais les données génétiques accusent également un ou plusieurs évènements climatiques de grande envergure, antérieur à la colonisation de l’île par l’Homme.

En savoir plus

 

16 août 2012

Chez le figuier, le mâle imite l'odeur de la femelle pour assurer la pollinisation

figuier

Une équipe dirigée par des chercheurs du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS/Universités de Montpellier 1, 2, 3/Université de Nîmes/SupAgro/Cirad/ EPHE/IRD/INRA) vient de mettre en évidence un cas de mimétisme chimique particulièrement élaboré chez le figuier méditerranéen. Les guêpes qui pollinisent cette espèce n'ayant rien à gagner à visiter les arbres femelles, les arbres mâles modifient l'odeur qu'ils émettent, de manière à ce que les insectes ne puissent pas distinguer les sexes. Une étude publiée dans Ecology Letters.

En savoir plus

 

8 août 2012

Les symbioses entre fourmis arboricoles et plantes comprennent aussi des champignons

fourmi

Les symbioses plantes-fourmis dans les écosystèmes tropicaux ont longtemps été considérées comme des purs ménages à deux. Aujourd'hui, on pense que d'autres organismes leur sont associés et une étude dirigée par des chercheurs du Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS / Universités de Montpellier 1, 2, 3 et Université de Nîmes / SupAgro / Cirad / EPHE / IRD / INRA), montre que des fourmis arboricoles consomment des champignons poussant dans les structures creuses des plantes qu'elles habitent. Ce travail vient d'être publié dans les Proceedings of the Royal Society B.

En savoir plus

 

3 août 2012

Retracer l'origine de la déforestation dans le nord de Madagascar avec... l'ADN de lémuriens

madagascar

Des chercheurs du laboratoire Évolution et diversité biologique (CNRS/Université Toulouse 3 / ENFA) en collaboration avec l’unité Aménagement, développement, environnement, santé et société (CNRS/Universités Bordeaux 2 et 3/Ministère culture et communication/ENSAPB/Bordeaux Sciences Agro/INRA/IEP Bordeaux) et l’Institut Gulbenkian de science à Lisbonne ont exploré l'histoire des paysages du nord de Madagascar à travers celle d'un lémurien. Leurs travaux, récemment publiés dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), montrent que les habitats ouverts de cette région sont antérieurs à l'arrivée de l'homme sur l'île et ne résultent donc pas d'une déforestation humaine.

En savoir plus

 

30 juillet 2012

Comment le manchot royal réagit au dérangement humain

manchotroyal

La question est primordiale pour les écologues : comment les perturbations engendrées par la présence de l'homme (qu'il soit touriste ou chercheur) influent-elles sur un écosystème étudié ? Pour tenter d'y répondre, une équipe du Département Ecologie, Physiologie et Ethologie de l'Institut pluridisciplinaire Hubert Curien (CNRS/Université de Strasbourg) a étudié la réponse au stress de manchots royaux d'une colonie des îles Crozet soumise à la présence humaine depuis près d’un demi-siècle. Un travail publié par la revue BMC Ecology.

En savoir plus

 

18 juillet 2012

Un premier modèle de co-évolution gène-culture autour du maïs mis à jour chez les populations amérindiennes

mais

L’origine de l’agriculture remonte à une période d’environ 10 000 ans, au cours du Néolithique, avec les premiers indices de domestication d’espèces animales et végétales. Dès lors, son développement a induit un modelage du patrimoine génétique humain, qui s’est adapté à de nouvelles formes d’alimentation. Certaines formes de gènes, comme par exemple celles qui confèrent un avantage lors de l’absorption d’aliments comme le lactose ou l’alcool, ont été fixées dans le patrimoine génétique humain tel que nous en héritons aujourd’hui. Notre patrimoine génétique est donc, en retour, un témoignage de l’histoire agricole. Une publication parue le 21 juin dans la revue Plos One en livre un exemple par la mise en évidence d’un phénomène de co-évolution gène-culture entre le genre végétal Zea, qui regroupe le maïs et sa forme sauvage la téosinte, et le patrimoine génétique de populations d’Amérique centrale.

En savoir plus

 

18 juillet 2012

Papillons et lézards valident le concept du Métatron

breve_clobert

Une étude pilote, menée sur des populations de papillons et de lézards, vient valider le principe de fonctionnement du Métatron, plate-forme de recherche unique au monde dédiée à l’étude du déplacement d’individus soumis à des changements environnementaux. Ces travaux, conduits par une équipe de chercheurs de la Station d’écologie expérimentale du CNRS à Moulis en Ariège, du Muséum national d’Histoire naturelle (Paris) et du laboratoire Evolution et diversité biologique (Université Toulouse III – Paul Sabatier/CNRS/ENFA), sont publiés dans la revue Nature Methods le 15 juillet.

En savoir plus

 

18 juillet 2012

Daceton armigerum : changement de point du vue sur la fourmi arboricole la plus photogénique d’Amérique du Sud

fourmis 130

Daceton armigerum est une fourmi arboricole tropicale assez connue, qui présente une photogénie avantageuse avec des mandibules hypertrophiées lui permettant de chasser des proies de taille imposante. Cependant, dans une publication récente proposée par la revue Plos One, une équipe de chercheurs français et belges livre une vision originale de Daceton armigerum en révélant, ce qui était inconnu, l’existence de très imposantes colonies, de plusieurs centaines de milliers à probablement quelques millions d’individus vivants dans les sommets inaccessibles de la canopée des forêts tropicales. De ce fait, c’est toute l’écologie de cette espèce, et son rôle dans la structuration forestière, qui est peut-être à repenser.

En savoir plus

 

5 juillet 2012

Orchidées terrestres et épiphytes n'ont pas les mêmes champignons

orchidees

Une équipe franco-allemande regroupant des chercheurs de plusieurs unités mixtes de recherches du CNRS a réalisé, sur l'île de la Réunion, la plus grande analyse d'une communauté de champignons vivant en symbiose avec des orchidées. Dans cette étude à paraître dans Molecular Ecology, ils ont découvert qu'existait une différence majeure entre orchidées terrestres et orchidées épiphytes (qui vivent dans les arbres) : les premières ne sont pas associées aux mêmes espèces de champignons que les secondes.

En savoir plus

 

3 juillet 2012

Les « décomposeurs » recyclent la matière organique de la même manière partout

decomposeur

Une expérience internationale dont une partie a été faite en France et à laquelle a participé un chercheur du Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive vient de montrer que les organismes décomposant la matière organique contenue dans le sol la recyclent de la même manière partout, quels que soient la latitude et les facteurs environnementaux. Des résultats qui viennent d'être publiés par Ecology Letters.

En savoir plus

 

2 juillet 2012

Le manchot empereur sous la menace du réchauffement climatique

manchot

Dans une étude que vient de publier la revue Global Change Biology, une équipe internationale à laquelle ont collaboré trois chercheurs du Centre d'études biologiques de Chizé montre que la colonie de manchots filmée dans La marche de l'empereur, en  Terre Adélie, est menacée  à moyen ou long terme si le réchauffement du climat se poursuit.

En savoir plus

 

19 juin 2012

Quand le manchot Adélie se fait océanographe pour se nourrir en mer

Manchot

Dans une étude publiée par Marine Biology, une équipe internationale emmenée par des chercheurs de l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien – IPHC (CNRS / Université de Strasbourg), Département Ecologie, Physiologie et Ethologie (DEPE), montre que, lors de leur premier voyage en mer après une longue période de jeûne dans la colonie, les manchots Adélie mâles seraient capables d’utiliser des paramètres océanographiques tels que les tourbillons marins pour cibler des zones associées à de fortes productions de nourriture.

En savoir plus

 

15 juin 2012

De nouveaux indicateurs pour évaluer la santé des écosystèmes aquatiques

breve chauvet

Comment mieux mesurer l'impact des sociétés industrialisées et de l'agriculture intensive sur les écosystèmes d'eau douce ? Un projet réalisé à l'échelle du continent européen et coordonné par un chercheur du Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement (EcoLab) démontre l'intérêt qu'il y aurait à utiliser, en complément de la surveillance traditionnelle faite à l’aide d’indices biologiques, de nouveaux indicateurs basés sur une perception fonctionnelle de ces écosystèmes. Les résultats de cette étude viennent de paraître dans Science.

En savoir plus

 

11 juin 2012

ATBC 2012 : le rendez-vous brésilien de l’écologie scientifique

atbc

La communauté scientifique internationale, spécialisée dans l’écologie tropicale s’apprête à se réunir à Bonito, dans la région du  Pantanal au Brésil (Etat du Mato Grosso do Sul) à l’occasion de la 49ème édition du colloque annuel de l’Association for Tropical Biology and Conservation. Les scientifiques français seront présents à ce rendez-vous annuel. Ils seront cette année 38 participants, représentant une dizaine de laboratoires de recherche dont une grande majorité sont des unités mixtes de recherche du CNRS travaillant sur la thématique de l’écologie tropicale, en métropole et en Guyane française. Les dates du colloque, fixées du 18 au 22 juin 2012, se superposent à celles de la conférence internationale Rio + 20, où sera par ailleurs représentée la gouvernance scientifique de l’InEE/CNRS.

En savoir plus

 

1er juin 2012

Découverte de nouvelles formes virales dans des sédiments anciens

Virus pavin

De nouvelles formes de virus – dont des virus cubiques – et d'autres formes jusqu’ici observées uniquement dans des milieux extrémophiles ont été découvertes dans les sédiments du lac Pavin, un lac volcanique situé dans le Puy-de-Dôme. C'est le résultat d'une équipe française menée par des chercheurs du Laboratoire Microorganismes : Génome et Environnement (CNRS / Université Blaise Pascal / Université d'Auvergne), dont l'étude va bientôt paraître dans The ISME Journal.

En savoir plus

 

29 mai 2012

Des fourmis symbiotiques chassent et digèrent pour leur plante-hôte carnivore

Breve L Gaume

Dans les zones inondées des forêts tropicales humides où l’azote est difficilement assimilable par les racines, la nutrition est un véritable défi pour les plantes. Certaines ont développé des adaptations qui leur permettent de retirer un bénéfice nutritionnel des insectes. C’est le cas des plantes carnivores et des plantes myrmécotrophes qui ont développé respectivement des relations antagonistes avec les insectes ou mutualistes avec les fourmis.

En savoir plus

 

29 mai 2012

Comment se constituent les communautés de parasites dans les îles

oiseau

Il est particulièrement difficile de reconstituer l'histoire évolutive des parasites. Une équipe franco-espagnole impliquant notamment des chercheurs du Laboratoire Evolution et Diversité Biologique (CNRS/ Université Toulouse 3/Ecole nationale formation agronomique) vient, grâce à des analyses phylogénétiques moléculaires, de reconstruire le parcours et l'évolution de plusieurs lignées de parasites sanguins présents chez des oiseaux endémiques des îles Mascareignes. Les résultats sont publiés dans la revue Molecular Ecology.

En savoir plus

 

21 mai 2012

La grotte Chauvet fermée par des éboulements depuis 21 500 ans

grotte chauvet

Les recherches menées en étroite collaboration par des chercheurs du laboratoire Environnements, Dynamiques et Territoires de la Montagne (EDYTEM, CNRS/Université de Savoie), du Centre européen de recherche et d'enseignement des géosciences de l'environnement (CEREGE CNRS/ Université d’Aix Marseille/IRD/Collège de France) et du Centre national de préhistoire (Ministère de la culture det de la communication) ont permis de dater la fermeture de la grotte Chauvet, un des sites majeurs d'art pariétal préhistorique. Les résultats ont été publiée dans la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA) du 8 mai 2012.

En savoir plus

 

 

11 mai 2012

Quelle pertinence pour les expériences prédisant les impacts écologiques du réchauffement climatique ?

Etoile de mer

Grâce à une expérience menée sur des étoiles de mer, une équipe franco-américaine comprenant deux chercheurs de l'Institut de recherche sur la biologie de l'insecte – IRBI (CNRS/Université de Tours) remet en cause la pertinence de certaines expérimentations visant à prédire les impacts écologiques du réchauffement climatique. Leur étude vient d'être publiée dans la revue Ecology Letters.

En savoir plus

 

7 mai 2012

Des robots pour la recherche en écologie

Robot

Le déclin de la biodiversité se répand à un rythme alarmant sur la planète et menace l’avenir de l’homme. Comprendre comment l’enrayer s’avère urgent et rend indispensable une aide technologique. Un travail de synthèse, mené par des chercheurs du CNRS spécialistes de l’écologie, de la robotique et de la télédétection1, indique que les robots pourraient devenir rapidement les plus fidèles assistants des chercheurs au quotidien. Cette étude a été publiée en ligne dans Open Journal of Ecology le 2 mai 2012.

En savoir plus

 

23 avril 2012

Le manchot pygmée utilise les variations de température de l'eau pour mieux pêcher

manchot pygmée

Dans une étude publiée par PLoS ONE, une équipe franco-australienne dirigée par des chercheurs de l’Institut pluridisciplinaire Hubert Curien – IPHC (CNRS/Université de Strasbourg) montre que, pendant la saison de reproduction, le manchot pygmée se sert des brusques variations de température dans la colonne d'eau (les thermoclines) comme indicateurs des zones où se concentrent ses proies. Ces marqueurs physiques pourraient donc leur permettre d’optimiser leur prise alimentaire.

En savoir plus

 

12 avril 2012

Les fermiers précolombiens cultivaient la savane amazonienne sans la brûler

fermiers

Face à la destruction continue des écosystèmes de l’Amazonie, nous pouvons tirer des leçons de ses anciens occupants, qui géraient leurs terres agricoles de façon durable. Conduite par une équipe internationale d’archéologues et de paléoécologues comprenant deux chercheurs du Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS/Université Montpellier I, II et III/Montpellier Supagro /Ecole pratique hautes études/CIRAD/IRD/INRA) et du laboratoire d’Archéologie des Amériques (CNRS/Université Paris I), une étude montre pour la première fois que les peuples précolombiens habitant les savanes naturelles autour de la forêt amazonienne pratiquaient l’agriculture sans avoir recours aux feux. Des travaux qui viennent d'être publiés dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

En savoir plus

 

10 avril 2012

Quand le parasite de la bilharziose joue les noctambules

bilharziose

Confronté à une réémergence de la bilharziose à Schistosoma mansoni dans la province du Dhofar, le ministère de la Santé du Sultanat d’Oman a sollicité le laboratoire Ecologie et évolution des interactions (CNRS/Université de Perpignan) dont ce parasite est le principal modèle d'étude. L'équipe française du laboratoire a découvert un comportement inédit pour cette espèce : au lieu d'émettre ses larves à la mi-journée, elle les relâche une fois la nuit tombée. Une découverte bientôt publiée dans la revue Tropical Medicine and International Health.

En savoir plus

 

6 avril 2012

Le voile se lève sur le système digestif d'arthropodes vieux de plus de 500 millions d'années

fossiles

Allant de 542 à 488 millions d'années avant aujourd'hui, le Cambrien est une période clé de l’histoire de la vie, qui voit l’apparition de la plupart des groupes d’animaux actuels et de groupes aujourd’hui disparus. Il est cependant difficile de déterminer les stratégies alimentaires de ces organismes et notamment des arthropodes primitifs. Dans une étude publiée dans PLoS ONE, une équipe internationale comprenant un chercheur de l'Institut des sciences de l'évolution de Montpellier (CNRS/ Université MONTPELLIER 2/IRD) vient de lever en partie le mystère en faisant le lien entre le processus de fossilisation de trilobites datant de plus de 500 millions d'années et le contenu de leur système digestif.

En savoir plus

 

6 avril 2012

Une fenêtre ouverte sur des mondes viraux disparus

Breve Clement Gilbert

Les virus ont profondément influencé l'évolution de la vie cellulaire depuis ses origines. En plus de leurs propriétés infectieuses leur permettant de se propager horizontalement dans les populations, certains virus peuvent insérer leur ADN dans le génome des gamètes de l’espèce hôte et être transmis verticalement durant des millions d’années. On a longtemps pensé que ce processus d’ « endogénisation » était limité aux rétrovirus, mais une série d’études récentes a révélé que tous les grands groupes de virus pouvaient devenir endogènes. Dans un article paru dans Nature Reviews Genetics, deux Français dont un chercheur du Laboratoire écologie et biologie des interactions – EBI (CNRS / Université de Poitiers)  font l'inventaire de ces découvertes.

En savoir plus

 

2 avril 2012

Comment la moule zébrée se fait exploiter par deux parasites

moules

La plupart des bivalves servent d'hôtes à des parasites mais on sait peu de choses sur leurs interactions, surtout pour les bivalves sans intérêt économique. Dans une étude publiée par PLoS ONE, une équipe française comprenant deux chercheuses du Laboratoire des iInteractions écotoxicologie, biodiversité, écosystèmes – LIEBE (CNRS / Université de Metz) vient de lever le voile sur la manière dont deux vers trématodes exploitent les ressources de leur hôte, la moule zébrée.

En savoir plus

 

 

 

26 mars 2012

Quand un pathogène et un insecticide se liguent contre l'abeille

abeille

Agissant en synergie, insecticides et parasites constituent un cocktail mortel pour les abeilles, ont découvert des chercheurs français en 2011. Dans un article publié par Scientific Reports, la même équipe (Laboratoire microorganismes : génome et environnement  (LMGE) – CNRS/ Université Clermont Ferrand  I et II) montre que cette synergie fonctionne quel que soit l'ordre dans lequel les insectes sont exposés à leurs « agresseurs ».

En savoir plus

 

14 mars 2012

Le régime alimentaire de la panthère des neiges enfin déterminé

panthere

Considérée comme en danger d'extinction à l'état sauvage, la panthère des neiges est un félin mal connu vivant dans les montagnes d'Asie centrale. Pour la première, une équipe internationale emmenée par des chercheurs du Laboratoire d'écologie alpine (CNRS/Université Grenoble 1/Université de Savoie) a déterminé précisément son régime alimentaire grâce à l'analyse ADN de ses fèces. Publiés dans PLoS ONE, ces résultats seront utiles dans la mise en place d'une stratégie de conservation de l'espèce.

En savoir plus

 

12 mars 2012

Un nouveau fournisseur de matière organique dans les milieux extrêmes

Breve Lievremont

Une équipe du laboratoire Génétique moléculaire, génomique et microbiologie (GMGM, CNRS/Université de Strasbourg) a isolé une nouvelle souche bactérienne, du genre Paenibacillus, capable de recycler la matière organique complexe dans des environnements aux conditions extrêmes, tels que les drainages miniers acides. Ce travail, publié dans Microbial Cell Factories, a été réalisé en collaboration avec le Laboratoire d’ingénierie des polymères pour les hautes technologies (LiPHT, Ecole européenne de chimie polymères et matériaux de l’Université de Strasbourg).

En savoir plus

 

6 mars 2012

Comment le manchot royal relève le défi de l'énergie

Brève MANCHOTS 2012

Une équipe de chercheurs français vient de mettre au jour les mécanismes métaboliques grâce auxquels le manchot royal, animal à sang chaud, est capable de résister au froid de l'océan circumpolaire tout en produisant assez d'énergie pour nager sur des centaines voire des milliers de kilomètres. Leurs travaux viennent d'être publiés dans les Proceedings of the Royal Society B.

En savoir plus

 

2 février 2012

Des oiseaux de mer gardent longtemps leurs anticorps maternels

puffin

Les oiseaux de mer peuvent vivre longtemps et la persistance des anticorps maternels de ces espèces se révèle être un mécanisme clé pour la survie des poussins exposés à des agents infectieux pendant la période d’élevage. Dans un article publié dans les Proceedings of the Royal Society B, une équipe internationale menée par des chercheurs du Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive - CEFE (CNRS/universités de Montpellier 1,2,3 et de Nîmes/SupAgro/Cirad/EPHE/IRD/INRA) vient de démontrer pour la première fois la dynamique de ces anticorps maternels et leur longue durée de vie.

En savoir plus

 

1er février 2012

Les impacts à venir du changement climatique sur la biodiversité

Elephants

Le changement climatique est une des plus grandes menaces pesant sur la biodiversité. Au cours des dernières années, le nombre d’études sur ce thème a explosé. Une équipe française rassemblant des chercheurs du laboratoire d'écologie alpine (LECA) CNRS/Université Grenoble 1/Université de Savoie et du laboratoire Ecologie, systématique et évolution (ESE) CNRS/Université Paris Sud, a fait une synthèse critique de cette littérature, publiée par la revue Ecology Letters, qui résume l’état des connaissances à ce sujet. Elle montre notamment que le changement climatique peut avoir un impact à toutes les échelles, de l'individu jusqu'aux biomes entiers, en passant par la disparition d'espèces.

En savoir plus

 

31 janvier 2012

Le myrte, témoin de l'histoire environnementale du Sahara

Breve myrte

Pour comprendre la présence, dans les massifs montagneux du Sahara central, de plantes ayant des affinités avec des espèces méditerranéennes, une équipe de l'Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie marine et continentale (IMBE), CNRS/Université Avignon/Université d’Aix-Marseille/IRD, a remonté la piste des origines de l'une d'entre elles, le myrte de Nivelle. Elle a montré qu'il s'agissait d'un descendant du myrte commun, qui avait, au gré des climats du passé, fait une incursion à un millier de kilomètres au sud de la Méditerranée. Cette étude, qui décrypte pour la première fois les relations biogéographiques entre région méditerranéenne et Sahara, a été publiée en ligne par le Journal of Biogeography.

En savoir plus

 

30 janvier 2012

Les chèvres corses anciennes ou l’intérêt de préserver la diversité des races traditionnelles plus résistantes aux maladies

breve_chevres

Les chèvres corses actuelles ont gardé une diversité génétique comparable à celle du moyen-âge sur l’île. C’est ce que révèle l’étude paléogénétique qui a comparé les ADN mitochondriaux de chèvres datant des XIIe et XIVe siècles avec ceux de chèvres actuelles. Cette étude, qui illustre une fois de plus l’intérêt de protéger les races anciennes, s’inscrit dans la promotion de la biodiversité. Elle a été menée par l’équipe de Paléogénomique et évolution moléculaire de l’Institut de génomique fonctionnelle de Lyon (CNRS/ENS Lyon/Université Claude-Bernard Lyon 1), la Plateforme nationale de paléogénétique, PALGENE (CNRS/ENS), le Laboratoire d’écologie alpine (CNRS/Université Grenoble 1/Université de Savoie), le laboratoire Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements (CNRS/MNHN) et le Laboratoire de recherches sur le développement de l’élevage (INRA) et a fait l’objet d’une publication dans le journal scientifique américain PLoS du 27 janvier 2012.

En savoir plus

 

25 janvier 2012

L'information sociale chez les drosophiles : des racines de la transmission culturelle à l'adaptation comportementale

breve mery

Qui se souvient avoir appris à baisser la poignée pour ouvrir une porte ? Difficile d'imaginer un gène qui code pour ce comportement quasi universel ! Partie intégrante de l'hérédité non-génétique, un tel mécanisme d'apprentissage est à la base de nombreux comportements qui jalonnent le quotidien, chez l'homme comme chez l'animal, et qui reposent sur une transmission sociale de l'information. Question centrale en biologie évolutive et psychologie, la compréhension de la diversité, de la complexité des comportements et de leur transmission bénéficie maintenant des recherches réalisées sur un insecte modèle, la drosophile. Une nouvelle étude menée par une équipe du laboratoire Evolution, génomes et spéciation du CNRS vient de paraître dans Current Biology.

En savoir plus

 

13 janvier 2012

Euglena mutabilis, fournisseur de matière organique

Bertin Breve

Grâce à des analyses de protéo-métabolomique, des scientifiques du laboratoire de Génétique moléculaire, génomique et microbiologie (GMGM, CNRS/Université de Strasbourg), de l’Institut pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC, CNRS/Université de Strasbourg) et de l’institut de biologie des plantes (IBP, CNRS/Université Paris-Sud) ont pu démontrer que le bioindicateur des drainages miniers acides, Euglena mutabilis, secrète dans l’environnement de nombreux métabolites riches en carbone et en azote. Ces travaux ont été publiés dans The ISME Journal.

En savoir plus

 

3 janvier 2012

Le paludisme est arrivé en Amérique du Sud via la traite négrière

Breve paludisme

Dans une étude à paraître dans les Proceedings de l'Académie des sciences américaine (PNAS),une équipe internationale emmenée par des chercheurs de l'unité Maladies Infectieuses et Vecteurs : Écologie, Génétique, Évolution et Contrôle (CNRS/IRD/Universités de Montpellier 1 et 2) a montré que le parasite majeur du paludisme était arrivé en Amérique du Sud il y a seulement quelques siècles, en suivant les routes du trafic d'esclaves africains.

En savoir plus

 

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits