CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

8 décembre 2015

Mode d’emploi pour un suivi de la biodiversité agricole européenne réussi

 

Impossible de protéger toute la biodiversité… Néanmoins, les terres cultivées, qui occupent plus d’1 million de km2 de l’Union européenne 1, hébergent des écosystèmes et des espèces de grande valeur qu’il est important de préserver. Mais comment surveiller cette biodiversité agricole à l’échelle européenne, et surtout à quel prix ? Une équipe européenne à laquelle a participé Ilse R. Geijzendorffer de l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE, CNRS / Aix Marseille / Avignon Université / IRD), propose aujourd’hui un programme de suivi concret et chiffré dans le Journal of Applied Ecology.

 

Eucera sur trèfle incarnat- ©: J.P. Sarthou, Université de Toulouse, INP-ENSAT, INRA, UMR 1248 AGIR

Eucera sur trèfle incarnat- ©: J.P. Sarthou, Université de Toulouse, INP-ENSAT, INRA, UMR 1248 AGIR


Pour préserver la biodiversité, il existe les parcs naturels. Mais d’autres milieux, comme les terres agricoles, offrent une grande variété d’organismes vivants et d’écosystèmes qu’il serait bon de protéger. Car les pressions existent, comme l’explique Ilse R. Geijzendorffer, écologue à l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale de Aix-Marseille : « Par exemple, si une exploitation intensifie sa production laitière sous la pression du marché en laissant ses vaches à l’étable plutôt que dans les champs, ou si une mesure politique interdit l’utilisation d’un produit pesticide, la biodiversité sur les terrains agricoles s’en trouvera modifiée ». Ainsi, pour évaluer l’impact, négatif ou positif, des différentes méthodes de production et de certaines mesures politiques sur la biodiversité agricole, la seule solution est de mettre en place un suivi.

Les chercheurs des projets « Indicateurs de biodiversité dans les systèmes d’agriculture biologique et à faible niveau d’intrants » (BioBio) et « Construire le réseau d’observation de la biodiversité européen » (EU BON) ont donc commencé par identifier un bouquet d’indicateurs susceptibles de révéler l’état de santé des parcelles. Au total, 23 indicateurs ont été retenus, appartenant à 4 catégories (génétique, espèce, habitat et gestion agricole) ; pour la catégorie « espèce », on trouve par exemple les plantes à fleurs, les vers de terre, les abeilles et les araignées. « Ces indicateurs sont d’autant plus pertinents qu’ils ont été choisis avec l’ensemble des acteurs du secteur agricole », souligne Ilse R. Geijzendorffer.

Une fois la méthodologie définie, encore fallait-il que le projet soit acceptable d’un point de vue budgétaire. Ce qui est le cas ! Les différents scénarios de ce programme de suivi consommeraient entre 0,01% et 0,74% du budget total de la PAC et entre 0,04% et 2,48% du budget de la PAC alloué aux objectifs environnementaux. « Aujourd’hui, nous faisons des recommandations concrètes et accessibles financièrement. Nous devons désormais convaincre, au niveau national et européen, que ce suivi est indispensable si l’on veut réellement préserver la biodiversité agricole », conclu Ilse R. Geijzendorffe.

_____

Note

1source Eurostat

__________

Références 

How much would it cost to monitor farmland biodiversity in Europe?, par  Geijzendorffer, I.R., Targetti, S., Schneider, M.K., Brus, D.J., Jeanneret, P., Jongman, R.H.G., Knotters, M., Viaggi, D., Angelova, S., Arndorfer, M., Bailey, D., Balázs, K., Báldi, A., Bogers, M.M.B., Bunce, R.G.H., Choisis, J.-P., Dennis, P., Eiter, S., Fjellstad, W., Friedel, J.K., Gomiero, T., Griffioen, A., Kainz, M., Kovács-Hostyánszki, A., Lüscher, G., Moreno, G.,  Nascimbene, J., Paoletti, M.G., Pointereau, P., Sarthou, J.-P., Siebrecht, N., Staritsky, I., Stoyanova, S., Wolfrum, S. & Herzog, F. publié dans Journal of Applied Ecology le 6 novembre 2015.

Doi : 10.1111/1365-2664.12552

 

Contacts chercheurs

Ilse R. Geijzendorffer, Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE) CNRS / Aix Marseille / Avignon Université / IRD

Email : ilse.geijzendorffer@imbe.fr


Contact communication

Vanina Beauchamps, Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE) CNRS / Aix Marseille / Avignon Université / IRD

Email : vanina.beauchamps-assali@imbe.fr

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits