CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

17 février 2016

En Guyane, l’expansion des mangroves dépend de variations océano-climatiques affectant l’Atlantique Nord

 

Les mangroves qui bordent le littoral guyanais sont parmi les mieux préservées de la planète. L’étude de cet écosystème encore très peu altéré par les activités humaines permet donc d’identifier les facteurs naturels qui influencent sa dynamique. En s’appuyant à la fois sur des photographies aériennes, des images satellites et des mesures de la surface océanique de l’Atlantique Nord, une équipe de scientifiques a ainsi découvert que cette dynamique était associée à un phénomène climatique et océanique de grande ampleur nommé Oscillation Nord-Atlantique, ou NAO. Leurs travaux publiés dans Journal of Biogeography démontrent que les cycles de recul et d’avancée des mangroves guyanaises sont en fait essentiellement influencés par les variations de hauteur et de puissance des vagues découlant de ce phénomène climatique.


La mangrove de  Guyane, et la ligne de côte qu'elle détermine,  recule sous l'action des vagues qui désagrègent le sédiment et conduisent au déchaussement des palétuviers et à leur chute. A un autre moment au contraire la mangrove avancera sur l'océan à la faveur de processus de sédimentation. Cette dynamique naturelle d'avancée et de recul de la mangrove de Guyane est créée par l'action des vagues engendrées par les alizés, eux-mêmes régulés par l'Oscillation Nord Atlantique ou NAO - © C. Proisy 

 

Les mangroves sont des écosystèmes côtiers typiques des zones tropicales. L’intégrité écologique de ces milieux, voire même leur survie, est cependant souvent mise à mal par l’aquaculture et l’urbanisation des côtes. Ce n’est toutefois pas le cas en Guyane, où les mangroves, qui occupent près de 90% de la frange littorale, sont très peu perturbées par les activités humaines et se caractérisent par une très forte dynamique naturelle. Des chercheurs du Laboratoire Ecologie Fonctionnelle et Environnement de Toulouse (EcoLab, CNRS / Université Toulouse Paul Sabatier/ INP), associés à des équipes des universités d’Aix-Marseille, de Wimereux, de Stony Brook (Etats-Unis), ainsi que du CNRS et de l’IRD, ont voulu identifier les facteurs océaniques et climatiques qui régissent la dynamique de mangroves aussi bien préservées. Pour cela, ils ont regroupé et analysé les photographies aériennes du littoral guyanais prises par l’IGN dès 1950 ainsi que les images satellites, disponibles depuis les années 1980. « La mise en forme et le traitement de cet important jeu de données nous a permis de caractériser l’alternance entre phases d’avancée et de recul de la mangrove au fil du temps », explique François Fromard, directeur de recherche CNRS au laboratoire EcoLab et co-auteur de l’étude.

Bien que l’implication des vagues dans le recul et l’avancé des mangroves de Guyane était déjà connu, l’origine de ces variations restait encore à déterminer. C’est en établissant des corrélations entre la surface des mangroves et les caractéristiques des vagues dans l’Atlantique (hauteur, période, direction) que les scientifiques sont parvenus à mettre en évidence le rôle de l’oscillation nord-atlantique (NAO). Phénomène à la fois atmosphérique et océanique de nature imprévisible agissant à plusieurs échelles de temps, la NAO modifie le climat océanique sur le bassin nord atlantique et au-delà. « Au niveau de la ceinture tropicale, la NAO engendre une modification du régime des alizés, précise Romain Walcker, ingénieur au sein d’EcoLab et premier auteur de l’article. Près des côtes guyanaises, ces vents vont générer des vagues plus hautes et plus puissantes les années où l’indice du phénomène est positif mais moins hautes et moins puissantes lorsque celui-ci est négatif. » Si la NAO a pu être identifiée comme le principal moteur de la dynamique des mangroves de Guyane, la montée progressive des océans liée au réchauffement climatique pourrait elle aussi agir sur cette dynamique, amorçant alors leur recul vers l’intérieur des terres. C’est en limitant l’aménagement du littoral guyanais et en préservant notamment les savanes inondées situées juste en amont de la mangrove, que l’on permettra à cet écosystème de s’y replier. Et éviter ainsi que la mangrove ne disparaisse, faute d’avoir eu la possibilité de migrer vers le continent pour s’adapter au changement climatique.

 

© C. Proisy 

___________

A Lire aussi

_________

Référence 

Fluctuations in the extent of mangroves driven by multi-decadal changes in North Atlantic waves, par Romain Walcker, Edward J.Anthony, Christophe Cassou, Robert C. Aller, Antoine Gardel, Christophe Proisy, Jean-Michel Martinez et François Fromard, publié dans Journal of Biogeography en novembre 2015.
DOI:10.1111/jbi.12580

 

Contacts chercheurs

Romain Walcker, Laboratoire Ecologie Fonctionnelle Et Environnement (ECOLAB) – CNRS/Univ. Toulouse Paul Sabatier/INP Toulouse

Email : romain.walcker@univ-tlse3.fr

 

François Fromard, Laboratoire Ecologie Fonctionnelle Et Environnement (ECOLAB) – CNRS/Univ. Toulouse Paul Sabatier/INP Toulouse

Email : francois.fromard@univ-tlse3.fr

 

Contacts communication

Roman Teisserenc, Laboratoire Ecologie Fonctionnelle Et Environnement (ECOLAB) – CNRS/Univ. Toulouse Paul Sabatier/INP Toulouse

Email : roman.teisserenc@ensat.fr

Tél. : 05 94 32 92 15

 

Gaelle Fornet, Laboratoire Ecologie, évolution, interactions des systèmes amazoniens (LEEISA)

- CNRS Guyane

Email : gaelle.fornet@cnrs.fr

Tél. : 05 94 32 92 15


Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits