CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

16 juin 2017 - Alerte presse CNRS

L'origine de la biodiversité en Nouvelle-Calédonie plus récente qu’on ne le croyait

 

La Nouvelle-Calédonie a longtemps été considérée comme une île continentale ayant emporté sa biodiversité avec elle en se séparant du supercontinent Gondwana il y a plus de 80 millions d’années. Travaillant sur le sujet depuis plus de dix ans, une équipe de recherche de l’Institut de systématique, évolution, biodiversité (MNHN/CNRS/UPMC/EPHE) en collaboration avec l’Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie marine et continentale (CNRS/IRD/Aix Marseille Université/Université d’Avignon et des pays de Vaucluse) vient de montrer que la Nouvelle-Calédonie est en réalité une ancienne île océanique repeuplée massivement après son émersion. L’île se serait en effet détachée du Gondwana mais aurait subi plusieurs immersions avant d’émerger définitivement il y a 37 millions d’années. Les chercheurs ont compilé et analysé des données scientifiques leur permettant d'évaluer l’âge de 37 groupes d’organismes. Cette méta-analyse montre que seuls six de ces groupes se sont formés peu avant l’émersion de l’île. La Nouvelle-Calédonie abrite donc une biodiversité singulière dont l'origine est bien plus récente que ce que l’on pensait jusqu’alors. Elle reste malgré tout la plus ancienne île océanique au monde, recelant de multiples espèces qui se sont diversifiées depuis 37 millions d’années. Cette méta-analyse fixe d'ores et déjà un premier cadre spatio-temporel à l’histoire des groupes d’organismes de Nouvelle-Calédonie, mais elle permettra aussi prochainement de retracer leurs caractères ancestraux, leurs diversifications, adaptations, et l'origine de leurs interactions écologiques. Cette étude souligne également la complexité du peuplement des îles, ici retracée grâce à l'analyse phylogénétique.

 

 

Chaîne du Panié avec Araucaria sur la côte, province Nord, Nouvelle-Calédonie, 2005. © Philippe Grandcolas

 

Pour en savoir plus : http://theconversation.com/en-direct-des-especes-une-blatte-reecrit-lhistoire-de-la-nouvelle-caledonie-74908

 

Référence :
Updating the Phylogenetic Dating of New Caledonian Biodiversity with a Meta-analysis of the Available, Romain Nattier, Roseli Pellens, Tony Robillard, Hervé Jourdan, Frédéric Legendre, Maram Caesar, André Nel and Philippe Grandcolas, Scientific Reports, 16 juin 2017.


________

Contact chercheur :
Philippe Grandcolas - Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité (MNHN, CNRS, UPMC, EPHE - Sorbonne Universités) : philippe.grandcolas@mnhn.fr

 

Contact communication :

Géraldine Veron - Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité (MNHN, CNRS, UPMC, EPHE - Sorbonne Universités) : geraldine.veron@mnhn.fr 

 

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits