CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

14 novembre 2017

« Loup y es-tu » ? De l’utilisation d’un réseau d’observateurs pour modéliser la dynamique de colonisation du loup en France

Les grands prédateurs recolonisent leur aire de répartition originelle dans une grande partie de l’Europe, retour qui s’accompagne d’interactions croissantes avec les activités humaines et notamment l’élevage. En France, le loup gris (Canis lupus) est de retour depuis le début des années 1990 en provenance d’Italie. Comprendre la dynamique de colonisation du loup peut permettre de mesurer plus finement son statut de conservation et de mieux cibler les zones potentiellement conflictuelles en lien avec les attaques sur les troupeaux. Toutefois, modéliser la distribution du loup (et des grands carnivores en général) présente une difficulté méthodologique majeure : du fait de sa mobilité sur de vastes domaines vitaux, de sa discrétion et de sa faible densité, il est possible de ne pas détecter l’espèce dans certaines zones et d’en conclure, à tort, que le loup en est absent – on parle de faux négatifs.

 

Un loup pris au piège photo placé par les correspondants du réseau dans les Alpes de Hautes Provence / Crédit :ONCFS SD04

 

Pour s’attaquer à ce problème de détection imparfaite, nous avons fait appel au réseau national d’observateurs formés à la reconnaissance et au rapportage des signes de présence du loup, réseau animé à l’échelle de la France par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Grâce à une caractérisation du rayon de prospection des observateurs en fonction de la catégorie socio-professionnelle et du lieu d’habitation ou de travail, nous avons reconstruit une mesure a posteriori de la pression d’échantillonnage hétérogène dans le temps et l’espace. Des modèles statistiques dit « d’occupation dynamique » nous ont permis d’analyser l’ensemble des indices de présence de l’espèce récoltés par le Réseau, et ainsi de cartographier la dynamique du retour du loup entre 1994 et 2016 en tenant compte de cette détection imparfaite.

 

Un correspondant en action : relevé d’une trace dans la neige / Crédit : O. Salvador

 


Nos résultats montrent que, au-delà de la distribution du loup détectée par le Réseau, il existe d’autres endroits pour lesquels une probabilité que l’espèce soit présente est non négligeable compte tenu de la pression d’observation et des caractéristiques environnementales. Nous montrons également que la probabilité qu’un site soit colonisé dépend du taux d’occupation des sites voisins (<20km) mais aussi des mécanismes de colonisation à longue distance (<150km) que le loup adopte pour éviter la concurrence avec les meutes voisines. L’altitude, le taux de couverture forestière et de terres agricoles viennent ensuite compléter le pouvoir du modèle pour expliquer la probabilité de présence de l’espèce.

 

Depuis les Alpes du Sud où l’espèce était détectée en 1994, celle-ci s’est étendue dans un premier temps vers le Nord des Alpes puis les Pyrénées au début des années 2000 via le Massif central. Depuis le début des années 2010, le loup a continué sa progression jusque dans le Nord-Est de la France. Le taux d’expansion géographique de l’espèce en France était à son maximum dans les premières années de colonisation notamment lié à la disponibilité des espaces vacants à cette époque. Une première phase de ralentissement de la colonisation s’est opérée jusqu’au début des années 2000, pour se stabiliser depuis à un taux d’environ 7 % de couverture supplémentaire par an, avec une variabilité d’une année sur l’autre et selon les régions.

 

Les enjeux de la conservation de l’espèce et de la gestion des conflits liés aux attaques pourraient trouver dans cette production un nouvel outil d’aide à la décision, pour autant que celui-ci s’inscrive dans une démarche de gestion adaptative avec une réévaluation des prédictions des modèles suite aux actions de gestion réalisées sur le terrain.

 

Ces travaux ont été mobilisés dans l'expertise récente commanditée par le ministère sur le futur du loup à laquelle nous avons participé.

 

Référence :

Louvrier, J., Duchamp, C., Lauret, V., Marboutin, E., Cubaynes, S., Choquet, R., Miquel, C. and Gimenez, O. (2017), Mapping and explaining wolf recolonization in France using dynamic occupancy models and opportunistic data. Ecography. Sous presse. doi:10.1111/ecog.02874.

 

________

Contacts :

 

Julie LOUVRIER – Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive - CEFE (CNRS / Université de Montpellier / Université Paul Valéry Montpellier / EPHE / IRD / Montpellier SupAgro / INRA) - julie.louvrier@cefe.cnrs.fr


Olivier GIMENEZ – Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive - CEFE (CNRS / Université de Montpellier / Université Paul Valéry Montpellier / EPHE / IRD / Montpellier SupAgro / INRA) - olivier.gimenez@cefe.cnrs.fr

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits