CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique n
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

9 octobre 2018

Sur les traces de Portus Pisanus, le port perdu de Pise

 

Mots clés: Port antique de Pise, Dynamique côtière, Paléoenvironnements

 

Portus Pisanus, le puissant complexe portuaire maritime de Pise (Toscane) depuis l’époque romaine, a été abandonné au 15e siècle et a depuis complètement disparu. Des équipes françaises, italiennes et anglaises se sont alliées pour explorer la longue histoire de ce port perdu, en utilisant les bio- et géosciences. Les résultats, publiés dans Scientific Reports, montrent que des changements environnementaux majeurs ont conduit à l'abandon et à la disparition de ce complexe influent.

 

 

Tranchée stratigraphique du site de Santo Stefano ai Lupi, Portus Pisanus, démontrant l’évolution sédimentaire du complexe portuaire marin et la transition avec les dépôts alluvionnaires (photo: Università di Pisa / Università di Bologna)

 

Les ports antiques de la Méditerranée constituent des archives clés pour explorer l'évolution du commerce maritime et des impacts humains au niveau des zones côtières (e.g. Altinum-Venise, Portus Lunae-Luni, Portus-Rome, Ostie-Rome, Neapolis-Naples). Depuis l’Age du Bronze, les ports sont devenus progressivement des «paysages économiques» importants et, par conséquent, la délocalisation de nombreux systèmes portuaires peut s’expliquer par la nécessité de maintenir une interface économique avec la mer.


L'ancien port de Pise, Portus Pisanus, a été l'un des ports maritimes les plus influents d'Italie durant plusieurs siècles. Ce complexe portuaire, qui assurait à Pise une puissance économique et maritime, s’est progressivement déplacé vers l’ouest, avant que le port maritime de Livourne ne soit construit dès la fin du 15e siècle après JC. Le port perdu est cependant décrit au début du 5e siècle après JC comme étant «une grande lagune naturellement protégée» qui accueillait des navires marchands, suggérant un complexe maritime majeur, doté d'importantes infrastructures artificielles pour atteindre la ville située à 18,5 km au Nord. La situation géographique du complexe portuaire reste cependant toujours controversée et son évolution environnementale complètement inconnue.


Des laboratoires français (EcoLab UMR CNRS/Université Paul Sabatier-Toulouse 3/IUF, Chrono-Environnement UMR CNRS/Université de Franche-Comté, CEREGE UMR CNRS/ IRD/INRA/Collège de France/Aix Marseille Université), italiens (Università di Pisa, Università di Bologna) et anglais (University of Exeter) ont reconstruit 8000 ans de dynamique environnementale dans le bassin portuaire, cartographiant l'emplacement et l'évolution de ce site depuis la période romaine. Il ressort de cette étude que 200 ans avant JC, une lagune naturellement protégée s'est développée et a accueilli Portus Pisanus jusqu'au 5e siècle après JC. Le déclin final de la lagune a commencé vers 1350 après JC et a culminé vers 1500 après JC, après quoi, le bassin s’est transformé en un lac côtier et s’est progressivement asséché. Le site où se trouvait le complexe portuaire fut à la fois sa force et sa faiblesse car, comme beaucoup d’autres contextes deltaïques de par le monde, l’approvisionnement en sédiments a finalement entraîné son comblement et sa disparition. Portus Pisanus était donc destiné à disparaître dès sa création, en raison de la dynamique côtière à long terme et des changements environnementaux.

 

Ce travail a été soutenu par l’Institut Universitaire de France, l’Université Paul Sabatier – Toulouse III, par le Labex OT-Med (ANR-11-LABX-393 0061) et A*MIDEX (ANR-11-IDEX-0001-02), l’Université de Pise et l’Université de Bologne.

 

Référence :

Holocene evolution of Portus Pisanus, the lost harbour of Pisa. David Kaniewski, Nick Marriner, Christophe Morhange, Matteo Vacchi, Giovanni Sarti, Veronica Rossi, Monica Bini, Marinella Pasquinucci, Cécile Allinne, Thierry Otto, Frédéric Luce, Elise Van Campo. Scientific Reports. Publié le 23 août 2018.


Contact chercheur :

David KANIEWSKI - Laboratoire d’Ecologie Fonctionnelle et Environnement - ECOLAB (CNRS/Université Toulouse Paul Sabatier/INP Toulouse) - david.kaniewski@univ-tlse3.fr

 

Contact communication :

Catherine DONATIcatherine.donati@univ-tlse3.fr


Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits