CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique n
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

31 janvier 2019

Antibiorésistance et environnement : quel rôle pour l’hôpital ?

 

Des chercheurs du Laboratoire "Microorganismes : Génome et Environnement »  (LMGE - CNRS / Université Clermont Auvergne) ont mis en évidence la présence de bactéries résistantes à des antibiotiques classés « dernier recours » dans les eaux usées de l’hôpital. Si la résistance des bactéries à des antibiotiques peut être un phénomène naturel qui a toujours existé, son impact sur la santé publique est aujourd’hui préoccupant. La caractérisation du niveau de résistance des bactéries de l’environnement, notamment des eaux usées hospitalières, permet de déterminer si l’hôpital constitue un « hot spot» pour l'échange de gènes de résistance aux antibiotiques entre bactéries issues des patients et bactéries de l’environnement. Ceci implique la nécessité de surveiller la résistance aux antibiotiques dans les eaux usées hospitalières.

 

La résistance aux antibiotiques constitue l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement. Elle concerne même les molécules les plus récemment mises sur le marché de la santé humaine, telles les carbapénèmes, (antibiotiques de la famille des β-lactamines), en raison de la dissémination de gènes codant des carbapénémases, enzymes capables de dégrader ces antibiotiques. Peu d'études ont été consacrées à la caractérisation du niveau de résistance des bactéries de l'environnement, notamment des eaux usées hospitalières, qui constituent probablement un « hot point » pour l'échange de gènes de résistance aux antibiotiques entre bactéries issues des patients et bactéries de l’environnement.


Des chercheurs issus CHU de Clermont-Ferrand ont réalisé une étude qui a permis de révéler la présence de bactéries résistantes aux carbapénèmes (imipénème) dans les effluents de l'hôpital universitaire de Clermont-Ferrand et plus spécifiquement dans des agrégats dénommés biofilms constitués sur les surfaces. Ces travaux ont été publiés dans la revue STOTEN.


Les bactéries mises en évidence appartiennent aux genres Aeromonas, Pseudomonas, Stenotrophomonas et Acinetobacter. Certaines de ces souches hébergent les gènes transmissibles codant les carbapénémases suivantes : blaVIM, blaOXA, blaGES et blaNDM. Tous les isolats présentent également des résistances associées à d’autres antibiotiques de la famille des aminoglycosides, fluoroquinolones et ou tétracycline. Aucune résistance de ce type n’a été observée au cours de la même période chez les patients de cet hôpital.


Au vu de la consommation de ces molécules antibiotiques par les patients, déterminée sur la période d’essai, la concentration théorique moyenne dans les effluents était de 3,16 µg/L.  Les bactéries des biofilms de ces effluents sont donc régulièrement soumises à des pressions de sélection antibiotiques, molécules qui même à faibles doses peuvent favoriser les échanges de gènes porteurs de ces mécanismes de résistance. Si la présence d’imipenème n’a pas été détectée dans l’effluent de l’hôpital, la valeur prédictive du quotient de danger par rapport au développement de la résistance est supérieure à 1,0 (HQr = 28,9 ± 1,9), ce qui indique un risque possible.

 

La présence de gènes codant des carbapénémases dans les souches bactériennes de biofilms d'effluents hospitaliers et leur capacité de transfert constituent un danger potentiel à ne pas négliger et soulignent la nécessité de surveiller la résistance aux antibiotiques dans les eaux usées hospitalières.

 

Impact du mélange antibiotiques et bactéries dans les sous-sols de l'hôpital?  par Ory J.

 

Référence

Biofilms in hospital effluents as a potential crossroads for carbapenemase-encoding strains? J. Ory, G. Bricheux, F. Robin, A. Togola, C. Forestier, O. Traore. Sci Total Environ. 2018 Dec 3;657:7-15. doi: 10.1016/j.scitotenv.2018.11.427. PMID: 30530220


Contact chercheur

Ousmane TRAORE - Laboratoire "Microorganismes : Génome et Environnement »  (LMGE - CNRS / Université Clermont Auvergne) - otraore@chu-clermontferrand.fr

 

http://www.cnrs.fr/inee/z-outils/images/boite-outils/icones-coeur/contact.gifContact communication
Geneviève BRICHEUX - Laboratoire "Microorganismes : Génome et Environnement »  (LMGE - CNRS / Université Clermont Auvergne) - genevieve.bricheux@uca.fr

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits