CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

16 août 2012

Chez le figuier, le mâle imite l'odeur de la femelle pour assurer la pollinisation

 

Une équipe dirigée par des chercheurs du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS/Universités de Montpellier 1, 2, 3/Université de Nîmes/SupAgro/Cirad/EPHE/IRD/INRA) vient de mettre en évidence un cas de mimétisme chimique particulièrement élaboré chez le figuier méditerranéen. Les guêpes qui pollinisent cette espèce n'ayant rien à gagner à visiter les arbres femelles, les arbres mâles modifient l'odeur qu'ils émettent, de manière à ce que les insectes ne puissent pas distinguer les sexes. Une étude publiée dans Ecology Letters.

 

figuier

Des blastophages cherchant à entrer dans une figue pour polliniser les fleurs - © Bertrand Schatz

 

Les figuiers sont un modèle de mutualisme obligatoire et spécifique de pollinisation puisque le pollinisateur de chacune des 800 espèces ne peut aussi se reproduire que dans les fleurs de celle-ci ; ils dépendent donc l’un de l’autre pour leur reproduction. Seule espèce de figuier présente en milieu tempéré, avec un hiver froid, le figuier méditerranéen (Ficus carica) a une floraison en deux phases qui rend sa reproduction particulièrement intéressante. Au printemps, son pollinisateur, une mini-guêpe nommée Blastophaga psenes, sort de sa dormance hivernale dans les figues pour aller pondre dans une première génération de nouvelles figues réceptives – qui sont, à ce stade, des sortes d’urnes à fleurs –, uniquement portées par les arbres mâles. Cette phase permet d’augmenter les effectifs du pollinisateur. En été, quand les nouveaux blastophages émergent, les figuiers connaissent leur seconde floraison, qui concerne cette fois arbres mâles et femelles. Les insectes ont donc le choix, à cette différence près que les figues des arbres femelles ne sont d'aucun intérêt pour eux, puisque la structure des fleurs ne leur permet pas d'y pondre. D'où la question : comment le figuier s'y prend-il pour  inciter les guêpes à visiter tout de même les femelles, lesquelles attendent le pollen des mâles ?

 

C'est là qu'entre en jeu le mimétisme chimique intersexuel. L'étude publiée dans Ecology Letters montre qu'entre la floraison de printemps et celle d'été, les figuiers mâles modifient l'odeur attirante qu'ils émettent et que celle-ci se confond avec celle des figuiers femelles, ce qui empêche les pollinisateurs de distinguer le sexe des figues. Cette démonstration a été possible grâce à l’analyse chimique des différentes odeurs émises. Elle a été confirmée par la technique d’électroantennographie qui consiste à détecter la réponse électrique de l’antenne de l'insecte lors de l’exposition à des composés olfactifs. Cette détection se fait en plaçant une première électrode sur l’antenne et une seconde sur le corps de l’insecte, opération particulièrement délicate dans le cas du blastophage chez qui il n’y a que 3 millimètres du bout de l’antenne à l’extrémité du corps !

 

Ces résultats montrent l’intérêt de l’écologie chimique pour saisir l’écologie et l’évolution des interactions plantes-insectes. Combinée à l’écologie comportementale et à l’électrophysiologie, cette approche interdisciplinaire permet une compréhension globale de l’organisation des interactions entre espèces et donc des écosystèmes.

 

Référence
Evidence for intersexual chemical mimicry in a dioecious plant, Ecology Letters, Catherine C. L. Soler, Magali Proffit, Jean-Marie Bessière, Martine Hossaert-McKey & Bertrand Schatz.

 

Contact chercheur

Bertrand Schatz & Martine Hossaert-McKey, Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (UMR 5175, CNRS / Universités de Montpellier 1, 2, 3 et Université de Nîmes / SupAgro / Cirad / EPHE / IRD / INRA), 1919 Route de Mende, 34293 Montpellier Cedex 5. Tél. : 04 67 61 33 00 ou 04 67 61 32 30
Email : bertrand.schatz@cefe.cnrs.fr ou martine.hossaert@cefe.cnrs.fr

 

Contact presse

Bénédicte Martin, Chargée de communication, Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive,  Tél. : 04 67 61 32 09  / 06 25 30 11 93,  benedicte.martin@cefe.cnrs.fr

 

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits