CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

6 avril 2012

Le voile se lève sur le système digestif d'arthropodes vieux de plus de 500 millions d'années

 

Allant de 542 à 488 millions d'années avant aujourd'hui, le Cambrien est une période clé de l’histoire de la vie, qui voit l’apparition de la plupart des groupes d’animaux actuels et de groupes aujourd’hui disparus. Il est cependant difficile de déterminer les stratégies alimentaires de ces organismes et notamment des arthropodes primitifs. Dans une étude publiée dans PLoS ONE, une équipe internationale comprenant un chercheur de l'Institut des sciences de l'évolution de Montpellier (CNRS/ Université MONTPELLIER 2/IRD) vient de lever en partie le mystère en faisant le lien entre le processus de fossilisation de trilobites datant de plus de 500 millions d'années et le contenu de leur système digestif.

 

Bien que le système digestif, comme tous les organes internes, soit composé de tissus mous, sa fossilisation est fréquente, ce qui ouvre une fenêtre sur la biologie des organismes anciens. Présentée dans l'article de PLoS ONE, la découverte de telles structures chez plusieurs espèces de trilobites trouvés dans l'Utah révèle des détails inconnus de l’anatomie interne de ces animaux, comme la position de la bouche ou l’absence d’estomac. Une paire d’organes située dans la partie postérieure du corps, sans équivalent chez les arthropodes actuels, a également été observée pour la première fois. 

 

Comme seules les structures digestives ont été fossilisées, transformées en phosphate de calcium par une réaction nommée phosphatisation, cela a donné des indications sur la biologie de ces animaux primitifs. L’absence de phosphore dans le sédiment entourant les fossiles suggère que cet élément devait se trouver en grande quantité au sein même du système digestif à la mort de ces animaux. Ceci pourrait s’expliquer par la capacité des trilobites à stocker massivement, comme le font les arthropodes actuels, des ions (principalement du calcium et du phosphore) au sein de leurs glandes digestives. Toutefois, dans le cas de ces trilobites, la phosphatisation ne se limite pas aux glandes mais s’étend à la totalité du système digestif, ce qui suggère certaines particularités physiologiques et/ou écologiques. Une possibilité serait une capacité accrue de stockage d’ions, liée à la présence d’une carapace fortement minéralisée nécessitant d’être remplacée de nombreuses fois au cours de la croissance. Une alimentation extrêmement riche en phosphore est une autre hypothèse envisageable.    

 

Cette étude démontre que la préservation d’organes internes chez les organismes fossiles est intimement liée à leurs fonctions et à leurs particularités anatomiques. Une meilleure compréhension des processus ayant permis leur fossilisation pourrait ainsi être un complément notable aux analyses morphologiques dans l’étude de la biologie des organismes ayant composé les premiers écosystèmes complexes.     

 

Fossiles

Sur ce fossile de trilobite (images A et B), le système digestif apparaît en sombre au milieu de l'animal.
Le schéma C présente cette structure sous plusieurs angles © Rudy Lerosey-Aubril

 

Référence : Controls on Gut Phosphatisation : The Trilobites from the Weeks Formation Lagerstätte (Cambrian ; Utah), PLoS ONE, Rudy Lerosey-Aubril, Thomas A. Hegna, Carlo Kier, Enrico Bonino, Jörg Habersetzer & Matthieu Carré.

 

Contacts chercheurs

  • Matthieu Carré, Institut des sciences de l’évolution (UMR 5554 CNRS / Université de Montpellier 2), Université de Montpellier 2, place Eugène Bataillon
    34095 Montpellier Cedex 5. Tél. : 04 67 14 38 08. E-mail : Matthieu.Carre@univ-montp2.fr
  • Rudy Lerosey-Aubril, Département de Paléontologie et Géologie historique, Institut de recherche Senckenberg, Francfort-sur-le-Main, Allemagne. E-mail : Rudy.Lerosey-Aubril@senckenberg.de

 

Contact communication

Service communication CNRS Délégation Languedoc-Roussillon - com@dr13.cnrs.fr

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits