CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

22 avril 2011

Le paléo-climat de l'Afrique centrale reconstitué grâce à des  fossiles de poissons

 

En Afrique centrale, d'où est originaire Sahelanthropus tchadensis, considéré par certains comme le plus vieil ancêtre connu de l'homme, l'évolution du paléo-climat est mal documentée. En analysant les isotopes de l'oxygène contenus dans des fossiles de poissons d'eau douce, une équipe franco-tchadienne vient de montrer que la région avait subi une aridification marquée au Messinien (-7,2 à -5,3 millions d'années). Son travail a été publié dans Geology.

 

Commencé il y a 23 millions d'années, le Néogène est une période géologique cruciale pour l'apparition de nombreuses espèces modernes, dont l'homme. Mais, dans une région importante sur le plan paléoanthropologique comme l'est l'Afrique centrale, qui a livré de très anciens fossiles d'hominidés, les changements passés de l'environnement sont mal connus. Pour tenter de pallier ce manque, une équipe franco-tchadienne, à laquelle ont collaboré plusieurs chercheurs du CNRS, a eu l'idée, un peu à la manière des chercheurs qui reconstituent le paléo-climat en étudiant les carottes de glace de l'Antarctique, d'utiliser les isotopes de l'oxygène contenus dans l'émail des dents et des écailles appartenant à des fossiles de  poissons retrouvés au Tchad. En effet, le ratio entre les isotopes 16 et 18 de l'oxygène retrouvés dans ces fossiles permet de remonter au ratio entre les isotopes 16 et 18 de l'eau dans laquelle vivaient ces poissons et d'en déduire la température de cette eau.

 

Quatre aires fossilifères datant d'époques différentes ont ainsi été comparées, ce qui a permis de dresser une évolution du climat allant de -7 à -3,6 millions d'années. Les résultats montrent des modifications dans le cycle de l’eau en Afrique centrale pendant la fin du Néogène et reflètent notamment une tendance à l’aridification, particulièrement rapide durant le Messinien. Selon les auteurs de l'étude, cette aridification est probablement liée à l'élévation de l'Afrique de l'Est, qui a pu réorganiser la circulation atmosphérique. Ces nouveaux résultats sur les paléo-environnements africains contribuent de façon significative à l’étude des origines de la lignée humaine en Afrique.

 

breve_otero

De haut en bas, le polyptère, le tétraodon et le poisson tigre, qui sont présents dans les eaux du bassin tchadien depuis plus de 7 millions d’années comme le démontre la présence de fossiles caractéristiques (échelle des fossiles : 1 cm) : les écailles recouvertes d’émail du polyptère, les mâchoires puissantes qui forment le bec du tétraodon et les dents acérées du poisson tigre. Ce sont sur ces fossiles que les mesures géochimiques ont été effectuées

© Olga Otero - IPHEP

 

 

Référence
δ18O of freshwater fish indicates a Messinian change of the precipitation regime in Central Africa, Geology, Olga Otero, Christophe Lécuyer, François Fourel, François Martineau, Hassane Taïsso Mackaye, Patrick Vignaud & Michel Brunet.

 

Contact chercheur

Olga Otero, Institut de paléoprimatologie, paléontologie humaine : évolution et paléoenvironnements (IPHEP, UMR 6046 CNRS-université de Poitiers), Bât. B 35, 40 avenue du Recteur Pineau, 86022 Poitiers Cedex.

Tél. 05-49-45-37-57

 

Contact communication

Eric Darrouzet, chargé de communication, Délégation CNRS Centre Poitou-Charentes

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits