CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

29 mars 2011

Les Européens n'ont maîtrisé le feu qu'il y a 400 000 ans

 

Publiée dans les Proceedings de l'Académie des sciences américaine, une étude qu'a co-écrite une chercheuse du laboratoire PACEA (de la Préhistoire à l'Actuel, Cultures, Environnement, Anthropologie, UMR 5199 CNRS-université de Bordeaux I-ministère de la culture) montre, à partir de l'analyse de plus d'une centaine de sites préhistoriques, que les premiers homininiens arrivés en Europe il y a plus d'un million d'années ne disposaient pas du feu et qu'ils l'ont domestiqué il y a 300 000 à 400 000 ans. Ce travail prouve aussi que Néandertal maîtrisait parfaitement le feu.

 

breve_villa

Produit il y a plus de 200 000 ans et retrouvé sur un site italien, cet éclat de silex est pris dans une sorte
de goudron lui permettant d'être collé à un manche. Les hommes de Néandertal fabriquaient
ce goudron en chauffant des écorces de bouleau

©: P. P. A. Mazza / Université de Florence

 

De nombreux archéologues ont tendance à penser que la conquête de l'Europe par les ancêtres de l'homme moderne n'a pu se faire sans l'usage maîtrisé du feu étant donné les hivers rigoureux qui règnent parfois sous nos latitudes. Cependant, l'analyse à grande échelle des données archéologiques réalisée dans cette étude (141 sites allant de -1,2 million d'années à -35 000 ans) montre que les plus anciennes traces avérées de foyers remontent à environ 400 000 ans sur deux sites : Beeches Pit en Angleterre et Schöningen en Allemagne. Il n'existe pas de preuve de maîtrise du feu pour les quelque 700 millénaires d'occupation de l'Europe qui ont précédé, même s'il n'est pas exclu qu'à l'occasion d'événements naturels (foudre, volcanisme, combustions spontanées), les hommes préhistoriques aient pu occasionnellement se servir du feu. Ces résultats concordent assez bien avec ce que l'on sait de l'apparition du feu en Asie et en Afrique, à l'exception toutefois du site de Gesher Benot Ya'aqov, en Israël, qui semble recéler des traces d'usage du feu remontant à 780 000 ans.

Non seulement ce travail pose la question de savoir comment les premiers Européens ont pu, sans la chaleur des flammes, affronter les hivers ainsi que les périodes glaciaires, mais il montre que c'est Néandertal et ses contemporains qui ont intégré le feu dans l'arsenal technologique de la lignée humaine. Les foyers leur servaient à se chauffer, à cuire leur nourriture, à avoir de la lumière une fois la nuit tombée, mais aussi à produire de nouveaux matériaux, comme des adhésifs nécessaires à coller des pierres taillées sur des manches. Une nouvelle preuve que l'homme de Néandertal, qui a disparu il y a 30 000 ans, était bien éloigné de l'image d'être archaïque qu'on lui a longtemps attribuée.

 

Référence : On the earliest evidence for habitual use of fire in Europe, Proceedings of the National Academy of Sciences, Wil Roebroeks & Paola Villa.

 

Contact chercheur : Paola Villa, University of Colorado Museum, UCB 265, Boulder, Colorado 80309-0265, Etats-Unis. Tél. : 00-1-303-492-4513

Contact communication : Caroline COHEN, chargée de communication, Délégation Aquitaine-Limousin

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits