CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

14 novembre 2012

Oiseaux : quand la force du réseau social conditionne la survie des nichées

 

Des chercheurs ont filmé en caméra infra-rouge des nichées de mésanges charbonnières et ont analysé l’ensemble des interactions entre les individus. Où l’on découvre que les jeunes des nichées les plus actives sont ceux qui ont le plus de chance de survie une fois qu’ils ont quitté le nid.

 

Et si la force du réseau social était déterminante pour la survie des individus d’une nichée ? Une soixantaine de nids de mésanges charbonnières ont été filmés en caméra infra-rouge - chaque individu étant identifié par un point de couleur, afin de retracer l’ensemble de ses interactions avec les autres membres de la nichée, soit 6 à 10 oiseaux en moyenne. Principal résultat de cette étude, inédite chez les animaux : ce sont les nichées où les contacts entre les individus sont les plus nombreux qui voient leurs chances de survie augmenter. En clair, le destin individuel des oiseaux après l’envol du nid dépend du comportement de l’ensemble du groupe.

 

« On considère que le réseau social est fort lorsque les petits changent fréquemment de position les uns par rapport aux autres, et donc interagissent avec tous les membres de la nichée, explique Philipp Heeb, chercheur au laboratoire Evolution et diversité biologique et co-auteur de l’étude. A l’inverse, le réseau est considéré comme faible lorsque les petits ne bougent pas, ou peu, au sein du nid. » Des paramètres qui peuvent être déterminants lorsque la nourriture – des larves de chenilles présentes dans les chênes – se raréfie et que les parents doivent choisir les jeunes qu’ils alimenteront en priorité. « Dans un réseau social fort, les petits ont tendance à quémander ensemble afin de faire pression sur les adultes pour qu’ils augmentent la fréquence de nourrissage » explique Philipp Heeb. Une stratégie qui se révèle plus efficace pour le groupe que le quémandage individuel.

 

breve heeb

De jeunes mésanges quémandent pour attirer l’attention des parents. La structure des réseaux d'interactions au sein des nichées influence le succès reproducteur des familles © Nick J. Royle

 

 

Référence

“Offspring social network structure predicts fitness in families”, publié dans Proceedings of the royal society B” online le 24 octobre 2012 par Nick J. Royle, Thomas W. Pike, Philipp Heeb, Heinz Richner et Mathias Kölliker

 


Contact chercheur
Philipp Heeb, UMR5174 Evolution et diversité biologique (EDB), CNRS/Université Toulouse 3/Ecole Nationale de formation agronomique, Tél. : 05 61 55 64 50, Mél : philipp.heeb@univ-tlse3.fr,

 

Contact communication 
Carine Desaulty, service communication de la Délégation Midi-Pyrénées, Carine.Desaulty@dr14.cnrs.fr, com@dr14.cnrs.fr

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits