CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Espace communication > En direct des laboratoires

sur ce site :

En direct des laboratoires

 

14 mars 2011

En Guyane, l’orpaillage n’érode pas que les sols : la biodiversité des poissons décline sous l’effet des activités minières

 

La Guyane subit depuis plusieurs années une ruée vers l’or difficile à maîtriser, qui est susceptible d’impacter la biodiversité. Une étude menée dans la réserve naturelle des Nouragues par des chercheurs de l’Université de Toulouse (UMR 5174 EDB), du CNRS et du Parc Amazonien de Guyane montre que la biodiversité des poissons des cours d’eau est durablement impactée par les activités d’orpaillage qui se sont développées de manière clandestine. Ces résultats sont à paraître dans la revue Biodiversity and Conservation.

 

L’augmentation constante du cours de l’or suscite un intérêt croissant aussi bien de la part de compagnies minières que d’orpailleurs clandestins pour les zones aurifères jusqu’ici délaissées. C’est en particulier le cas pour le territoire Guyanais où le nombre de sites d’orpaillage est en augmentation constante. L’extraction de l’or passe par une phase de lavage du sol par de grandes quantités d’eau. Cette eau chargée en sédiments est ensuite rejetée dans les cours d’eau, où elle provoque une diminution drastique de la transparence de l’eau à l’aval des chantiers d’orpaillage.
 
Une étude menée dans le cadre d’un projet CNRS-Nouragues montre que les petits chantiers d’orpaillage clandestins installés dans la réserve des Nouragues sont responsables de modifications importantes des assemblages de poissons. Malgré la dimension modeste de ces chantiers, les modifications d’assemblages de poissons induits par l’orpaillage se manifestent par une tendance à la disparition des espèces vivant exclusivement dans les petits cours d’eau qui sont remplacées par des espèces plus ubiquistes. De même, les espèces de grande taille tendent à être remplacées par des espèces de taille plus petite, probablement plus aptes à persister dans les zones perturbées. Ces tendances restent visibles même dans les sites où l’activité minière est stoppée depuis plusieurs mois, laissant penser que l’orpaillage constitue une menace durable pour la biodiversité des cours d’eau de Guyane.

 

brosse_breve

Deux des cours d’eau considérés dans cette étude, l’un non orpaillé (photo de gauche), l’autre orpaillé (photo de droite)

 

Référence

Small-scale gold mining erodes fish assemblage structure in neotropical streams. Brosse S., Grenouillet G., Gevrey M., Khazraie K. & Tudesque L. Biodiversity & Conservation

 

Contact chercheur :

Sébastien Brosse, UMR EDB 5174 UPS-CNRS-ENFA, Université Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse. Tel : 05 61 55 67 47

 

Contact communication :
Gaëlle Fornet - Tel : 05 94 32 92 15 - Portable : 06 94 45 35 6, décalage horaire avec Paris : heure d'été : -5h00 ; heure d'hiver : -4h00


Communication du CNRS en Guyane et du programme Amazonie  - BP 316 - 97379 Kourou cédex, site web : http://www.guyane.cnrs.fr


Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits