CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil  Environnement et développement durable - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil  Institut écologie et développement - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Les outils de l'Institut > Sites d'étude en écologie globale (SEEG)

sur ce site :

SEEG Delta du Danube (réserve biosphère) - un rétro-observatoire des changements socio-environnementaux

Roumanie, département de Tulcea

 

Présentation

La zone d’étude se développe dans la partie centrale du delta du Danube. Cette zone est administrée par la Réserve Biosphère Delta du Danube et englobe des zones de protection intégrale et des zones contrôlées dites « tampon ». Le choix de la zone de recherche a été guidé par la problématique du projet, c’est-à-dire l’étude de milieux ayant connu des changements environnementaux rapides, sous influence de forçages externes (climat, niveau marin) ou sous l’ascendance de projets sociaux-politiques. Dans la partie centrale du delta du Danube, la zone comprise entre la ride Stipoc et le bras de Sulina permet d’approcher ce type de configurations. Autour du site de Taraschina, les données archéologiques permettent de caractériser la transition rapide (vers 4300 bc) d’un milieu ouvert, agro-pastoral, vers un environnement fluvio-lacustre, contraint par un forçage naturel. Dans la zone de Stipoc, on observe à l’inverse la transformation rapide, durant les années 1980, d’un milieu humide (plaine d’inondation du delta du Danube) vers un espace agricole extensif, produit d’une économie collectiviste. Distants de moins de 10 km, ces deux sites d’observation décrivent des trajectoires opposées.

 

Canal d’accès au site de Taraschina (delta du Danube)

 

Problématique 

Ce rétro-observatoire a pour but d’étudier, dans la longue durée historique, les relations qu’entretiennent les sociétés humaines avec leur environnement. L’enjeu est de mesurer la part des héritages dans la construction des écosystèmes et des paysages actuels du delta du Danube. Il vise, par le truchement d’approches systémiques, à lier analyses rétrospectives et actualistes. Ce projet s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire à l’interface des sciences sociales et des sciences de l’environnement. L’objectif est, à partir d’une étude de cas, de conduire une réflexion méthodologique sur la manière dont on peut générer, agréger et analyser des données hétérogènes dans le cadre de politiques de gestion et de reconstruction d’espaces dits « naturels ». La finalité du projet est de modéliser les trajectoires dans la longue durée historique. L’enjeu est de proposer aux autorités gestionnaires des outils qui permettent à la fois d’intégrer les  grandes étapes de la formation des paysages héritages (SIG), mais également de tenter de proposer des modélisations. Cette partie du projet a vocation à opérer des développements méthodologiques, tant il est vrai que nos disciplines se heurtent à l’intégration de données dont les résolutions spatiales et temporelles sont hétérogènes.

Numérisation 3D d’une statuette en os anthropomorphe chalcolithique (culture Gumelnita)

 

Méthodes mises en œuvre 

Ce projet interdisciplinaire fait appel aux géosciences de l’environnement, à l’archéologie et à l’ensemble des disciplines paléo-environnementales. L’analyse des dynamiques actuelles fait plus spécifiquement appel aux disciplines propres aux sciences humaines et sociales, telles que la géographie, l’histoire contemporaine ou l’anthropologie.
Le projet se décline autour de 3 thématiques complémentaires :

  • Anthropisation, forçages externes et adaptabilité des sociétés depuis le Néolithique jusqu’à la période médiévale 
  • Géohistoire de l’artificialisation d’un milieu humide : l’impact des aménagements mégalomaniques (période communiste) sur le fonctionnement des écosystèmes 
  • Héritages et effets différés 

 

Premiers résultats 

Les premiers résultats obtenus en 2013 concernent plus spécifiquement l’histoire des aménagements anthropiques réalisés durant les 3 derniers siècles. Le dépouillement partiel d’archives et de documents cartographiques, pour l’essentiel inédits, a permis de distinguer 7 phases dans la chronologie des aménagements de cette partie du delta du Danube. Si les premiers aménagements opérés dès 1830 sont liés à l’amélioration de la navigation, cette étape est suivie par un développement raisonné, entre les années 1910-1945. Mais ce sont les grands travaux réalisés durant la période communiste qui impactent le plus sur le fonctionnement des écosystèmes. L’assèchement de vastes zones et la succession de plans de développement économique (fermes piscicoles, exploitation du roseau, agriculture, sylviculture…) ont conduit à la formation d’un palimpseste de paysages. Le travail d’exploitation des archives, et notamment de l’abondante documentation élaborée durant la période communiste, fait l’objet d’une thèse doctorat à l’Université Toulouse 2. 

En savoir plus

 

carottage sur le site de Taraschina (Crisan)

 

Partenaires scientifiques 

Porteur du projet : Géographie de l'environnement (Géode), Toulouse
Université de La Rochelle
Littoral, environnement et société (LIENSs), La Rochelle
Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM), Nice
Université de Strasbourg
Institutul de Cercetari Eco-Muzeale Tulcea (ICEM) (Institut de Recherche Eco-Muséographique de Tulcea), coordination des partenaires roumains
Muséul National de Istorie a Romaniei (Musée National d’Histoire de la Roumanie), Bucarest
Institut National de recherche en Géologie et Geo-écologie Marine (Geo-Eco-MAR), Bucarest
Universitatea Alexandru Ioan Cuza (Université Alexandru Ioan Cuza), Iasi

 

Partenaires institutionnels 

Consiliul Judetean Tulcea (Conseil Départemental de Tulcea)
Réserve Biosphère Delta du Danube (ARBDD)
Institut National du Delta du Danube (DDNI)

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits