Accueil du site > Vie de la recherche > Prix et distinctions




Recherchez sur ce site


ERC 2013 : les lauréats de la catégorie Advanced Grants

16 septembre 2013

LPTMS - UMR 8626 , LOA - UMR 7639

Deux physiciens de l’Institut de physique du CNRS sont lauréats d’une bourse ERC 2013 dans la catégorie Advanced Grants. Les bourses ERC Advanced Grants permettent à des chercheurs exceptionnels à la réputation établie, quels que soient leur nationalité et leurs âges, de mener des projets novateurs à haut risque qui ouvrent de nouvelles voies dans leur discipline de spécialisation ou dans d’autres domaines.

Victor Malka, Directeur de recherche CNRS - Laboratoire d’Optique Appliquée (LOA - CNRS/ENSTA/Ecole Polytechnique)

Projet « X-Five » : Sources X, de 5ème génération, ultra brillantes issues d’accélérateurs laser plasmas

La production de champs électriques extrêmement intenses dans les plasmas (gaz ionisés) permet d’accélérer efficacement des particules chargées. Le premier défi a consisté à mettre en mouvement de façon collective les électrons du plasma de façon à créer des champs électriques intenses. Le deuxième défi a été de contrôler l’injection des électrons dans les puits de potentiels électriques correspondants. En surmontant ces deux défis, les accélérateurs à plasma laser produisent aujourd’hui sur de très courtes distances des faisceaux de particules aux propriétés tout à fait uniques. Les objectifs du projet ERC X-Five sont : (...)

Projet « X-Five » : Sources X, de 5ème génération, ultra brillantes issues d’accélérateurs laser plasmas

La production de champs électriques extrêmement intenses dans les plasmas (gaz ionisés) permet d’accélérer efficacement des particules chargées. Le premier défi a consisté à mettre en mouvement de façon collective les électrons du plasma de façon à créer des champs électriques intenses. Le deuxième défi a été de contrôler l’injection des électrons dans les puits de potentiels électriques correspondants. En surmontant ces deux défis, les accélérateurs à plasma laser produisent aujourd’hui sur de très courtes distances des faisceaux de particules aux propriétés tout à fait uniques. Les objectifs du projet ERC X-Five sont :

- La démonstration de nouveaux schémas d’accélérateurs à laser plasma optimisée pour la production de rayonnement X intense.
- La démonstration de l’amplification d’un laser à électron libre sur la base d’un accélérateur à plasma laser
- L’exploration de nouveaux types d’onduleur ultra compacts à partir de plasma laser.

Portrait
Victor Malka, 52 ans, a obtenu son doctorat en physique atomique des plasmas de fusion en 1990, puis a travaillé sur des thèmes de recherche liés à la fusion inertielle avant de créer en octobre 2001 son propre groupe au sein du LOA, sur l’accélération laser plasma de particules. Cette nouvelle approche permet aujourd’hui la production de faisceaux de particules (électrons et protons) et de rayonnement X de très bonne qualité d’intérêt pour la médecine, la science des matériaux, la radiobiologie et la chimie rapide. Victor Malka, expert mondialement reconnu en physique des plasmas, a déjà obtenu deux bourses ERC (AdG et PoC). Il est responsable de plusieurs projets européens et français regroupant de grandes institutions nationales (Curie, CNRS, Inserm, IGR, CEA, etc) et initiateur de la Spin-off SourceLab. Directeur de recherche CNRS et enseignant à l’Ecole polytechnique, Victor Malka a donné en tant qu’invité plus de 125 présentations dans des conférences internationales. Il est l’auteur de 310 publications scientifiques dans des revues internationales, dont plus de 190 dans des revues à comité de lecture. Fellow de l’APS depuis 2008, Victor Malka est membre de plusieurs comités d’évaluation européens et américains, des sociétés savantes française, américaine, européenne et italienne de physique.

Contact : Victor Malka / Page du chercheur sur le site du LOA

Georgy Shlyapnikov, Directeur de recherche CNRS - Laboratoire de Physique Théorique et Modèles Statistiques (LPTMS - CNRS/Univ. Paris-Sud)

Projet : Nouvelles phases collectives dans les gaz quantiques : de la physique à quelques corps à la physique à N corps

Ce projet est à l’interface de la physique de la matière condensée et de la physique atomique et traite des gaz ultrafroids dilués charactérisés par des températures de l’ordre du nanokelvin. Le principal objectif est de révéler des phases collectives ayant des propriétés inexplorées et de développer leur description théorique. (...)

Projet : Nouvelles phases collectives dans les gaz quantiques : de la physique à quelques corps à la physique à N corps

Ce projet est à l’interface de la physique de la matière condensée et de la physique atomique et traite des gaz ultrafroids dilués charactérisés par des températures de l’ordre du nanokelvin. Le principal objectif est de révéler des phases collectives ayant des propriétés inexplorées et de développer leur description théorique. Ces idées sont aussi dédiées aux états collectifs qui peuvent être utilisés comme simulateurs quantiques d’états solides complexes et/ou d’instruments pour le traitement de l’information quantique. Ces études se concentreront sur les propriétés superfluides des états supersolides, les systèmes spinoriels spéciaux, les états ferromagnétiques itinérants d’atomes fermioniques. Une attention particulière sera donnée à un système désordonné ayant des propriétés de localisation et de diffusion non-conventionnnelles : il s’agit de molécules polaires distribuées aléatoirement dans un réseau optique profond, où l’on s’attend à ce que le transport d’excitations de rotation donne l’analogue quantique du processus de Levy, l’anti-localisation, et la localisation algébrique.

Portrait
L’activité de recherche en physique théorique de Georgy Shlyapnikov a commencé en 1969 et en 1975 il a obtenu son doctorat au Centre de Recherche Russe Institut Kurchatov de Moscou (Russie) sur le sujet des processus radiatifs et de collision dans les gaz. Ce thème de recherche a évolué rapidement en direction de la physique à basse température, les systèmes de basse dimension, et la matière condensée. Ces études étaient d’abord concentrées sur l’hydrogène polarisé en spin dans un environnement d’hélium liquide, et ensuite sur des aspects variés de la théorie des gaz quantiques ultrafroids. En 1989-2003, il travaille à Amsterdam, d’abord à temps partiel puis à temps complet, en tant que responsable de groupe à l’Institut FOM AMOLF. Le travail qu’il effectue à cette période lui vaut l’obtention du prix Humboldt (Allemagne) en 1999 et du prix Kurchatov (Russie) en 2000. Déjà en 1998-2003, il passe du temps à Paris comme professeur à temps partiel au Laboratoire Kastler Brossel (LKB - CNRS/UPMC/ENS Paris). En 2003, il obtient un poste de directeur de recherche du CNRS (DR1) au LPTMS à Orsay, et dès lors il dirige un groupe de théorie dans ce laboratoire. En 2011 ses travaux sur la théorie des gaz quantiques lui permettent d’obtenir le Prix International de la Condensation de Bose-Einstein.

Contact Georgy Shlyapnikov