Accueil du site > Vie de la recherche > Prix et distinctions




Recherchez sur ce site


ERC 2013 : les lauréats de la catégorie Consolidator Grants

9 décembre 2013

CNRS/Thalès - UMR 137 , LIPhy - UMR 5588 , SPEC - UMR 3680

Trois physiciens viennent de recevoir une bourse ERC 2013 dans la catégorie Consolidator Grants, qui récompensent chaque année les projets de chercheurs ayant 7 à 12 ans d’expériences après la thèse, quels que soient leur nationalité, et qui désirent créer ou consolider une équipe de recherche suite à des premiers travaux prometteurs.

Manuel Bibes, Chargé de recherche CNRS - Unité Mixte CNRS/Thalès

Projet "MINT" : Nouveaux états et dispositifs électroniques aux interfaces d’isolants de Mott

Les oxydes de métaux de transition présentent un très large éventail de fonctionnalités (magnétisme, ferroélectricité, multiferroïcité, supraconductivité, etc). De plus, à l’interface entre deux oxydes peuvent apparaître des propriétés physiques très différentes de celles des deux matériaux mis en jeu. C’est le cas par exemple du caractère métallique ou supraconducteur récemment découvert à l’interface entre deux isolants "classiques" SrTiO3 et LaAlO3. Le projet MINT vise à explorer (...)

Projet "MINT" : Nouveaux états et dispositifs électroniques aux interfaces d’isolants de Mott

Les oxydes de métaux de transition présentent un très large éventail de fonctionnalités (magnétisme, ferroélectricité, multiferroïcité, supraconductivité, etc). De plus, à l’interface entre deux oxydes peuvent apparaître des propriétés physiques très différentes de celles des deux matériaux mis en jeu. C’est le cas par exemple du caractère métallique ou supraconducteur récemment découvert à l’interface entre deux isolants "classiques" SrTiO3 et LaAlO3. Le projet MINT vise à explorer la physique aux interfaces de matériaux appelés isolants de Mott dans lesquels le caractère isolant n’est pas dû à l’absence d’électrons de conduction comme c’est habituellement le cas, mais à la répulsion coulombienne entre électrons. Ces matériaux sont généralement très sensibles à des stimuli externes (application de champ électrique ou magnétique, illumination), et à leurs interfaces des phases électroniques bidimensionnelles totalement nouvelles sont attendues. L’objectif de MINT est non seulement de mettre à jour ces phases, mais aussi d’en tirer de nouvelles fonctions pour développer à terme une nanoélectronique basées sur ces oxydes.

Portrait
Manuel Bibes est chercheur au CNRS. Ingénieur de l’INSA Toulouse, il réalise sa thèse entre 1998 et 2001 à l’ICMAB de Barcelone sur la physique des interfaces de manganites. Après un post-doc dans l’équipe d’Albert Fert à l’Unité Mixte CNRS/Thales à Palaiseau il intègre le CNRS en 2003, d’abord à l’Institut d’Electronique Fondamentale d’Orsay, puis à nouveau à l’Unité Mixte CNRS/Thales où il effectue sa recherche aujourd’hui. Ses travaux concernent les propriétés électroniques et magnétiques à l’échelle nanométrique de couches minces d’oxydes de métaux de transition, ainsi que leur exploitation dans des dispositifs innovants. En 2013, il reçoit le prix EU-40 de l’European Materials Research Society pour ses travaux sur le développement de jonctions tunnel ferroïques et multiferroïques pour l’électronique et la spintronique. Il est l’auteur de plus de 120 publications totalisant 5500 citations et de 60 exposés invités.

Contact : Manuel Bibes

Philippe Marmottant, Chargé de recherche CNRS - Laboratoire Interdisciplinaire de Physique (LIPhy - CNRS/Univ. Joseph Fourier Grenoble 1)

Projet "BUBBLEBOOST" : Bulles microfluidiques pour de nouvelles applications : laser acoustique et micro-robots nageurs contrôlés par ultrasons

Ce projet vise à tirer parti de la très forte résonance acoustique de microbulles fabriquées de façon calibrée dans des dispositifs microfluidiques, à l’échelle de quelques dizaines de micromètres. Les objectifs du projet sont : (...)

Projet "BUBBLEBOOST" : Bulles microfluidiques pour de nouvelles applications : laser acoustique et micro-robots nageurs contrôlés par ultrasons

Ce projet vise à tirer parti de la très forte résonance acoustique de microbulles fabriquées de façon calibrée dans des dispositifs microfluidiques, à l’échelle de quelques dizaines de micromètres. Les objectifs du projet sont :
1) la création d’un laser acoustique dans le domaine ultrasonore, le résonateur étant une matrice de bulles. Un tel laser permettrait d’obtenir de nouvelles sources ou de nouveaux matériaux absorbants l’énergie acoustique ;
2) la conception de micro-robots dont la propulsion est assurée par la vibration de microbulles. La vibration est activée à distance par ultrasons, ce qui en fait les analogues dans le domaine ultrasonore des puces électromagnétiques de type RFID. Ces micro-"nageurs" pourraient jouer le rôle de nouveaux vecteurs pour délivrer des médicaments dans le corps, ou pour mélanger activement des liquides.

Portrait
Philippe Marmottant, 38 ans, après des études de Physique des Liquides, a obtenu son doctorat sur l’atomisation de jets liquides sous la direction de Pr. E. Villermaux, au LEGI à Grenoble. Il a ensuite entrepris un post-doctorat à l’Université de Twente sur la réponse acoustique des bulles avec dans l’équipe de Pr. D. Lohse et S. Hilgenfeldt. Depuis 2004 il est chercheur au CNRS, et s’attache l’étude de la matière-molle à petite échelle : l’écoulement de mousses et micro-mousses, l’acoustique comme force externe pour déplacer des objets pour obtenir des pinces « acoustiques ». Il aborde aussi des sujets liés à la physique des plantes tels que la compréhension des mouvements rapides (plantes carnivores aquatiques, éjection de spores) ou la nucléation de bulles de cavitation dans les arbres.

Contact Philippe Marmottant / Page personnel sur le site du LIPhy

Patrice BERTET, Ingénieur de recherche CEA - Service de Physique de l’Etat Condensé (SPEC - CNRS/CEA),

Projet "CIRQUSS" : Electrodynamique quantique des circuits supraconducteurs couplés à des spins

Les techniques habituelles de résonance paramagnétique électronique (RPE) ne permettent de détecter que de larges ensembles de spins à cause de la faiblesse de l’interaction d’un spin avec le champ micro-onde. Le but du projet CIRQUSS est d’appliquer les développements techniques les plus récents issus du domaine de l’électrodynamique quantique des circuits supraconducteurs, pour atteindre la sensibilité nécessaire à la détection micro-onde d’un spin électronique unique. (...)

Projet "CIRQUSS" : Electrodynamique quantique des circuits supraconducteurs couplés à des spins

Les techniques habituelles de résonance paramagnétique électronique (RPE) ne permettent de détecter que de larges ensembles de spins à cause de la faiblesse de l’interaction d’un spin avec le champ micro-onde. Le but du projet CIRQUSS est d’appliquer les développements techniques les plus récents issus du domaine de l’électrodynamique quantique des circuits supraconducteurs, pour atteindre la sensibilité nécessaire à la détection micro-onde d’un spin électronique unique. Cela nous permettra d’explorer deux directions complémentaires. D’une part, effectuer la spectroscopie RPE d’objets uniques (molécules, voire cellules). D’autre part, développer une nouvelle plate-forme d’information quantique à base de spins nucléaires individuels, intriqués et mesurés grâce à leur interaction avec des photons-micro-ondes.

Portrait
Patrice Bertet a effectué sa carrière de chercheur dans le domaine de la physique de de l’information quantique, appliqués à différents types de systèmes : durant sa thèse (soutenue en 2002) au laboratoire Kastler-Brossel dans l’équipe de Serge Haroche avec des atomes de Rydberg couplés à une cavité micro-onde de fort facteur de qualité, puis durant son postdoc à l’université de Delft avec des circuits quantiques supraconducteurs. Depuis 2006 il est chercheur dans le groupe Quantronique du SPEC au CEA, où il développe le domaine des circuits hybrides quantiques visant à coupler les qubits supraconducteurs à des spins dans les solides. Il a reçu en 2012 le grand prix de physique Jacques-Herbrand de l’académie des sciences.

Contact Patrice BERTET / Page du groupe Quantronique sur le site du SPEC