Accueil du site > A la Une




Recherchez sur ce site


Tous les cristaux liquides sont dans la nature




















Connus pour leur utilisation dans les écrans plats, les cristaux liquides sont aussi omniprésents dans le vivant, chez les animaux comme chez les végétaux. Essentielle pour la recherche fondamentale, leur étude ouvre d’immenses perspectives d’applications, notamment dans le domaine des matériaux biomimétiques.

Les cristaux liquides (CL) biologiques ont été découverts dès 1888 par le botaniste autrichien Friedrich Reinitzer (1857-1927). Lequel observa des phénomènes colorés étranges en analysant des extraits de racine de carotte au microscope optique.

Cependant, « comparés aux cristaux liquides synthétiques pour les écrans plats, très étudiés à partir de la fin des années 1960, les CL biologiques ont reçu beaucoup moins d’attention de la part des chercheurs… Or, ils sont omniprésents et cruciaux pour de nombreux processus biologiques ! » constate Michel Mitov, physicien au groupe des cristaux liquides du Centre d’élaboration de matériaux et d’études structurales (CEMES) du CNRS et auteur d’un récent article de revue faisant le point sur les connaissances dans ce domaine1. « J’espère que cet article contribuera à réattirer l’attention sur ce sujet et à faire éclore de nouvelles pistes de recherche », souligne-t-il.

Ils sont partout dans le vivant !

Les cristaux liquides ne sont pas un matériau particulier. Ils constituent un état stable de la matière, au même titre que les états cristallin, liquide et gazeux. Leur nom en oxymore l’indique : ils ont à la fois des propriétés d’un liquide (fluidité) et des propriétés d’un solide cristallin (propriétés optiques, etc.). Ceci dit, certains peuvent être complètement solidifiés.

(...)


Lire la suite de l’article sur lejournal.cnrs.fr