Accueil du site > Vie de la recherche > Actualités scientifiques




Recherchez sur ce site


Comment sécuriser l’utilisation des drones ?

Dans le domaine de la robotique aérienne, les applications basées sur des drones foisonnent, avec aujourd’hui les prises de vues pour la télévision et le cinéma, la mesure et la numérisation 3D d’édifices, les applications pour le loisir et pour l’agriculture. Toutes ces applications ont pour point commun de nécessiter la présence d’un pilote, elles ne peuvent donc faire intervenir qu’un seul drone à la fois. Les applications de demain, qui commencent à apparaitre sous forme de projets et de prototypes, sont très ambitieuses : la livraison par drone, la voiture volante, le monitoring de structures et le suivi de chantier intelligent, l’usine du futur, l’inventaire automatisé, etc. Toutes ces applications font intervenir un ou plusieurs drones totalement autonomes et coordonnés, ce qui nécessite un degré de fiabilité et de sécurité important, pour prétendre à une autorisation de vol dans l’espace aérien.

Les travaux de recherche du laboratoire dans ce domaine portent donc prioritairement sur la sécurisation des drones, au travers de deux projets clés. Le premier (soutenu par le fond unique interministériel FUI - CAP2018) a pour but de développer le premier autopilote (un système de pilotage automatique) fiable, sûr et sécurisé pour les drones, conforme à la certification des systèmes aéronautiques [1] qui intégrera l’évitement d’obstacles en temps-réel et le vol coordonné de flottilles de drones. Le deuxième, une start-up en cours de création nommée Drone interactive, vise à révolutionner l’industrie des loisirs en associant la réalité augmentée et des drones au pilotage intuitif, avec pour objectif de proposer des attractions multijoueurs et multidrones à des personnes entièrement novices. Les algorithmes du GIPSA-lab permettent en effet de piloter le drone en toute sécurité, en garantissant son maintien dans la zone autorisée et en évitant les collisions. Au-delà de l’application pour le secteur des loisirs, ce type d’algorithme peut avoir des applications dans le domaine de l’inspection, pour permettre à un opérateur d’utiliser un drone sans connaissance particulière de pilotage et ainsi de se concentrer sur les tâches à mener. Des travaux complémentaires portent également sur la cybersécurité des drones afin d’empêcher leur prise de contrôle à distance ou le piratage des données embarquées par le drone (des photos par exemple).

Le GIPSA-lab a une activité autour de la robotique aérienne depuis 2002 et regroupe tout le spectre des compétences nécessaires, depuis le contrôle-commande au traitement d’images, en passant par l’analyse hyperspectrale, la navigation et le prototypage rapide. Depuis 2011, Le GIPSA-lab a également une activité de recherche autour des « éoliennes volantes », des cerfs-volants qui récoltent l’énergie du vent de la même manière que les pales d’éoliennes conventionnelles. Une start-up, BladeTips Energy, et trois contrats industriels ont été montés sur ce sujet.

Extrait du dossier de presse Visite du Laboratoire Grenoble images parole signal automatique (GIPSA-lab)

Voir aussi :


[1] Norme DO178C du code de l’autopilote