Accueil du site > Vie de la recherche > Actualités scientifiques




Recherchez sur ce site


Une monnaie quantique infaillible

Différentes méthodes sont possibles pour sécuriser une transaction financière, et toutes sont basées sur le même principe : il faut garder une trace de la transaction et s’assurer que l’information transmise ne soit pas dupliquée. Utiliser la mécanique quantique, et en particulier sa propriété anti-clonage, est depuis longtemps une option envisagée. Cependant, les technologies de mémoire quantique, indispensables pour stocker les informations transmises, et les systèmes de vérifications étaient jusqu’à présents insuffisants pour transmettre ce type d’informations sécurisées. Des chercheurs du CNRS et de Télécom ParisTech [1] ont réussi à développer une monnaie quantique qui satisfait rigoureusement les conditions de sécurité pour l’inviolabilité. Leur prochaine étape : intégrer à l’expérience des mémoires quantiques performantes qui permettraient la réalisation de véritables « cartes de crédit » quantiques. Ces travaux sont publiés le 30 janvier 2018 dans Nature Partner Journal Quantum Information.


Référence : Experimental investigation of practical unforgeable quantum money. Mathieu Bozzio, Adeline Orieux, Luis Trigo Vidarte, Isabelle Zaquine, Iordanis Kerenidis, and Eleni Diamanti. Nature Partner Journal Quantum Information, le 30 janvier 2018. DOI : 10.1038/s41534-018-0058-2.

Contacts chercheurs CNRS :
Eleni Diamanti, chercheuse du CNRS au Laboratoire d’informatique de Paris 6 (CNRS/Sorbonne université) et directrice adjointe du Paris Centre for Quantum Computing (CNRS/Sorbonne université/Université Paris Diderot)
T 01 44 27 83 12
eleni.diamanti lip6.fr

Iordanis Kerenidis, chercheur du CNRS à l’Institut de recherche en informatique fondamentale (CNRS/Université Paris Diderot) et directeur du Paris Centre for Quantum Computing (CNRS/Sorbonne université/Université Paris Diderot)
T 01 57 27 94 01
iordanis.kerenidis irif.fr

Contact presse CNRS :
Alexiane Agullo
T 01 44 96 43 90 alexiane.agullo cnrs-dir.fr


[1] Du Laboratoire d’informatique de Paris 6 (CNRS/Sorbonne université), de l’Institut de recherche en informatique fondamentale (CNRS/Université Paris Diderot) et du Laboratoire traitement et communication de l’information de Télécom ParisTech