Accueil du site > Vie de la recherche > Prix et distinctions




Recherchez sur ce site


Sabrina Ouazzani, post-doctorante au LIX, récompensée par la bourse L’Oréal-UNESCO

Sabrina Ouazzani, post-doctorante au Laboratoire d’informatique de l’École polytechnique, en co-tutelle avec le CNRS, est récompensée cette année par une bourse « Pour les Femmes et la Science » de la Fondation L’Oréal et de l’UNESCO.

Les travaux effectués par Sabrina Ouazzani à l’Université Paris-Est Créteil, ainsi que les perspectives de recherche qu’elle envisage désormais au sein du Laboratoire d’informatique de l’X (LIX, École polytechnique/CNRS) lui ont permis d’obtenir une bourse « Pour les Femmes et la Science » de la Fondation L’Oréal et de l’UNESCO. Cette récompense a pour objectif de mettre à l’honneur des jeunes chercheuses pour l’excellence de leur niveau académique, la qualité de leur projet scientifique et leur capacité à transmettre leur passion pour la science.

Après une thèse réalisée au sein du Laboratoire d’informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier (LIRMM, CNRS/Université de Montpellier) et deux ans passé au Laboratoire d’algorithmique, complexité et logique (LACL, Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne) à Créteil, Sabrina Ouazzani a rejoint le Labex Digicosme - Paris-Saclay [1] en septembre 2018 où elle travaille actuellement avec Olivier Bournez, professeur de l’École polytechnique et Benjamin Hellouin, maître de conférences à l’Université Paris-Sud.

Une recherche mêlant mathématiques, informatique et concepts philosophiques Les travaux de Sabrina Ouazzani portent sur « la calculabilité à temps infinis ». Pour comprendre les concepts qui se cachent derrière ces termes, il faut remonter en 1930, à la naissance de la logique de programmation qui a donné naissance au numérique d’aujourd’hui. Petit à petit, les chercheurs se sont rendus compte qu’il existe des questions que l’on ne peut pas résoudre à l’aide d’un algorithme (i.e. suite de calculs, d’actions à effectuer dans un ordre précis pour arriver au résultat) et c’est alors que la calculabilité a vu le jour. Cette discipline, au cœur de l’informatique fondamentale, vise à caractériser et classifier les problèmes pouvant être résolus par un ordinateur.

Sabrina Ouazzani s’intéresse plus particulièrement à la calculabilité en temps infini : en prenant comme hypothèse que la machine a un temps infini pour faire des calculs, peut-on collecter des informations au bout de ce temps infini qui permettront alors de faire avancer le problème ? Cela se rapproche de la notion de « limite » utilisée dans les mathématiques. Mais les travaux de la chercheuse vont plus loin : et si, après ce temps infini, on reprenait les calculs sur un temps infini ? Puis à nouveau sur un nombre infini, et ainsi de suite ? Ces infinis successifs, appelés ordinaux, pourraient permettre de fixer un cadre novateur pour appréhender l’hyper informatique de demain.

Si ces recherches paraissent très abstraites, l’obtention de la bourse L’Oréal-UNESCO « Pour les Femmes et la Science » va permettre à Sabrina Ouazzani de s’investir concrètement pour promouvoir sa discipline et les sciences en général, notamment auprès des jeunes filles. « Pendant mes études et ma thèse, je manquais de modèles pour pouvoir me projeter car j’étais dans un milieu presque exclusivement masculin, explique la jeune chercheuse. Nous manquons de femmes dans la communauté et je veux pouvoir montrer à celles qui pourraient avoir des doutes que nous sommes légitimes, que nous avons notre place. » Sabrina Ouazzani envisage d’aller parler de son parcours dans les écoles, ce qui lui permettra aussi de donner un image plus réelle de la recherche actuelle en informatique.


[1] Laboratoire d’excellence (CEA/CNRS/CentraleSupélec/ENS Paris-Saclay/Inria/ENSTA ParisTech/Université Paris-Sud/Telecom ParisTech/Telecom SudParis/Ecole polytechnique)