Accueil du site > En bref




Recherchez sur ce site


EcoInfo

Présentation du Groupement de service (GDS) EcoInfo

Le Groupement de service (GDS) EcoInfo est une structure du CNRS, soutenue par l’Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (INS2I), dont l’objectif général est de fournir un ensemble de services aux différentes communautés de l’enseignement supérieur et de la recherche, sur la thématique des impacts environnementaux et sociaux des équipements et des logiciels concernés par les Technologies de l’Information et des Communications (TICs).

À partir d’un travail approfondi de veille scientifique et technologique, ces services s’organisent autour de cinq axes :

  • La production de documentations, qui peuvent être des recommandations, des articles de fond, voire des livres de vulgarisation,
  • L’organisation de formations, de séminaires, de journées thématiques, de rencontres thématiques ponctuelles à la demande etc.,
  • La mise à disposition d’ouvrages et de petits équipements aux unités du CNRS,
  • La mise en réseau des chercheurs, ingénieurs concernés par le sujet,
  • La participation à des projets de recherche.

Sur quoi et comment travaille-t-on ?

Les impacts environnementaux concernent notamment la question des ressources non renouvelables, les pollutions locales, régionales et globales et les conséquences sur la vie humaine et la biodiversité. Ils sont de plusieurs ordres : Tout d’abord, les phases de fabrication et de traitement des déchets électroniques génèrent de nombreuses pollutions dans les sols, l’eau et l’air. Ces polluants (qu’on peut retrouver dans le riz lorsqu’il est cultivé à proximité de zones de traitements "informels") sont essentiellement des métaux lourds, des substances bioaccumulables (comme les retardateurs de flamme), de l’arsenic etc. ils affectent tout l’écosystème et sont responsables de problème de perte de biodiversité et de problèmes de santé humaine. Par ailleurs, toutes les phases du cycle de vie d’un équipement électronique génère des gaz à effet de serre.

Puis, il y a aussi des problématiques spécifiques liées à l’utilisation des métaux rares ou moins rares mais dont les ressources actuellement disponibles sur terre se mesurent en quelques années.

Enfin, la fabrication des puces électroniques est très consommatrice d’eau ultra pure, ce qui dans certaines régions, place cette industrie comme concurrent aux usages de l’eau potable pour la vie quotidienne ou l’agriculture.

Dans ce contexte, notre GDS adresse des recommandations sur la spécification des matériels dont il faut tenir compte lors des achats (pour être le plus éco-responsable), mais aussi lors de l’usage des équipements et leur mise au rebut. Nous orientons une partie de nos recommandations sur la question spécifique des salles informatiques et de l’usage des serveurs (y compris les serveurs de calcul), parce que contrairement aux PC, portable et autre petites objets électroniques, la phase la plus impactante n’est pas la phase de fabrication, mais la phase d’usage des serveurs. Or il y a de très grosses économies à faire sur l’énergie dépensée pour faire tourner les serveurs (la climatisation en particulier).

Le périmètre d’étude inclut les centres de données et serveurs, les postes de travail, les imprimantes et les autres équipements électroniques en usage fréquent dans nos organisations. Les approches méthodologiques retenues sont la réalisation d’analyses de cycle de vie de produits, la définition de bonnes pratiques, l’étude critique et la synthèse d’articles scientifiques.

Visiter le site du GDS EcoInfo