CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions >Des neurones pour maintenir le regard dirigé vers une cible

sur ce site :

Parutions

 

Des neurones pour maintenir le regard dirigé vers une cible

 

Des chercheurs viennent de montrer que les microsaccades oculaires, ces petits mouvements involontaires qui animent nos yeux pendant que nous fixons un objet, sont contrôlés par le colliculus supérieur, une structure cérébrale déjà identifiée pour diriger le regard vers les centres d’intérêt. Ces résultats sont publiés dans la revue Science le 13 février 2009.

Si nous savons comment le cerveau oriente le regard vers un objet d’intérêt, nous comprenons moins bien comment il permet de maintenir le regard dirigé vers cet objet. Une hypothèse propose le recrutement de neurones dits de fixation pendant toute cette période au cours de laquelle un objet est fixé. Le phénomène semble en fait plus complexe. En effet, lorsque nous fixons une cible, nos yeux ne sont pas totalement immobiles mais effectuent des mouvements involontaires de très petite amplitude : les microsaccades oculaires.

Au cours d’un travail collaboratif mené avec des chercheurs du Salk Institute for Biological Studies (La Jolla, Californie), Laurent Goffart, chercheur à l’Institut de Neurosciences Cognitives de la Méditerranée à Marseille, et ses collaborateurs ont découvert un substrat neurobiologique à ces microsaccades au niveau du colliculus supérieur, une structure cérébrale déjà connue pour intégrer les informations visuelles et auditives et diriger les yeux et la tête vers les centres d’intérêt.

Les chercheurs ont montré que les neurones situés dans la région fovéale du colliculus jouent un rôle dans la genèse des microsaccades. Ces neurones sont actifs juste avant le début des microsaccades, et leur activité dépend de la direction et de l’amplitude des mouvements. Pour en tester le rôle causal, les chercheurs ont inactivé temporairement cette région du colliculus supérieur, et ont observé une réduction significative de la fréquence des microsaccades, sans pour autant compromettre les capacités de fixation.

image article L. Gauffart

 

 

En savoir plus

  • A neural mechanism for microsaccade generation in the primate superior colliculus
    Z. M. Hafed, L. Goffart & R. J. Krauzlis. Science, (2009), 323 : 940-943

 

Références

  • Goffart L, Quinet J., Chavane F and Masson G.S. Influence of background illumination on fixation and visually-guided saccades in the rhesus monkey. Vision Research, 46: 149–162, 2006.

  • Goffart L., Chen L.L. and Sparks D.L. Deficits in saccades and fixation during muscimol inactivation of the caudal fastigial nucleus in the rhesus monkey. Journal of Neurophysiology 92: 3351-3367, 2004.

 

Contact chercheur

Institut de neurosciences cognitives de la méditerranée (INCM)
UMR 6193, CNRS/Univ. Aix-Marseille 2
31 Chemin Joseph Aiguier
13402 Marseille Cedex 20

 

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits