CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions > Reconnaissance de l’identité visuelle et vocale par le singe : prémisses du concept de personne chez le primate

sur ce site :

Parutions

 

Reconnaissance de l’identité visuelle et vocale par le singe : prémisses du concept de personne chez le primate

 

Des chercheurs du Centre de neuroscience cognitive (CNRS/Université Lyon 1) ont montré, dans un article publié dans PNAS le 10 janvier 2011, que le macaque rhésus partage avec l’Homme la capacité de reconnaître les individus de sa propre espèce grâce à leur voix et leur visage. De manière surprenante, les scientifiques dévoilent également que cette faculté cognitive peut être élargie à des individus d’une autre espèce, lorsque celle-ci a une importance écologique.

 

L’Homme possède la capacité de reconnaître individuellement des centaines d’autres individus. Cette faculté lui permet d’évoluer dans une société complexe, dont l’organisation est en partie forgée par les relations interindividuelles. La reconnaissance des autres est très flexible, nous permettant d’identifier quelqu’un par les traits de son visage, sa voix, son odeur ou même sa silhouette. De même, nous reconnaissons quelqu’un en chair et en os mais également sur une photo alors que les informations de taille, de couleur et de relief sont altérées. Ainsi, l’Homme possède « une image » ou « un concept cognitif de l’identité » de « l’autre », qui regroupe les informations sémantiques, comme le nom, la profession ou le nombre d’enfants, et les informations sensorielles, telles que la voix et le visage.

Une étude comportementale, menée par Julia Sliwa et Sylvia Wirth au sein de l’équipe de Jean-René Duhamel au Centre de neuroscience cognitive (CNC, CNRS/Université de Lyon) et en collaboration avec Olivier Pascalis du Laboratoire de psychologie et neurocognition (LPNC, CNRS/Université de Grenoble), a permis d’évaluer si les singes rhésus Macaca mulatta possèdent une représentation des autres similaire à celle que possède l’Homme. Ces petits primates qui vivent en larges colonies présentent des comportements sociaux complexes tout comme l’Homme. L’étude de leurs capacités cognitives est importante car elle permet d’une part de comprendre l’évolution de fonctions cognitives au sein de la famille des primates et d’autre part, parce que les avancées scientifiques dans le domaine des neurosciences sont très souvent basées sur l’étude du cerveau de ce singe.

Concrètement, les chercheurs ont montré que les singes rhésus sont non seulement capables de reconnaître individuellement leurs congénères sur des photos, mais aussi d’identifier l’enregistrement sonore correspondant à l’individu représenté sur la photo. De plus, les animaux de l’étude, habitués à la présence de l’Homme depuis la naissance, sont également aptes à relier la voix au visage des humains dont ils sont proches. Enfin, les macaques montrent des préférences ou évitements pour certaines photos, ce qui reflète leurs relations avec les individus qui y sont représentés.

Ces résultats démontrent que les singes rhésus, tout comme l’Homme, possèdent une représentation cognitive plurimodale des autres qui incorpore les souvenirs des interactions passées. Cette représentation peut concerner des individus d’une autre espèce socio-écologiquement importante, révélant ainsi le potentiel adaptatif de cette faculté. Les observations des scientifiques montrent que les représentations cognitives complexes des individus ne sont pas l’apanage de l’Homme, mais sont partagées par d’autres espèces de primates, posant ainsi les jalons des groupes sociaux complexes déterminants dans l’évolution des espèces.


 

Figure : Les macaques rhésus sont capables d’associer spontanément le visage à la voix d’un individu, dont les spectrogrammes sont représentés en bleu. Cette faculté à reconnaître de façon individuelle et multimodale les personnes connues s’applique à leurs congénères mais également aux humains lorsque les singes sont élevés en leur présence. Ainsi l’individualisation, l’un des fondements des réseaux sociaux sophistiqués, est une aptitude que l’Homme partage avec d’autres espèces de primates. © CNC, S. Wirth

 

 

En savoir plus

  • Spontaneous voice–face identity matching by rhesus monkeys for familiar conspecifics and humans, J Sliwa, JR Duhamel, O Pascalis, S Wirth. PNAS, January 10, 2011, doi:10.1073/pnas.1008169108.

 

Contact chercheur

  • Sylvia Wirth
    Centre de neuroscience cognitive (CNC)
    UMR 5229 CNRS/Université Lyon 1
    67 boulevard Pinel
    69675 Bron Cedex

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits