CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions > Le cheval, un nouveau modèle de dépression ?

sur ce site :

Parutions

 

Le cheval, un nouveau modèle de dépression ?

 

Les principaux symptômes de la dépression humaine se retrouvent aussi chez le cheval lorsqu’il est soumis à des épisodes fréquents de stress. Cette espèce animale pourrait constituer un nouveau modèle d’étude des troubles dépressifs chez les mammifères. Cette conclusion a été publiée dans la revue PLoS ONE par des chercheurs du laboratoire Ethologie animale et humaine (EthoS, CNRS/Université de Rennes 1) et du laboratoire Physiologie de la reproduction et des comportements (CNRS/INRA/Université François-Rabelais Tours/Institut français du cheval et de l’équitation).

 

Les chevaux domestiques sont soumis, comme les êtres humains, à différentes contraintes environnementales, sociales et/ou liées au travail. Au cours des dernières années, l’équipe de Martine Hausberger au laboratoire EthoS a montré que l'accumulation de facteurs de stress, comme l’isolement social, le confinement, le stress physique ou le stress « psychologique » au travail, peuvent conduire, chez cette espèce, à l'émergence de comportements pathologiques (« tics ») et même agressifs.

Le doctorat de Carole Fureix, réalisé dans différents centres équestres, a mis en évidence qu'au-delà de ces réactions « actives », les chevaux peuvent également développer, en dehors de leurs séances de travail, une forme d'apathie caractérisée par des périodes d'immobilité. Cet état profond de fatigue est associé à une fixité de la tête, du regard et des oreilles et à une posture où tout le poids de l’animal est réparti sur l'avant de son corps.

Le profil comportemental et postural de ces chevaux stressés a été comparé à celui d’animaux témoins lors de tests psychologiques, de stimulation sensorielle et d'anxiété. Il se caractérise, en particulier chez les femelles et une race spécifique de cheval, par une indifférence envers les stimuli environnementaux, visuels et tactiles, des taux de cortisol anormalement bas et une anxiété bien plus élevée que la moyenne. L'ensemble de ces caractéristiques, incluant l'aspect génétique et le genre, présente de fortes similarités avec les états dépressifs décrits chez l'Homme et d'autres modèles animaux de laboratoire.

Alors que les modèles animaux « classiques » de la dépression sont aujourd’hui remis en cause, cette étude suggère que des modèles animaux plus « écologiques », soumis à des contraintes analogues à celles des humains dans leur quotidien, pourraient constituer une nouvelle source d'inspiration sur les déterminants et biomarqueurs utiles à cette pathologie qui, dans sa forme grave, atteint 2 à 5 % de la population des Etats Unis.



 

Figure : Les chevaux « apathiques » présentent un profil comportemental et postural atypique par rapport à des chevaux vivant en conditions a priori favorables au bien-être (partie gauche du schéma). Lorsqu'ils sont comparés à des chevaux témoins, qui n’ont jamais présenté ce syndrome et qui proviennent des mêmes établissements, les chevaux « apathiques » se caractérisent également par une indifférence envers les stimuli environnementaux, des taux de cortisol particulièrement bas et une anxiété accrue (partie droite du schéma). Toutes ces caractéristiques, y compris la forte prévalence chez les femelles et l’effet race qui suggère des aspects génétiques, ressemblent de très près aux troubles observés chez l’Homme et d’autres modèles animaux se trouvant dans un état dépressif. © EthoS, Carole Fureix

 


 

En savoir plus

  • Towards an ethological animal model of depression ? A study on horses, Carole Fureix, Patrick Jego, Séverine Henry, Léa Lansade, Martine Hausberger PLoS ONE (2012), doi:10.1371/journal.pone.0039280.

 

Contact chercheur

  • Martine Hausberger
    Ethologie Animale et Humaine (EthoS)
    UMR 6552 CNRS/Université de Rennes 1
    Université de Rennes 1, bâtiment 25
    263 avenue du Général Leclerc
    35042 Rennes Cedex

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits