CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions > Réguler l’infection des cellules par le virus du Sida

sur ce site :

Parutions

 

Réguler l’infection des cellules par le virus du Sida

 

La cytokine IL-7 crée un environnement favorable à l’entrée du virus du Sida dans les cellules cibles de l’organisme hôte. Une équipe de l’Institut de génétique moléculaire de Montpellier (IGMM, CNRS/Universités Montpellier 1 et 2) vient de dévoiler que l’IL-7 peut stimuler l’infection virale, sans division cellulaire, en augmentant l’apport de glucose par le transporteur Glut-1 dans ces cellules cibles. Ces résultats, obtenus avec la collaboration du Laboratoire de virologie humaine (LVH, Inserm/ENS Lyon) et de l’Université Stanford aux Etats-Unis, ont été publiés dans la revue PNAS.

 

HIV-1, le lentivirus responsable du Sida, s'attaque à des cellules essentielles de notre système immunitaire, les lymphocytes T. Le virus y pénètre, s'y multiplie, puis se dissémine en bourgeonnant à leur surface. A partir d’un certain stade et en l’absence de traitement, l’infection des lymphocytes conduit à une déficience du système immunitaire et à la contraction de maladies opportunistes. Deux des moyens de contrer l'action du virus sont de l'empêcher d'entrer dans les lymphocytes T ou de réveiller les réservoirs dormants, déjà infectés, pour les soumettre à l’action d’antirétroviraux.

Il a été décrit que la cytokine IL-7, une protéine produite par les intestins, la peau, ou encore le thymus, stimule la prolifération et la survie des lymphocytes T (1). Cependant, IL-7 facilite également l'entrée du virus dans les lymphocytes T. L’équipe de Naomi Taylor à l’IGMM, en collaboration avec les équipes de Marc Sitbon dans le même institut, de François-Loïc Cosset et Els Verhoeyen au LVH et de Léonard et Léonore Herzenberg à l’Université Stanford, a démontré qu’avec des niveaux de pression d’oxygène proches des conditions physiologiques, la stimulation par IL-7 permet l'entrée du virus dans les lymphocytes, sans que ceux-ci n’aient à se diviser par mitose. C’est la toute première fois que la propriété des lentivirus d’infecter des cellules qui ne se divisent pas est mise en évidence dans des lymphocytes humains.

Mais alors, qu’est ce qui permet l’amplification de l'infection dans ces conditions ? Les chercheurs, notamment Séverine Loisel-Meyer et Louise Swainson de l’équipe de Naomi Taylor, ont découvert que la régulation de l'infection dépend aussi du métabolisme du glucose, principal fournisseur d’énergie des cellules. Plusieurs transporteurs sont capables d’importer le glucose dans les cellules. Les scientifiques ont précisément montré que la cytokine IL-7 favorise l’apport de glucose dans les lymphocytes par le transporteur Glut-1 et que cette fonction de Glut-1 est directement corrélée à la stimulation de l'infection (2).

Ces résultats, tout à fait novateurs, pourraient constituer un nouvel espoir thérapeutique car ils mettent clairement en évidence qu'en modulant l’activité du transporteur Glut-1, il est possible de diminuer de façon drastique l'infection des lymphocytes T par le virus du Sida ou au contraire, d’en réveiller les réservoirs pour les éradiquer à l’aide d’antirétroviraux.


 

Figure : La cytokine IL-7 favorise la présence de Glut1 à la surface cellulaire. Glut1, qui transporte du glucose à l’intérieur des cellules, permet au virus du Sida de poursuivre son cycle infectieux après son entrée dans les lymphocytes T. Parmi les étapes favorisées par Glut1 figurent la transcription inverse de l’ARN viral en ADN viral et l’intégration de cet ADN dans le noyau des lymphocytes T. Avec des concentrations d’oxygène de 2 à 4%, l’IL-7 permet le déroulement de ces étapes sans que les lymphocytes n’aient à se diviser. © IGMM, Naomi Taylor, Marc Sitbon

 

 


Notes

  • (1) Harnessing the biology of IL-7 for therapeutic application, Crystal Mackall, Terry Fry, Ronald Gress, Nature Reviews Immunology (2011), 11(5):330-342, doi:10.1038/nri2970.
  • (2) L’ensemble de cette étude a bénéficié du soutien du Sidaction et de l’Agence nationale de recherche sur le Sida (ANRS).

 

En savoir plus

  • Glut1-mediated glucose transport regulates HIV infection, Séverine Loisel-Meyer, Louise Swainson, Marco Craveiro, Leal Oburoglu, Cédric Mongellaz, Caroline Costa, Marion Martinez, François-Loic Cosset, Jean-Luc Battini, Leonard A. Herzenberg, Leonore A. Herzenberg, Kondala R. Atkuri, Marc Sitbon, Sandrina Kinet, Els Verhoeyen, Naomi Taylor, PNAS (2012), doi: 10.1073/pnas.1121427109.

 

Contact chercheur

  • Naomi Taylor
    Institut de génétique moléculaire de Montpellier (IGMM)
    UMR5535 CNRS/Universités Montpellier 1 et 2
    1919 Route de Mende
    34293 Montpellier Cedex 5

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits