CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions > ARN de porine et mitochondries, une association constructive

sur ce site :

Parutions

 

ARN de porine et mitochondries, une association constructive

 

Siège de la respiration cellulaire, la mitochondrie est une véritable centrale énergétique mais elle est également impliquée dans la mort cellulaire. Ainsi, un nombre croissant de pathologies humaines comme le cancer et certaines maladies neuro-dégénératives est associé à des dysfonctionnements des mitochondries. Anne-Marie Duchêne, maître de conférences de l’université de Strasbourg, et ses collègues de l’Institut de biologie moléculaire des plantes et de l’Institut des sciences du végétal du CNRS, cherchent à comprendre le fonctionnement de cet organite. Ils viennent de mettre en évidence qu’une porine, protéine majeure de la mitochondrie, était traduite à partir de deux ARNs messagers. L’un d’eux, en s’associant aux membranes mitochondriales, modifie la quantité et la morphologie des mitochondries, comme le précise cette étude parue dans PNAS.

 

Les porines sont les protéines les plus abondantes des membranes mitochondriales. Elles contrôlent non seulement l’échange de composés entre l’organite et le reste de la cellule, mais jouent également un rôle central dans la mort cellulaire. Anne-Marie Duchêne et ses collaborateurs s’intéressent de près à cette protéine chez les plantes. Ils viennent de découvrir qu’elle est synthétisée à partir, non pas de un, mais de deux ARNs messagers. L’un de ces ARNs reste dans le cytoplasme. Le 2e est adressé à la surface des mitochondries. Les chercheurs ont réussi à identifier la petite séquence, localisée à l’extrémité la plus distale de cet l’ARN, permettant la migration vers l’organite.


Les chercheurs ont également pu construire différents variants de l’ARN messager de porine. Ceux contenant la petite séquence d’adressage entrainent des changements de morphologie des mitochondries et augmentent leur abondance dans la cellule. Ces travaux ouvrent de nouvelles perspectives quant à la compréhension de la biogenèse des mitochondries. Ils pourraient même, à terme, permettre le développement d’outils pour modifier le fonctionnement des mitochondries.


Anne-Marie Duchêne précise que les processus de localisation des ARNs dans la cellule, ainsi que leur impact sur le fonctionnement des mitochondries, sont encore très mal connus. Il est essentiel de travailler sur différents modèles vivants pour créer une synergie de connaissance. Les levures, les cellules végétales ou animales offrent des pistes de recherche complémentaires pour percer les mystères de la mitochondrie.

 


Figure : Visualisation du mouvement intracellulaire de l'ARN d'une porine (en vert) venant s'associer à une mitochondrie (en rouge).

© Duchêne/CNRS

 

 

En savoir plus

  • Differential targeting of VDAC3 mRNA isoforms influences mitochondria morphology, Morgane Michauda, Elodie Ubrig, Sophie Filleur, Mathieu Erhardt, Geneviève Ephritikhine, Laurence Maréchal-Drouard, Anne-Marie Duchêne, PNAS (2014), doi : 10.1073/pnas.1402588111


Contact chercheurs

  • Anne-Marie Duchêne
    Tél. : 0 367 15 53 69
    Institut de biologie moléculaire des plantes (CNRS)

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits