CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions > Développement d’un crible multi-phénotypique pour l’étude des interactions hôte/pathogène.

sur ce site :

Parutions

 

Développement d’un crible multi-phénotypique pour l’étude des interactions hôte/pathogène

 

La fièvre Q, ou coxiellose, est probablement la zoonose la plus contagieuse qui soit puisqu' une seule bactérie suffit à infecter un homme.
L'équipe de Matteo Bonazzi du Centre d'études d'agents pathogènes et biotechnologies pour la santé a mis au point et validé un protocole d'identification rapide des facteurs bactériens qui régulent les interactions hôte-pathogène. Les chercheurs ont appliqué leur méthode pour étudier Coxiella burnetii, pathogène responsable de la fièvre Q. Ce travail a été publié dans Plos Pathogens.

 

Les maladies infectieuses figurent parmi les causes majeures de mortalité dans le monde. L'invasion de l'organisme "hôte" par des pathogènes, leur maintien et leur colonisation dépendent d'événements très finement régulés appelés "interactions hôte-pathogène". Ces interactions sont très diverses, et chaque pathogène est caractérisé par un processus unique lui permettant de manipuler son hôte à son avantage. Comprendre les interactions hôte-pathogène est la clé pour faire face à la menace imposée par les maladies infectieuses, notamment afin de mettre en place des stratégies alternatives pour combattre les agents pathogènes multi-résistants.

 

L'équipe de Matteo Bonazzi du Centre d'études d'agents pathogènes et biotechnologies pour la Santé a mis au point et validé un protocole d'identification rapide des facteurs bactériens qui régulent les interactions hôte-pathogène. Les chercheurs ont appliqué leur méthode pour étudier Coxiella burnetii, pathogène responsable de la fièvre Q.
La fièvre Q, ou coxiellose, est probablement la zoonose la plus contagieuse qui soit puisque une seule bactérie suffit à infecter un homme. L'enjeu de santé publique est majeur puisque Coxiella burnetii est non seulement très infectieuse et résistante dans l’environnement, mais aussi répandue dans le monde entier, avec de nombreux réservoirs chez les mammifères sauvages et domestiques (bovins, ovins, caprins, chats, chiens, etc). L'infection se manifeste par un syndrome grippal pouvant évoluer vers une pneumonie atypique et plus rarement une hépatite. Sous sa forme chronique (2 à 5% des cas), la fièvre Q provoque une inflammation des parois du coeur. En l'absence de traitement la maladie est mortelle. Avec un traitement approprié, actuellement, la létalité atteint encore les 10%.
Grâce à la méthode qu'ils ont mise au point, les chercheurs de l'équipe de Matteo Bonazzi ont pu isoler plus de 1000 mutations bactériennes et identifier les gènes essentiels pour l'invasion par Coxiella ainsi que pour sa réplication (colonisation) dans les cellules hôtes. De plus, ils ont caractérisé pour la première fois l'invasine de Coxiella, OmpA, qui permet l'internalisation de la bactérie dans les cellules non phagocytaires. Ces résultats sont d'une importance majeure puisque les chercheurs travaillent actuellement à l'utilisation d’OmpA pour développer un vaccin contre la fièvre Q.

 


Figure : Colonies de Coxiella burnetii (vert) en train de se répliquer dans des vacuoles Lamp1 positif
(rouge) dans des cellules Vero (CellTracker, bleu) 72h après l’infection.

© Bonazzi/CNRS

 

En savoir plus

  • Identification of OmpA, a Coxiella burnetii Protein Involved in Host Cell Invasion, by Multi-Phenotypic High-Content Screening ,Eric Martinez, Franck Cantet, Laura Fava, Isobel Norville, Matteo Bonazzi, Plos Pathogens (2014), doi : 10.1371/journal.ppat.1004013


Contact chercheurs

  • Matteo Bonazzi
    Tél. : 04 34 35 94 60
    Centre d'études d'agents Pathogènes et Biotechnologies pour la Santé (CNRS/Université Montpellier 1/Université Montpellier 2)

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits