CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions > Illusions visuelles: leur origine est dans la prédiction

sur ce site :

Parutions

 

Illusions visuelles: leur origine est dans la prédiction

 

Des chercheurs de l’Institut de neurosciences de la Timone apportent un éclairage théorique nouveau sur une illusion visuelle découverte dès le début du XXème siècle. Elle restait incomprise alors qu’elle pose des questions fondamentales sur la manière dont notre cerveau représente les évènements dans l’espace et dans le temps. Cette étude parue le 26 janvier 2017 dans la revue PLOS Computational Biology, montre que la solution se situe dans les mécanismes prédictifs intrinsèques aux traitements neuronaux de l’information.


Les illusions visuelles sont toujours aussi populaires: de façon quasi magique, elles peuvent faire apparaitre des objets là où on ne les attend pas... Elles sont aussi d'excellentes occasions de questionner les contraintes de notre système perceptif. De nombreuses illusions sont basées sur le mouvement, comme par exemple, l'illusion du flash retardé. Observez un point lumineux qui se déplace sur une trajectoire rectiligne. Si un second point lumineux est flashé très brièvement juste au dessus du premier, le point en mouvement sera toujours perçu en avant du flash alors que leurs deux positions horizontales sont rigoureusement identiques.

Traiter l’information visuelle prend du temps et même si ces délais sont remarquablement brefs, ils ne sont cependant pas négligeables et le système nerveux doit les compenser. Pour un objet qui se déplace de façon prédictible, le réseau neuronal peut inférer sa position la plus probable en tenant compte de ce délai de traitement. Pour le flash, par contre, cette prédiction ne peut s'établir car son apparition est imprévisible. Ainsi, alors que les deux cibles sont alignées sur la rétine au moment du flash, la position de l’objet en mouvement est anticipée par le cerveau afin de compenser le délai de traitement : c’est ce traitement différencié qui provoque l’illusion du flash retardé.

Les chercheurs montrent que cette hypothèse permet également  d’expliquer les cas où cette illusion ne fonctionne pas : par exemple si le flash a lieu à la fin de la trajectoire ou si la cible rebrousse chemin de façon imprévue. Dans ce travail, l’innovation majeure consiste à utiliser la précision de l’information dans la dynamique du modèle. Ainsi, la position corrigée de la cible en mouvement est calculée en combinant le flux sensoriel avec la représentation interne de la trajectoire, toutes deux existant sous la forme de distributions de probabilités. Manipuler la trajectoire revient à changer la précision, et donc le poids relatif de ces deux informations lorsqu’elles sont combinées de façon optimale afin de connaître où se trouve un objet au temps présent. Les chercheurs proposent d’appeler parodiction (du grec ancien paron, le présent) cette nouvelle théorie qui joint inférence Bayesienne et prise en compte des délais neuronaux.

Malgré la simplicité de cette solution, la parodiction comporte des éléments qui peuvent sembler contre-intuitifs. En effet, dans ce modèle, le monde physique environnant est considéré comme "caché", c'est-à-dire qu'il ne peut être deviné que par nos sensations et notre expérience. Le rôle de la perception visuelle est alors de délivrer à notre système nerveux central l'information la plus probable malgré les différentes sources de bruit, d'ambiguïté et de délais temporels.

Selon les auteurs de cette publication, le traitement visuel consisterait en une "simulation" du monde visuel projeté au temps présent, et ceci avant même que l'information visuelle ne puisse effectivement venir moduler cette simulation, la confirmant ou l’infirmant. Cette hypothèse qui semble relever de la « science-fiction » est actuellement testée avec des modèles de réseaux neuronaux hiérarchiques plus détaillés et biologiquement plausibles qui devraient permettre de comprendre encore mieux les mystères sous-jacents à notre perception. Les illusions visuelles n'ont vraiment pas fini de nous étonner!

 

Figure : Dans l'illusion visuelle du flash retardé, un point en mouvement (le point rouge) est perçu en avant par rapport à un point flashé (en vert), même si ils sont alignés verticalement à l'instant du flash. Depuis la découverte de cette illusion, les débats ne sont pas clos quant à l'origine du traitement différencié des deux points. Dans cette étude, il est proposé que ce décalage de position soit dû à un mécanisme prédictif dont le but est normalement de compenser les délais de traitement de l'information visuelle. En utilisant l'information sur le mouvement du point, du début de la trajectoire (segments blancs) jusqu'au moment du flash (segments rouges), la position du point est donc "anticipée" pour correspondre au plus près à la position réelle au temps présent.

© Laurent Perrinet

 

 

En savoir plus

Contact chercheur

  • Laurent Perrinet
    Institut de Neurosciences de la Timone
    CNRS UMR 7289 - Université Aix Marseille
    INT campus santé Timone
    27 boulevard Jean Moulin
    13385 MARSEILLE CEDEX 05

    04 91 32 40 44

 

Mise en ligne le 31 janvier 2017
Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits