CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions > Action inattendue de fibroblastes dans la production d’anticorps

sur ce site :

Parutions

 

Action inattendue de fibroblastes dans la production d’anticorps

 

Les plasmocytes sont des lymphocytes B qui jouent un rôle-clé dans l’orchestration d’une réponse immune en produisant des anticorps dirigés contre des virus ou des bactéries. Générés dans les organes lymphoïdes secondaires, les plasmocytes doivent échanger des signaux avec d’autres cellules pour survivre et fonctionner correctement. Cette étude, publiée dans la revue PNAS, révèle qu’un sous-type particulier de fibroblastes du ganglion lymphatique joue un rôle inattendu en participant à la survie et au fonctionnement des plasmocytes.

 

Les ganglions lymphatiques sont le lieu de production des cellules du système immunitaire et notamment des plasmocytes sécrétant de grandes quantités d'anticorps qui permettent de lutter contre la propagation d’agents infectieux. Lors d’une réponse immune, les plasmocytes résident plusieurs jours dans une région du ganglion appelée médulla. La localisation précise ainsi que la survie des plasmocytes dépendent de facteurs provenant d’autres cellules qui forment un site anatomique particulier appelé « niche ».

Dans le cadre d’une étude collaborative entre l’Institut Cochin et l’Université de Lausanne, les chercheurs ont identifié, chez l’homme et chez la souris, un nouveau type de fibroblastes qui participent, avec d’autres cellules et notamment des macrophages, à la niche ganglionnaire des plasmocytes. Ces fibroblastes, localisés dans la médulla ganglionnaire, favorisent à la fois la survie des plasmocytes via la production de cytokines mais aussi la résidence correcte de ces cellules en formant un réseau tridimensionnel.

Cette découverte inattendue porte un éclairage nouveau sur les fibroblastes qui, outre leur fonction de soutien tissulaire, jouent également un rôle clé dans l’initiation d’une réponse immune adaptative. Enfin, la caractérisation de ces fibroblastes peut aider à concevoir des stratégies d'intervention pour cibler cette niche dans le cadre de maladies auto-immunes causées par des plasmocytes sécrétant des anticorps auto-réactifs.

 

Figure : Interaction entre des plasmocytes et des fibroblastes de la médulla dans un ganglion de souris. Les fibroblastes (en vert) forment des contacts étroits avec les plasmocytes (en rouge) dans la médulla ganglionnaire d’une souris immunisée. Des macrophages (en bleu) sont également présents dans cette région et constituent, avec les fibroblastes, la niche des plasmocytes.

© Emmanuel Donnadieu

 

 

En savoir plus

Contact chercheur

 

  • Emmanuel Donnadieu

    Tél. + 33 (0)1 40 51 65 64

    Dynamique des interactions lymphocytaires T
    UMR8104 (CNRS /Université Paris Descartes) Inserm U1016
    Institut Cochin
    22 rue Méchain
    75014 Paris

 

 

Mise en ligne le 12 septembre 2018

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits