CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions > Une petite molécule pour une grande cohésion

sur ce site :

Parutions

 

Une petite molécule pour une grande cohésion

 

Le maintien de l’intégrité de la peau est un défi constant pour la survie de l’organisme. Lors de la cicatrisation, un des premiers mécanismes de fermeture de la blessure est la migration des cellules de l’épiderme, les kératinocytes. Ce déplacement suppose une bonne coordination entres les cellules de la peau qui doivent rester cohésives afin de se déplacer de façon efficace. Cette cohésion est assurée par différentes jonctions établies entre les kératinocytes. Des chercheurs de l'Institut Jacques Monod mettent en évidence qu’une petite protéine soluble, appelée galectine-7, contrôle la stabilité des jonctions adhérentes présentes aux contacts entre cellules voisines. Galectine-7 permet ainsi une meilleure efficacité au cours de la migration cellulaire collective. Ces travaux ont été publiés le 6 décembre 2017 dans la revue Scientific Reports.

 

La migration cellulaire collective est un phénomène biologique majeur impliqué dans le développement embryonnaire ou la cicatrisation mais aussi lors du développement de tumeurs cancéreuses. Différents mécanismes comme la polarité avant-arrière des cellules et un comportement collectif, sont essentiels pour l’efficacité du déplacement de cellules assemblées en tissus. Ces processus requièrent des interactions entre les cellules qui sont assurées par des jonctions intercellulaires, notamment les jonctions adhérentes. Ces jonctions sont composées par des assemblages moléculaires organisés autour de la E-cadhérine, protéine présente à la surface des cellules.

En étudiant des modèles de souris n’exprimant pas la protéine galectine-7 qui appartient à une famille de petites protéines se liant principalement aux groupements sucrés des protéines, les chercheurs ont observé qu’elles cicatrisaient moins rapidement que des souris non modifiées. De même, par l’analyse de modèles cellulaires composés de kératinocytes humains, ils ont démontré que galectine-7 joue un rôle dans la migration cellulaire collective par sa capacité à se lier au domaine extracellulaire de la E-cadhérine.

De façon surprenante, bien que galectine-7, comme les autres lectines de la famille, soit connue pour se lier aux sucres, cette interaction est indépendante de son domaine de reconnaissance des sucres. De surcroit, cette interaction directe protéine-protéine est observée pour la première fois avec un partenaire extracellulaire de galectine-7.

Des analyses de fonctionnalité ont révélé que galectine-7 est une molécule stabilisatrice de la E-cadhérine à la surface cellulaire et qu’elle régule la dynamique de cette protéine en ralentissant son renouvellement. De plus, des expériences de vidéo-microscopie montrent que la présence de galectine-7 renforce l’adhérence intercellulaire et favorise l’acquisition de la polarité avant-arrière des cellules en mouvement, la coordination et la cohérence du mouvement cellulaire (Figure).

De plus, l’ajout de galectine-7 purifiée a permis aux chercheurs de restaurer la dynamique de la E-cadhérine à la surface des cellules déficientes en galectine-7. Il semble donc possible de compenser les défauts impliquant la galectine-7 à l’aide de protéines recombinantes ou d’inhibiteurs de cette protéine. Galectine-7 étant sous-exprimée ou surexprimée dans différents types de cancer, cette opportunité de compensation permet d’envisager des perspectives thérapeutiques encore inexplorées.

 

Figure : L’endocytose de la E-cadhérine a été mesurée par fluorescence visible ici en vert au bout de 5 minutes d’incubation avec un anticorps spécifique du domaine extracellulaire de cette molécule. Dans les kératinocytes humains, en absence de galectine-7, on observe une forte augmentation de l’internalisation de la E-cadhérine (a). Ceci a pour conséquence une migration collective altérée (b). Les mouvements individuels des cellules en migration sont représentés par les flèches rouges. En absence de galectine-7, les flèches indiquent des directions différentes révélant une diminution de la coordination entre les cellules.

© Tamara Advedissian

 

 

En savoir plus

Contacts chercheurs

Institut Jacques Monod 

UMR CNRS 7592 – Université Paris Diderot

15 rue Hélène Brion

75205 Paris cedex 13

 

01 57 27 81 07

 

Mise en ligne le 18 janvier 2018

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits