CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions > Péricytose dans le cerveau épileptique

sur ce site :

Parutions

 

Péricytose dans le cerveau épileptique

 

Les péricytes sont des cellules situées sur la paroi externe des vaisseaux capillaires. Une étude d’imagerie dynamique transcrânienne chez la souris a permis d’établir une restructuration fonctionnelle de ces cellules sur le système vasculaire cérébral suite à l’induction d’un état épileptique. Les dysfonctionnements hémodynamiques et hémorragiques associés sont efficacement traités avec du PDGF-BB, un facteur trophique spécifique des pericytes.

 

Un tiers des patients atteint d’épilepsie ne répond pas aux traitements conventionnels, ce qui peut nécessiter une intervention chirurgicale pour retirer, non sans risques, le tissu épileptique. L’analyse de ces tissus chirurgicaux indique des séquelles vasculaires de type ischémiques et hémorragiques qui suggèrent un rôle pathologique du système vasculaire cérébral.

Les chercheurs ont combiné des techniques d’imagerie in vivo et d’électroencéphalographie dans un modèle murin d’épilepsie pour suivre la dynamique d’assemblage périvasculaire des pericytes pendant la progression électrophysiologique de la pathologie. L’étude révèle une péricytose chronique associée à des dysfonctionnements d’hémodynamique et d’étanchéité des vaisseaux qui sont proportionnels à l’activité électroencéphalographique.

Le traitement de cette péricytose par le PDGF-BB, un facteur trophique spécifique des pericytes, immédiatement après à la phase épileptique aigue, réduit les séquelles vasculaires ischémiques et hémorragiques ainsi que l’activité électroencéphalographique épileptiforme pendant la phase chronique. L’étude publiée dans Cell Report présente les pericytes comme une cible thérapeutique potentielle pour réduire la physiopathologie.

 

Figure : Les pericytes (cellules bâtonnets et étoilées) et le muscle lisse (cellules en anneaux) contrôlent l’afflux sanguin en réponse à l’activité cérébrale locale. En endommageant les pericytes, l’hyperexcitation d’un foyer épileptique désassemble un lien fonctionnel essentiel à la communication entre neurones et vaisseaux.

© Freddy Jeanneteau

 

 

En savoir plus

Contact chercheur

 

  • Freddy Jeanneteau
    Institut de Génomique Fonctionnelle
    INSERM U1191, CNRS UMR5203, Université de Montpellier
    Tél. + 33 434359309

     

Mise en ligne le 16 mai 2018

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits