CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > La recherche en sciences du vivant > Parutions 2010

sur ce site :

Parutions 2010

 

Cette page présente quelques publications en 2010 des laboratoires de l'INSB.

 

2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014| 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 |

 

 

Des nombres dans le noir…

Comment les non-voyants de naissance traitent-ils les nombres, et en particulier les petites et les grandes quantités ? Dans un article paru le 17 décembre 2010 dans Psychonomic Bulletin & Review, des chercheurs du Laboratoire de Psychologie Sociale et Cognitive (CNRS/Université Clermont-Ferrand 2) répondent à cette question et montrent que les processus d’énumération ou de comptage ne nécessitent pas d’expérience visuelle.

charneauLire la suite

 

Greatwall, une potentielle cible thérapeutique contre le cancer

Des scientifiques du Centre de Recherche en Biochimie Macromoléculaire (CNRS/Universités Montpellier 1 et 2) ont identifié une nouvelle protéine essentielle au bon déroulement de la mitose : la protéine Arpp19, substrat de la protéine kinase Greatwall. Permettant d’éviter certaines altérations de la division cellulaire à l’origine de cancers, par le biais de la phosphorylation de la protéine Arpp 19, Greatwall constitue une nouvelle cible potentielle dans la mise au point de thérapies. Ces travaux sont publiés dans la revue Science le 17 décembre 2010.

charneauLire la suite

 

Gros plan sur un moteur moléculaire : ça tourne

Pour vivre, nous avons besoin d'adénosine 5’-triphosphate, plus connu sous l’acronyme ATP. Mais comment cette molécule est-elle synthétisée ? C'est à cette question qu'essaye de répondre une équipe de l'Institut de Biologie et Génétique Cellulaires (CNRS/Université Bordeaux 2) en étudiant, à l'échelle atomique et moléculaire, la H+-F1F0 ATP synthase mitochondriale de la levure Saccharomyces cerevisiae. Les chercheurs ont réussi à cristalliser et résoudre la structure cristalline d'un sous-complexe de cette enzyme. Leurs résultats ont été publiés le 17 septembre 2010 dans The Journal of Biological Chemistry.

charneauLire la suite

 

De petits ARN qui contrôlent le développement embryonnaire

Dans un article publié le 17 octobre dans Nature, une équipe de l'Institut de Génétique Humaine (CNRS/Universités Montpellier 1 et 2) a ouvert une nouvelle piste dans la compréhension du rôle des éléments transposables, capables de se mouvoir dans le génome. Les chercheurs ont notamment montré que des petits ARNs non codants, dérivés d’éléments transposables, sont indispensables à la mise en place des axes embryonnaires, un processus fondamental du développement.

charneauLire la suite

 

Les nouvelles preuves d’un quatrième domaine du vivant

Grâce à des études phylogénétiques reproductibles, des scientifiques de l’Unité de Recherche sur les Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes (CNRS/Université Aix-Marseille 2) viennent d’établir de nouvelles preuves de l’appartenance des grands virus à ADN, comme Mimivirus, à un quatrième domaine de la vie. Ces travaux parus le 2 décembre 2010 dans la revue PLoS One continuent à agiter la communauté scientifique autour d’une question qui ne fait toujours pas l’unanimité aujourd’hui.

charneauLire la suite

 

De l’imagerie à feuille de lumière pour accéder à la troisième dimension

L’un des challenges de l’imagerie optique en biologie est de visualiser en trois dimensions des structures biologiques et des organismes dans des conditions compatibles avec la poursuite de leur développement. Un nouvel instrument, le SPIM, basé sur la microscopie à feuille de lumière, la fluorescence, le sectionnement optique et des possibilités d'acquisition en multivues, ouvre de nouvelles perspectives. Cet équipement unique, développé par plusieurs groupes de chercheurs du CNRS, est aujourd'hui mis à la disposition de toute la communauté scientifique.

charneauLire la suite

 

Une nouvelle méthode expérimentale pour diminuer les effets secondaires liés au traitement des Parkinsoniens

Des chercheurs de l’Institut des Maladies Neurodégénératives (CNRS/Universités Bordeaux 1 et 2) viennent de découvrir, en collaboration avec des chercheurs italiens et suédois, qu’il est possible de diminuer les effets secondaires liés au traitement de la maladie de Parkinson. Grâce à l’emploi de la forme mutée et inactive de la même protéine, les scientifiques sont arrivés à inhiber l’activation de RasGRF1, qui participe au contrôle des fonctions motrices par la dopamine, améliorant ainsi les symptômes parkinsoniens. Ce travail a été publié le 29 novembre 2010 dans la revue PNAS.

charneauLire la suite

 

Un gène qui protège les télomères des spermatozoïdes

Le gène K81 induit une protection spécifique des télomères des chromosomes des spermatozoïdes. En son absence, les drosophiles mâles deviennent stériles : ils transmettent à leur descendance des chromosomes endommagés, qui provoquent alors la mort des embryons. C’est ce que viennent de montrer des chercheurs du CNRS dans un article publié le 18 novembre 2010 dans la revue Current Biology.

charneauLire la suite

 

Comment fonctionne la DNase I, un agent thérapeutique encore mal connu

L'enzyme DNase I, bien connue pour être un outil largement utilisé en biochimie et biologie moléculaire, est utilisée en médecine pour lutter contre la mucoviscidose. Des chercheurs du CNRS ont réussi à comprendre, grâce à des simulations au niveau atomique, le rôle fondamental joué par les ions magnésium et calcium dans le fonctionnement de la DNase I. Ces travaux ont donné lieu à une publication dans la revue PLOS Computational Biology le 18 novembre 2010 et ouvrent la voie à l'amélioration de médicaments à base de cette enzyme.

.charneauLire la suite

 

Une polyglutamylation de la tubuline équilibrée pour la survie neuronale

Les polyglutamylases sont des enzymes qui ajoutent des chaînes latérales d’acides glutamiques aux protéines après leur synthèse dans la cellule. Dans un article publié le 12 novembre 2010 dans la revue Cell, des chercheurs français du CNRS et de l’Inserm viennent de découvrir la famille enzymatique qui retire ces modifications post-traductionnelles des protéines. Leurs travaux mettent aussi en exergue le rôle essentiel de la polyglutamylation de la tubuline des microtubules dans la survie neuronale et améliorent ainsi la compréhension de nombreuses maladies neurodégénératives.

.charneauLire la suite

 

L’avantage du petit frère pour détecter la parenté

Dans un article publié le 4 novembre 2010 dans la revue Psychological Science, des chercheurs du Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (CNRS/Universités Grenoble 2/Université Chambery) dévoilent que les cadets et les benjamins présentent une meilleure capacité que les aînés à reconnaître la parenté entre des visages inconnus. C’est l’une des rares tâches cognitives où les puînés sont avantagés !

.charneauLire la suite

 

La méthylation de l’ADN se dévoile

Des scientifiques de l’Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier (CNRS/Universités Montpellier 1 et 2) viennent d’identifier les cibles de la méthylation de l’ADN au cours de l’embryogenèse précoce chez les mammifères. Ces travaux, réalisés en collaboration avec des équipes suisse et japonaise, ont été publiés le 7 Novembre 2010 dans la revue Nature Genetics.

charneauLire la suite

 

Le virus du Sida détourne le système de régulation de la transcription à son profit

La protéine Tat du VIH-1 se lie spécifiquement au petit ARN non-codant (snARN) 7SK pour libérer le facteur positif d’élongation de la transcription P-TEFb. Ce mécanisme par lequel Tat détourne l’activité régulatrice du snARN 7SK permettrait d’améliorer la transcription et la réplication du virus dans la cellule hôte. C’est ce que viennent de démontrer des chercheurs du Laboratoire de Biologie Moléculaire Eucaryote (CNRS/Université Toulouse 3) dans un article publié le 14 octobre 2010 dans la revue PLoS Pathogens.

.charneauLire la suite

 

Christelle Desnues, lauréate du Prix Claude-Paoletti 2010

Le Prix Claude-Paoletti récompense un jeune chercheur en biologie, toutes disciplines confondues. Initié en 1997 grâce à un fond créé par ses amis après sa mort, il est attribué en hommage à Claude Paoletti, ancien directeur du Département des Sciences de la Vie (SDV) du CNRS. Le financement a été repris en 2007 par la direction du SDV, actuel Institut des Sciences Biologiques du CNRS. Cette année, le Prix Claude-Paoletti est décerné à Christelle Desnues, responsable d’équipe dans l’Unité de Recherche sur les Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes (CNRS/Université Aix-Marseille 2).

.charneauLire la suite

 

Déblocage des ribosomes bactériens par le mécanisme de trans-traduction

La trans-traduction est un mécanisme développé par les bactéries pour contrôler le bon déroulement de la synthèse protéique, assurée par les ribosomes au sein de la cellule et consistant en la traduction de l’information génétique en une séquence d’acides aminés. Récemment, des chercheurs du CNRS et de l’Inserm ont obtenu une vue détaillée sur la manière dont les acteurs de la trans-traduction pénètrent le cœur des ribosomes bloqués sur un message tronqué, pour les délivrer. Les résultats ont été publiés sur le site d’EMBO Journal le 15 octobre 2010.

.charneauLire la suite

 

L’utilisation d’un curare ferait baisser la mortalité liée aux détresses respiratoires aigues

L’étude ACURASYS, coordonnée par un chercheur de l’Unité de Recherche sur les Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes (CNRS/Université Aix-Marseille 2) et impliquant vingt centres français, vient de conclure à une réduction de la mortalité de patients en détresse respiratoire très grave et hospitalisés en réanimation, grâce à l’emploi d’un curare bien connu : le cisatracurium. Ce résultat a été publié le 16 septembre 2010 dans la revue New England Journal of Medicine

.charneauLire la suite

 

Le BCG comme “cheval de Troie“ pour comprendre la lèpre

Le glycolipide PGL-1, spécifique du bacille de la lèpre, serait impliqué dans le tropisme pour les cellules nerveuses et l’immunosuppression associés aux cas les plus graves de la maladie. En utilisant la souche vaccinale BCG comme bactérie modèle, des chercheurs de l’Institut de Pharmacologie et de Biologie (CNRS/Université de Toulouse 3) dévoilent un mécanisme selon lequel le PGL-1 permettrait au bacille de proliférer de manière silencieuse chez son hôte. Ces travaux sont publiés le 21 octobre 2010 dans la revue PLoS Pathogens.

.charneauLire la suite

 

Le bacille de Whipple utilise l’interleukine-16 pour se fabriquer un environnement favorable à sa survie chez son hôte

Des scientifiques de l’Unité de Recherche sur les Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes (CNRS/Université Aix-Marseille 2) dirigée par Didier Raoult, en collaboration avec une équipe de chercheurs américains, viennent de décrire une toute nouvelle fonction pour un médiateur de la réponse immunitaire, l’interleukine-16. Celle-ci serait capable de contrôler la nature des vacuoles contenant Tropheryma whipplei, la bactérie responsable de la maladie de Whipple. Ces travaux ont été publiés le 21 octobre dans la revue PLoS One.

.charneauLire la suite

 

Comment notre cerveau effectue t-il nos choix motivés ?

Une équipe de chercheurs du Centre de Neuroscience Cognitive (CNRS/Université Lyon 1), a dernièrement montré qu'il existe des zones cérébrales spécifiques à chaque « plaisir », selon qu’il s’agisse de récompenses primaires (nourriture, sexe) ou secondaires (argent). En collaboration avec une équipe de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (CNRS/Inserm/Université Paris 6), ils montrent maintenant et pour la première fois que des réseaux cérébraux distincts sont impliqués dans la prise de décision liée, soit à une attente, soit à un effort physique. Ces nouveaux résultats sont parus dans The Journal of Neuroscience le 20 octobre 2010.

.charneauLire la suite

 

Des gènes indispensables à la respiration

Nous possédons dans notre cerveau une “ horloge respiratoire“ qui nous permet d’inspirer et d’expirer en moyenne 600 millions de fois, le plus souvent sans effort et même de façon inconsciente. Des chercheurs de l’unité CNRS Neurobiologie & Développement ont publié le 2 aout dans la revue Nature Neuroscience, l’identification des gènes qui déclenchent et contrôlent la mise en place des différents rouages de cette horloge au cours du développement de l’embryon.

.charneauLire la suite

 

Vers un contrôle épigénétique des origines de réplication

Dans un article publié le 17 octobre sur le site de la revue Nature Cell Biology, des chercheurs de l’Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier (CNRS/Universités Montpellier 1 et 2) et de l’Institut Albert Bonniot (Inserm/Université Grenoble 1) dévoilent comment un paramètre épigénétique permet aux cellules de mammifères de copier fidèlement l’information génétique (réplication) et de la transmettre à leur descendance.

.charneauLire la suite

 

Mécanisme d’autorégulation négative chez les intégrases de bactériophages

Grâce à une étude approfondie sur la bactérie Escherichia coli, des chercheurs du Laboratoire de Chimie Bactérienne de Marseille (UPR9043 CNRS) montrent pour la première fois que les intégrases, enzymes responsables de l’intégration des génomes de phages dans celui des cellules hôtes, s’autorégulent négativement. Ce mécanisme qui permet notamment l’acquisition de nouveaux gènes est d’une importance cruciale dans la compréhension du transfert horizontal de gènes chez les bactéries. Ces travaux sont publiés le 7 octobre 2010 dans la revue PLoS Genetics.

.charneauLire la suite

 

Découverte d’un nouveau rôle de l’apoptose dans le développement de la Drosophile

En étudiant chez la Drosophile la rotation d’un organe asymétrique, la plaque génitale, une équipe de l’Institut de biologie du développement et cancer (IBDC ; CNRS et Université de Nice) a mis en évidence un nouveau rôle de l’apoptose. Celle-ci permet de libérer les tissus de leur attache afin qu’ils puissent s’enrouler normalement pendant la morphogenèse droite-gauche. Ces travaux ont été publiés dans Current Biology le 9 septembre 2010.

.charneauLire la suite

 

H3.3, une histone à l’origine du développement

Une équipe de l’Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire (CNRS/Inserm/Université de Strasbourg) a montré un mécanisme essentiel de l’initiation du développement de l’embryon pendant la phase de fécondation. Grâce à une technique pointue de micro-injection, l’équipe de Maria-Elena Torres-Padilla a mis en évidence le rôle prépondérant de l’histone H3.3 dans la condensation de la chromatine, indispensable aux premières divisions de l’embryon. Leurs travaux sont publiés le 1er août 2010 dans le magasine Nature Cell Biology.

.charneauLire la suite

 

Observer dans le détail les changements de conformation des canaux ioniques

Les canaux à potassium sont des protéines qui modifient constamment leur conformation pour réguler le flux de potassium (K+) entrant et sortant de la cellule. Grâce à des techniques combinées de radiolyse et de spectrométrie de masse, des chercheurs de l’Institut de Minéralogie et de Physique des Milieux Condensés (UMR7590, Paris), en collaborations avec des chercheurs de l’Université d’Oxford et du Synchrotron à Brookhaven, ont réussi à discerner les acides aminés impliqués dans les changements conformationnels ayant lieu lors du passage du potassium dans des canaux particuliers : les canaux à K+ à rectification entrante (Kir). Ces travaux publiés dans Structure le 14 juillet 2010 ouvrent la voie à la création d’un modèle applicable à l’étude d’autres canaux ioniques.

.charneauLire la suite

 

Un nouveau mode de régulation de la voie JAK/STAT dans le contrôle de la réponse immunitaire

Une étude sur la réponse immunitaire au parasitisme des guêpes, réalisée chez la Drosophile, a révélé un nouveau mécanisme de régulation de la voie de signalisation JAK/STAT mettant en jeu l’expression tissu-spécifique d’un récepteur court, formant des récepteurs hétérodimériques inactifs. Les chercheurs du Centre de Biologie du Développement (UMR5547, Toulouse) ont publié ce résultat le 3 août 2010 sur le site de la revue PLoS Biology.

.charneauLire la suite

 

Un conflit entre reproduction et immunité chez le moustique vecteur du paludisme

Des chercheurs strasbourgeois du CNRS et de l’INSERM apportent du nouveau sur l’une des maladies les plus ravageuses de la planète : le paludisme. Ils démontrent qu’il existe, pour les anophèles femelles, moustiques vecteurs de la maladie, une difficulté à assurer à la fois une descendance nombreuse et une réponse immunitaire efficace contre le parasite du paludisme qu’elles véhiculent. Ces travaux sont publiés dans PLoS Biology le 20 juillet 2010

.charneauLire la suite

 

Eucaryotes et procaryotes : une origine commune de la motilité cellulaire ?

Des chercheurs du Laboratoire de Chimie Bactérienne (UPR9043 CNRS, Marseille) dévoilent le mécanisme régissant l’inversion rapide de la polarité cellulaire durant la motilité de la bactérie Myxococcus xanthus. Grâce à ces travaux publiés dans PloS Biology le 20 juillet 2010, ce processus déjà observé chez les eucaryotes pourrait bien être généralisé à l’ensemble du vivant.

.charneauLire la suite

 

 

 

 

Des petits peptides dans le contrôle du développement embryonnaire

Il est bien établi que la régulation de l’expression du génome gouverne la mise en place et la différenciation des tissus au cours du développement animal. L’équipe dirigée par Serge Plaza et François Payre au Centre de Biologie du Développement (UMR5547 CNRS, Toulouse) vient d’identifier l’importance d’une nouvelle famille de petits peptides, qui régulent la transcription au cours du développement de la drosophile. Ces résultats inédits, publiés dans la revue Science le 16 juillet 2010, laissent penser que de nombreux autres gènes, encore inconnus aujourd’hui, pourraient exercer leur fonction par la production de peptides similaires

.charneauLire la suite

 

Un marqueur du cancer du sein impliqué dans l’instabilité génétique des cellules tumorales

Un marqueur pronostic aggravant du cancer du sein, associé au maintien de la stabilité du génome et indépendant de ceux déjà connus, semble avoir été découvert. Ce travail de recherche, piloté par une équipe de l’Institut de Pharmacologie et de Biologie Structurale (UMR5089 CNRS, Toulouse), est le fruit d’une collaboration scientifique réussie entre des équipes toulousaines, écossaises et américaines. Il a été publié le 12 juillet 2010 dans la revue PNAS.
.charneauLire la suite

 

Ne retenir que ce qui est important…

Comment éviter de se souvenir de toutes nos expériences pour ne garder en mémoire que l’essentiel ? C’est à cette question que des chercheurs du Laboratoire de Physiologie de la Perception et de l’Action (UMR7152 CNRS, Paris) et de l'Université d'Amsterdam ont tenté de répondre. Leurs travaux communs ont été publiés le 24 juin 2010 sur le site de la revue Neuron.
.charneauLire la suite

 

Du nouveau sur la présentation croisée chez la Souris, l’Homme et le Mouton

Des chercheurs du CNRS, de l’INSERM et de l’INRA, en étroite collaboration, viennent de prouver que les cellules dendritiques humaines BDCA3+ et les cellules dendritiques ovines CD26+ sont équivalentes aux cellules dendritiques murines CD8α+ pour la présentation croisée d’antigènes. Ils ont également identifié le récepteur de chimiokine XCR1 comme étant le marqueur commun que partagent ces cellules chez les trois espèces. Ces travaux, aussi financés par l’ARC, la Ligue Nationale contre le Cancer, l’ANRS et l’ANR, ont été publiés le 17 mai 2010 sur le site de la revue Journal of Experimental Medicine.

.charneauLire la suite

 

Quand l’embryon s’allonge…

Les travaux collaboratifs de chercheurs de l’Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire (UMR7104 CNRS, Strasbourg) et de l’Université de Rockefeller à New York, permettent de mieux comprendre la formation de l’axe embryonnaire chez les vertébrés. Grâce à une approche pluridisciplinaire, les scientifiques ont pu expliquer comment un gradient de mouvements cellulaires aléatoires permet l’élongation progressive de l’embryon, à l’origine de la formation du corps. Ces résultats ont été publiés le 8 juillet 2010 dans la revue Nature.

.charneauLire la suite

 

A la découverte de l’origine génétique de la prédation

Des chercheurs parisiens de l’unité Evolution et Régulation Endocrinienne (UMR7221, CNRS/MNHN) ont récemment mis en évidence les facteurs génétiques contrôlant le développement de la mâchoire muscularisée qui caractérise la prédation chez les vertébrés. Ces travaux ont été publiés le 7 juin 2010 dans la revue PNAS

.

charneauLire la suite

 

Découverte d’un mécanisme de contrôle du développement par un senseur de nitrate chez les plantes

Une équipe du Laboratoire de Biochimie et Physiologie Moléculaire des Plantes (UMR5004, CNRS / INRA / SupAgro / Université Montpellier 2), en collaboration avec des équipes belge, tchèque et suédoise, vient de faire une avancée importante dans la compréhension de l’adaptation des plantes aux contraintes de l’environnement. Les chercheurs ont identifié un mécanisme moléculaire permettant aux racines des végétaux de percevoir le nitrate dans le sol et de modifier leur développement pour optimiser l’acquisition de ce nutriment majeur. Ces résultats ont été publiés dans la revue Developmental Cell du 15 juin 2010.
charneauLire la suite

 

Les mécanismes de régulation des gènes par le récepteur de l’acide rétinoïque RARα dévoilés au niveau atomique

Le développement et le fonctionnement normal des organismes vivants nécessitent que l’expression des gènes soit régulée de façon spatio-temporelle, c'est-à-dire que les protéines codées par ces gènes soient synthétisées à des moments et en des endroits bien précis. Une avancée majeure dans la compréhension des mécanismes par lesquels le récepteur de l’acide rétinoïque RARα contrôle l’activité de ses gènes cibles vient d’être obtenue par une équipe du Centre de Biochimie Structurale (UMR5048 CNRS / Inserm / Universités Montpellier 1 et 2). Ces travaux ont été publiés le 13 juin 2010 dans la revue Nature Structural and Molecular Biology.
charneauLire la suite

 

Souvenir, quand tu nous tiens…

Jusqu'à présent, on pensait que le cortex cérébral était la seule structure responsable des souvenirs des faits, des lieux et des visages. Mais pour la première fois, l'analyse des changements moléculaires après apprentissage indique que des structures profondes du cerveau, comme le noyau accumbens, sont également impliquées dans les souvenirs des lieux où nous avons été. Cette étude, fruit d’une collaboration entre le Centre de Recherche sur la Cognition Animale (UMR5169 CNRS, Toulouse) et l’Université La Sapienza de Rome, à été publiée dans la revue PNAS le 27 avril 2010.
charneauLire la suite

 

Le premier séquençage du génome d’une algue multicellulaire apporte un nouvel éclairage sur l’évolution de la multicellularité

Les chercheurs d’un réseau international coordonné par des scientifiques de la Station Biologique de Roscoff (UMR7139 Végétaux Marins et Biomolécules) viennent de découvrir, grâce à l’analyse du génome d’Ectocarpus siliculosus, une famille de récepteur kinases qui a potentiellement joué une rôle clé dans le passage d’un mode de vie unicellulaire à un mode de vie multicellulaire chez les algues brunes. Leurs travaux ont été publiés sur le site de la revue Nature le 3 juin 2010..
charneauLire la suite

 

Les petits ARNs de Taxoplasma gondii : une grande complexité pour un organisme si primitif

Dans un article publié en ligne dans la revue PLoS Pathogens le 27 mai 2010, des chercheurs du Laboratoire Adaptation et Pathogénie des Microorganismes (UMR5163 CNRS, Grenoble) et leurs collaborateurs du CEA, de l’INSERM et de l’Institut de Biologie Moléculaire des Plantes (UPR2357 CNRS, Strasbourg) ont identifié des petits ARN régulateurs ainsi que la machinerie qui les génèrent et les utilisent chez le parasite Toxoplasma gondii. Le niveau de complexité de cet ensemble de molécules, jusqu’à présent jamais observé chez un organisme unicellulaire souvent considéré comme primitif, et ses implications sur la biologie du parasite pourraient apporter un éclairage nouveau sur les bases moléculaires de sa virulence chez l’Homme.
charneauLire la suite

 

Des cellules en chair et en microtubules !

Les chercheurs de l’équipe « Polarité et morphogénèse » à l’Institut Jacques Monod (UMR7592 CNRS, Paris) ont travaillé sur un organisme entier de drosophile en développement pour étudier l’importance de la réorganisation des microtubules, qui constituent le squelette interne de la cellule, sur la formation d’organes. Leurs travaux ont été publiés dans Developmental Cell le 18 mai 2010.

charneauLire la suite

 

 

Rôle d’une voie de sécrétion dans l’internalisation et la signalisation du récepteur à l’EGF

Dans un article publié en mars 2010 dans la revue Journal of Cell Science, des chercheurs de l’Institut Jacques Monod (UMR7592 CNRS, Paris) et leurs collaborateurs ont mis en évidence un nouveau mode de régulation de l’internalisation (endocytose) et de la signalisation du récepteur à l’EGF impliqué dans la prolifération des cellules tumorales. Ces travaux sont à prendre en compte dans les thérapies actuelles ou futures ciblant le récepteur à l’EGF.

charneauLire la suite

 

Indépendance spatiale de gènes co-régulés

Les gènes cibles du récepteur alpha aux oestrogènes n’ont pas besoin de se repositionner dans le noyau et d’interagir lors de leur activation transcriptionnelle. C’est ce que viennent de démontrer des chercheurs du Laboratoire de Biologie Moléculaire des Eucaryotes (UMR5099 CNRS, Toulouse) dans un article publié dans PLoS Genetics le 22 avril 2010.

charneauLire la suite

 

Comment fonctionne un récepteur de neurotransmetteur au niveau atomique ?

Depuis de nombreuses années, les chercheurs du CNRS et de l'Institut Pasteur s’attardent à comprendre les mécanismes intervenant dans la communication entre les neurones du cerveau. Grâce à un système bactérien mimant le récepteur humain de la nicotine, ils ont réussi à simuler, au niveau atomique, les changements conformationnels intervenant dans la traduction du signal chimique apporté par le neurotransmetteur en un signal électrique, dans le neurone. Ces travaux ont donné lieu à une publication dans la revue PNAS le 22 mars 2010 et ouvrent la voie à la mise en place future de médicaments adaptés aux pathologies cérébrales comme le tabagisme.

charneauLire la suite

 

Le chrome, même en très faible concentration, nuit au bon fonctionnement des testicules

Depuis plus de douze ans, des chercheurs de l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon (UMR5242 CNRS) développent des méthodes de culture de cellules germinales mâles, précurseurs des spermatozoïdes. Dans un article publié le 1er avril 2010 sur le site de la revue Toxicological Sciences, ils présentent une technique innovante permettant l’étude des mécanismes d’action des toxiques sur la spermatogenèse tout en réduisant considérablement le nombre d’animaux requis. Leurs travaux démontrent que le chrome favorise l’apparition d’anomalies cytogénétiques dans les cellules germinales, ce qui peut profondément affecter la fertilité masculine.

charneauLire la suite

 

Mimivirus a plus de gènes que prévu !

Le virus géant Mimivirus, dont le génome était, avec plus de 900 gènes, le plus grand génome viral jamais décrit, se révèle encore plus complexe qu’on l’imaginait. C’est un des résultats de l’étude publiée dans la revue Genome Research le 1er avril 2010 par le laboratoire Information Génomique et Structurale (UPR2589 CNRS, Marseille) qui décrit la première analyse d’un cycle de réplication virale grâce au séquençage à très haut débit. En plus de confirmer la présence des 910 gènes déjà prédits, cette nouvelle approche a permis d’en découvrir 75 supplémentaires, dont 26 ARN messagers non traduits, jusqu’ici rarement rencontrés chez les virus. Cette étude a également permis d’identifier un nouveau type de promoteur que Mimivirus partage avec son parasite, le virophage « Sputnik ».

charneauLire la suite

 

Les cellules vivantes peuvent aussi transmettre l’information antigénique au système immunitaire

Les cellules dendritiques sont chargées de présenter les antigènes au système immunitaire, ce qui a pour effet de déclencher les réponses protectrices qui en sont associées. Alors que le transfert de l’information antigénique semblait optimal avec des cellules mortes, des chercheurs de l’Institut Cochin (UMR8104 CNRS, Paris), dans un article publié dans Blood First Edition le 22 mars 2010, viennent de démontrer que les cellules vivantes peuvent également assurer cette fonction.

charneauLire la suite

 

Un petit ver pour l’étude du processus de cicatrisation

Le ver C. elegans est un modèle de choix pour étudier l’étape ultime du processus de cicatrisation. C’est ce que viennent de montrer des chercheurs de l’Institut de Génétique et Biologie Moléculaire et Cellulaire (IGBMC) à Strasbourg dans un article paru le 23 février 2010 dans la revue Current Biology.

charneauLire la suite

 

 

Une « usine » nucléaire pour éteindre les gènes

Des chercheurs du laboratoire Epigénétique et Destin Cellulaire (UMR7216, CNRS/Université Paris Diderot Paris 7) ont montré que, dans le noyau cellulaire, une fraction d’une famille d’histones méthyltransférases, des enzymes responsables de certaines modifications épigénétiques, forment un méga-complexe impliqué dans la régulation de l’expression des gènes et la formation de l’hétérochromatine. Ces travaux, initiés et réalisés en grande partie au laboratoire Epigénétique et cancer (FRE2944, Institut André Lwoff, CNRS/Université Paris Sud, Villejuif) sont publiés le 15 janvier 2010 dans la revue Molecular Cell.

charneauLire la suite

 

Apprentissage associatif chez la mouche Drosophile

L’équipe de Thomas Preat au laboratoire Gènes et dynamique des systèmes de mémoire (CNRS/ESPCI) vient de mettre à jour certains des mécanismes moléculaires et cellulaires à la base de l’apprentissage associatif chez la mouche Drosophile. Ce travail est publié dans la revue Neuron le 25 février 2010.

charneauLire la suite

 

Un partenariat cellulaire concerté pour contrôler l’équilibre excitation/inhibition des réseaux neuronaux

Dans un article publié dans la revue Nature Neuroscience de février 2010, des chercheurs du laboratoire Physiologie Cellulaire de la Synapse (UMR5091 CNRS, Bordeaux) et du Neurocentre Magendie (U862, INSERM, Bordeaux), ont mis en évidence un mécanisme inattendu de partenariat synaptique, qui permet de réguler l’équilibre indispensable entre les phases neuronales d’excitation et d’inhibition.

charneauLire la suite

 

Inhibition neuronale après traumatisme de la moelle épinière

Le bon fonctionnement du système nerveux repose sur un équilibre entre l’activité des neurones excitateurs et celle des neurones inhibiteurs. Après un traumatisme de la moelle épinière, les processus inhibiteurs sont altérés, conduisant à l’hyperactivité de certains réflexes et à une raideur musculaire, qui caractérisent la spasticité. Une équipe de chercheurs de l’unité Plasticité et Physio-Pathologie de la Motricité (UMR6196 CNRS, Marseille) vient de révéler le mécanisme qui est à l’origine de ces dysfonctionnements. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives pour le traitement de la spasticité, qui affecte 75 % des patients paraplégiques et tétraplégiques. Menés en collaboration avec des chercheurs bordelais et américains, ces travaux ont fait l'objet d'une publication le 28 février 2010 sur le site de la revue Nature Medicine.

charneauLire la suite

 

De nouvelles avancées sur le rôle du cholestérol dans le développement du cancer de la prostate

Des chercheurs du laboratoire Génétique, reproduction et développement (GReD, UMR 6247, CNRS/Clermont Université) à Clermont-Ferrand viennent de montrer que l’activation des récepteurs nucléaires LXR (Liver X Receptor) provoque la mort de cellules de cancer de la prostate in vitro et in vivo après transplantation chez l’animal. Ces résultats, qui expliquent le rôle délétère d’un taux élevé de cholestérol circulant sur la carcinogenèse prostatique, sont publiés le 11 février 2010 dans la revue Oncogene.

charneauLire la suite

 

Des bactéries modifient leur génome pour survivre à l’arsenic

En remaniant leur génome, les bactéries du genre Thiomonas seraient capables de survivre dans des environnements extrêmemement contaminés ! C’est ce que les chercheurs du laboratoire de Génétique Moléculaire, Génomique et Microbiologie (UMR7156 CNRS, Strasbourg) ont conclu de leurs travaux publiés dans la revue PLoS Genetics le 26 février 2010.

charneauLire la suite

 

illustration NrCAm

NrCAM, une molécule d’adhésion cellulaire capable de réguler le guidage axonal chez les vertébrés

La molécule d’adhésion cellulaire NrCAM est impliquée dans le guidage correct des axones au niveau de la ligne médiane du systèmenerveux. C’est ce que viennent de montrer les chercheurs de l’équipe dirigée par Valérie Castellani au Centre de Génétique Moléculaire et Cellulaire (UMR5534 CNRS, Lyon) dans un article publié le 15 février 2010 dans la revue Genes & Development. Ces travaux qui permettent de mieux comprendre les mécanismes de guidage axonal au cours du développement embryonnaire, ouvrent la voie à des stratégies de réparation du système nerveux endommagé après un traumatisme ou une maladie neurodégénérative.

charneauLire la suite

 

illustration de l'article mesurer le flux sanguin dans les artères coronaires de souris

Du nouveau sur le développement tumoral de la glande cortico-surrénale

Des chercheurs du laboratoire Génétique, Reproduction et Développement (GReD, UMR 6247, CNRS/Clermont Université) à Clermont-Ferrand viennent de démontrer, à l’aide d’un modèle murin, que la bêta-caténine est impliquée dans l’initiation et la progression du développement tumoral de la glande cortico-surrénale. Ces résultats sont publiés le 6 février 2010 sur le site de la revue Human Molecular Genetics.

charneauLire la suite

 

illustration de l'article mesurer le flux sanguin dans les artères coronaires de souris

Mesurer le flux sanguin dans les artères coronaires de souris

Comment visualiser avec précision la circulation du sang dans les artères coronaires de la souris ? Des chercheurs du Centre de Résonance Magnétique (UMR 5536 CNRS - Université Victor Segalen Bordeaux 2) viennent de mettre au point une méthode qui permet de “voir” avec netteté le sang qui traverse les artères coronaires du coeur d’une souris vivante et intacte. Ce procédé, publié en février dans la revue Radiology permet de mesurer la vitesse des flux sanguins, paramètre qui peut être affecté dans le cas de sténoses (rétrécissement vasculaire pathologique). Les applications potentielles en médecine diagnostique peuvent être considérables et font l'objet d'un projet de recherche clinique chez l'Homme.

charneauLire la suite

 

illustration

Absence d’effet dose dépendant de l’allèle ε4 du gène de l’Apolipoprotéine E sur la vitesse d’atrophie de l’hippocampe de sujets âgés non déments

Les chercheurs du Centre d’Imagerie Neurosciences et d’Applications aux PathologieS de Caen (CI-NAPS, UMR6232 CEA-CNRS) viennent de démontrer l’absence d’effet de l’allèle ε4 de l’Apolipoprotéine E (apoE) sur le taux d’atrophie des volumes de substances grise et de l’hippocampe chez des sujets hétérozygotes âgés non déments. Cette étude publiée en ligne en janvier 2010 dans la revue NeuroImage montre que le taux d’atrophie de l’hippocampe n’est sans doute pas un bio-marqueur suffisamment pertinent pour appréhender les effets de l’allèle ε4 du gène de l’ApoE au sein d’une cohorte de sujets âgés en population générale.
charneauLire la suite

 

La vancomycine ferait grossir !

La vancomycine est l’antibiotique de choix dans le traitement des patients atteints d’endocardite. Pourtant, des chercheurs de l’Unité de Recherche sur les Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes (UMR6236 CNRS, Marseille) ont montré qu’elle pourrait engendrer une prise de poids conséquente et donc des risques cardiovasculaires significatifs. Ces résultats, publiés dans la revue PLoS ONE le 10 février 2010, sont déjà mis en oeuvre dans l’industrie agroalimentaire et soulèvent au passage le possible rôle des probiotiques de type Lactobacillus dans l’obésité associée à la vancomycine.
charneauLire la suite

 

Les protéines Zona Pellucida : un contrôle collectif de la forme cellulaire

Des chercheurs du Centre de Biologie du Développement (UMR5547 CNRS, Toulouse) viennent de démontrer le rôle d’une famille de huit protéines Zona Pellucida, qui collaborent pour le remodelage de la forme des cellules au cours du développement. Ces résultats inattendus, publiés dans Developmental Cell, ouvrent de nouvelles perspectives fondamentales et biomédicales, les protéines ZP étant impliquées dans plusieurs maladies génétiques et cancers.
charneauLire la suite

 

Le décodage de l’horloge biologique d’une microalgue marine ouvre la voie à des applications en biotechnologie

Les chercheurs du Laboratoire d’Océanographie Microbiologique (UMR7621 CNRS, Banyuls-sur-Mer) ont développé un nouveau modèle biologique ; la microalgue Ostreococcus. L’étude de l’horloge interne de ce microorganisme constitue une étape clé dans la compréhension de la physiologie générale du phytoplancton et dans le développement de nombreuses applications en biotechnologie. Ces travaux ont été publiés le 30 novembre 2009 dans la revue The Plant Cell.
charneauLire la suite

 

Une protéine qui détermine la carte génétique

L’équipe de Bernard de Massy à l’Institut de Génétique Humaine de Montpellier (UPR 1142) vient d’identifier une protéine qui détermine la localisation des échanges génétiques entre les chromosomes homologues au cours de la formation des gamètes. Ce travail qui ouvre de nouvelles perspectives sur l’analyse de la transmission de l’information héréditaire et l’évolution des génomes est publié sur le site de la revue Science le 31 Décembre 2009.
charneauLire la suite

 

Une orchidée pollinisée par une sauterelle

Une espèce inédite de sauterelle est l’unique pollinisateur d’une orchidée rare endémique des Mascareignes, îles situées au large de Madagascar. C’est ce que vient de montrer une équipe de chercheurs de l’Université de la Réunion, du Royal Botanic Garden de Kew, du CNRS et de l’Université de Strasbourg dans une étude publiée sur le site de la revue Annals of Botany le 12 janvier 2010. Cette étude constitue l’unique cas documenté de pollinisation par un insecte appartenant à l’ordre des orthoptères.
charneauLire la suite

 

"

Découvertes majeures dans le domaine de la génétique de la glycémie et du diabète de type 2

Des chercheurs du laboratoire « Génomique et physiologie moléculaire des maladies métaboliques » (UMR 8090 CNRS/Université Lille2/Institut Pasteur Lille) dirigé par Philippe Froguel, en collaboration avec des équipes européennes et américaines dans le cadre du consortium MAGIC, viennent de découvrir de nouveaux gènes qui confèrent un risque accru de l’augmentation de la glycémie et du diabète de type 2, une maladie délétère et fréquente qui touche plus de 220 millions de personnes dans le monde dont 3 en France. Ces travaux font l’objet de deux articles publiés sur le site de la revue Nature Genetics le 17 Janvier 2010.
charneauLire la suite

 

NeuroD1, un facteur qui régule la maturation neuronale

Dans une étude publiée sur le site de la revue PNAS le 28 décembre 2009, des chercheurs de l’Institut de Biologie du Développement de Marseille-Luminy (UMR6216 CNRS) ont identifié un facteur de régulation qui induit, à lui seul, la différentiation des précurseurs neuronaux en neurones matures. Il s’agit de NeuroD1, dont l’activité laisse espérer la mise au point future de thérapies cellulaires pour la réparation du système nerveux.

charneauLire la suite

 

"

Le désir pour la cocaïne diminué par une stimulation profonde du cerveau

Les chercheurs du Laboratoire de Neurobiologie de la Cognition (UMR 6155 CNRS, Marseille) développent une stratégie efficace pour le traitement de la cocaïnomanie : la stimulation à haute fréquence du noyau subthalamique. Cette technique appliquée chez le rat permet de réduire considérablement la motivation pour la consommation de drogue, tout en augmentant celle pour la nourriture. Ces travaux ont été publiés le 28 décembre 2009 sur le site de la revue américaine PNAS.

charneauLire la suite

 

Inactivation du chromosome X : une nouvelle avancée dans la compréhension des mécanismes mis en jeu

La structure de la région de l’ARN régulateur Xist, nécessaire à l’initiation de l’inactivation du chromosome X chez les mammifères femelles, vient d’être établie. Ces travaux réalisés par des chercheurs du laboratoire « ARN, RNP, structure-fonction-maturation, Enzymologie Moléculaire et Cellulaire » (UMR7214, Nancy) en collaboration avec une équipe de l’Institut Pasteur à Paris, sont publiés le 5 janvier 2010 dans la revue PLoS Biology.
charneauLire la suite

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits