CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifiqueAccueil Sciences du vivant - Centre National de la recherche scientifique
  Accueil > Vie de la recherche > Actualités scientifiques 2015

sur ce site :

Parutions 2015

 

Cette page présente quelques publications récentes des laboratoires de l'INSB.

 

2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 |

 

 

Un complexe de cohésion pour protéger contre les rapprochements inappropriés d'extrémités d'ADN

La réparation des cassures de l'ADN, indispensable au maintien de la stabilité du génome, peut aussi générer de l'instabilité génétique si cette réparation joint deux extrémités d'ADN éloignées. Des chercheurs de l'Institut Gustave Roussy montrent que le complexe protéique de cohésion réprime la ligature de deux extrémités éloignées sans affecter la réparation des extrémités proches. Ces travaux sont publiés dans la revue Molecular Cell.

charneauLire la suite

 

Résister aux radicaux libres: une nouvelle stratégie découverte chez les bactéries

A chaque instant, le stress oxydatif endommage nos cellules. C’est l’une des causes du vieillissement, de dérégulations pathologiques mais aussi parfois d’une reprogrammation génétique bénéfique. Au sein des cellules, les protéines représentent une cible majeure des radicaux libres. Les équipes de Frédéric Barras au Laboratoire de chimie bactérienne, Jean-François Collet à l’Université Catholique de Louvain et Olga Iranzo au Laboratoire iSm2, dévoilent un système particulièrement original de réparation des protéines oxydées. Cette étude est publiée dans la revue Nature.

charneauLire la suite

 

L’attention recherche de façon non-uniforme dans l’espace et dans le temps

Où est Charlie ? A la recherche de Charlie ou, dans la vie de tous les jours, d’une connaissance au sein d’un environnement riche de différents éléments visuels, notre attention se porte-t-elle sur un seul élément à la fois, sur plusieurs éléments, ou bien sur tous les éléments? En utilisant une méthode innovante, des chercheurs du Centre de recherche cerveau et cognition et de l’université Paul Sabatier, apportent de nouvelles preuves allant à l’encontre d’un déploiement uniforme de l’attention dans l’espace visuel, et suggèrent une périodicité de l’attention dans le temps. Cette étude est publiée dans la revue PNAS.

charneauLire la suite

 

L’absence d’un canal potassique rend totalement sourd

L’oreille interne assure la transduction des sons en signaux bioélectriques par un flux de potassium à travers les cellules ciliées qui activent alors le nerf auditif et le cerveau. Le potassium est ensuite recyclé dans la cochlée pour être réutilisé. Yves Cazals, au Laboratoire des neurosciences intégratives et adaptatives, et ses collaborateurs démontrent que l’absence des canaux KCNK5 provoque une surdité précoce liée à un déficit de recyclage du potassium. Ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives dans la compréhension des déficiences du confinement et du transport intra-cochléaire des ions K+ impliquées dans de nombreuses surdités. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.

charneauLire la suite

 

L’amphiphysine : chef d’orchestre du positionnement du noyau cellulaire

La place du noyau est importante pour l’organisation des cellules et le développement des tissus. Ce positionnement est modifié dans de nombreuses maladies telles que les myopathies centronucléaires. Les équipes de Jocelyn Laporte et Michel Labouesse à l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire, en collaboration avec celles  d’Edgar Gomes à l’université de Lisbonne et de Vincent Gache à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, identifient un acteur central dans le mécanisme de positionnement du noyau : l’amphiphysine. Cette étude, qui ouvre des perspectives nouvelles pour le traitement de certaines myopathies, est publiée dans la revue Developmental Cell.

charneauLire la suite

 

Comment nos neurones à dopamine modulent-ils les effets comportementaux de la cocaïne ?

Des chercheurs de l’Institut interdisciplinaire des neurosciences, de l’Institut de neurosciences cognitives et intégratives d'Aquitaine, de l’Institut de biologie Paris-Seine et de l’Institut du Fer à Moulin, identifient chez des rats exposés à la cocaïne le circuit neuronal impliqué dans les changements comportementaux liés à la prise de la drogue. Ils démontrent que ces changements pourraient être le reflet de la stimulation induite et durable, au niveau du centre cérébral de la motivation et de l’anxiété, d’une hyperactivité des neurones synthétisant de la dopamine, le neurotransmetteur dont la fonction première est de détecter la nouveauté et l’inattendu puis de contrôler le mouvement et la motivation. Ces résultats sont publiés dans la revue Cell Reports.

charneauLire la suite

 

Bien mélanger ses chromosomes pour mieux les trier

Le tri des chromosomes par paires d’homologues est un évènement indispensable pour la formation des gamètes nécessaires à la reproduction sexuée. Quand et comment s’effectue ce tri? L’équipe de Jean-René Huynh au sein de l’unité Génétique et biologie du développement à l’Institut Curie, dévoile la chorégraphie spectaculaire à laquelle sont soumis les chromosomes de la drosophile au cours de leur appariement et identifie les acteurs moléculaires de ce processus. Cette étude est publiée dans la revue Nature Cell Biology.

charneauLire la suite

 

Variabilité comportementale et vie sociale chez un organisme unicellulaire

Beaucoup d’animaux présentent, tout comme les humains, des comportements différents et ne réagissent pas tous de la même manière face aux informations environnementales et sociales. Toutefois, l’intégralité de ces recherches a été consacrée à des organismes relativement complexes et multicellulaires. Audrey Dussutour et David Vogel au Centre de recherche sur la cognition animale, démontrent pour la première fois que des différences comportementales sont déjà manifestes chez un organisme unicellulaire, Physarum Polycephalum, lointain parent des animaux, des champignons et des plantes. Cet organisme peut présenter des types comportementaux distincts : « lent-social », « rapide-social » et « rapide-asocial ». Ces résultats sont publiés dans la revue Proceedings of The Royal Society B.

charneauLire la suite

 

La ratchetaxie : une migration cellulaire d’un nouveau genre

Les mouvements migratoires dirigés des cellules dans l’organisme sont le plus souvent justifiés par des gradients chimiques ou physiques de longue portée. L’équipe de Daniel Riveline à l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire, en collaboration avec l’équipe de Mathieu Piel à l’Institut Curie et Raphaël Voituriez à l’université Pierre et Marie Curie, montre pourtant que d’autres types de signaux plus locaux peuvent influencer la migration cellulaire. Ces travaux sont publiés dans la revue Trends in Cell Biology.

charneauLire la suite

 

Un lien moléculaire entre glucocorticoïdes et antidépresseurs dévoilé

Les effets des glucocorticoïdes et neurotrophines dans les maladies neuropsychiatriques liées au stress sont complexes. Ceux-ci, tantôt positifs, tantôt négatifs, s’expliqueraient par l’existence d’un mécanisme de détection de coïncidence entre ces deux hormones. L’équipe de Freddy Jeanneteau à l’Institut de génomique fonctionnelle, éclaire ce mécanisme au travers de l’identification chez la souris d’un code de phosphorylation permettant de composer une nouvelle gamme de réponses à ces deux hormones. Cette étude qui ouvre de nouvelles perspectives dans le traitement des dépressions, est publiée dans la revue PNAS.

charneauLire la suite

 

Ces illusions qui nous permettent de vivre

L’équipe de Paolo Bartolomeo à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière, montre pour la première fois qu’une lésion cérébrale peut « améliorer » la perception visuelle de certains patients, qui ne sont alors plus soumis à une illusion d’optique. Ces résultats illustrent le fait, primordial mais méconnu, que la vision normale n’est pas une copie du monde extérieur mais une interprétation que le cerveau fait de ce monde qui a pour fonction de nous permettre d’anticiper ce qui arrive et de nous adapter. Cette étude est publiée dans la revue Journal of Neurophysiology.

charneauLire la suite

 

L'évolution de la vie sur terre : aléatoire ou prévisible ?

L'évolution des êtres vivants met en jeu de nombreux phénomènes aléatoires tels que mutations, rencontres des ovules et spermatozoïdes, accidents météorologiques, etc…. Notre monde vivant est-il donc juste une alternative parmi tant d'autres ? Dans une étude publiée dans la revue Interface Focus, Virginie Orgogozo à l’Institut Jacques Monod, revisite la question à la lumière des données actuelles. Elle montre qu'au cours de l'évolution de la vie sur terre, des événements se répètent et semblent prévisibles.

charneauLire la suite

 

Un canal ionique activé par la force dans l'hypertension

Les vaisseaux sanguins subissent, détectent et répondent aux stimuli hémodynamiques. La mécanotransduction vasculaire joue un rôle physiologique important en régulant le flux sanguin, mais intervient également dans des situations pathologiques, telles que l’hypertension. Les mécanismes moléculaires impliqués dans la détection du stress mécanique par les cellules vasculaires sont encore mal compris. L’équipe d’Eric Honoré et d’Amanda Patel à l’Institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire, a élucidé le rôle du canal ionique mécanosensible Piezo1 dans le remodelage artériel hypertensif des petites artères. Cette découverte ouvre des perspectives nouvelles pour le traitement des complications associées à l’hypertension artérielle. Cette étude est parue dans la revue Cell Reports.

charneauLire la suite

 

Première structure d’une nouvelle cible thérapeutique d’un virus à ARN négatif

Une étude pluridisciplinaire, menée dans le cadre du projet européen « SILVER » sur les antiviraux, a permis de caractériser pour la première fois la structure d’une enzyme jouant un rôle déterminant dans la réplication du métapneumovirus humain (hMPV). Ce virus, appartenant à l’ordre des virus à ARN négatif (Mononegavirales), provoque des infections respiratoires et des pneumonies sévères. Cette étude est  publiée dans la revue Nature Communications.

charneauLire la suite

 

Une nouvelle cible pour combattre la tuberculose : des cellules immunitaires favorables à la prolifération du bacille

Une étude internationale conduite par les équipes d’Isabelle Maridonneau-Parini et Olivier Neyrolles à l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale révèle qu’une population de cellules immunitaires anti-inflammatoires, induite par le microenvironnement infectieux, est favorable à la prolifération du bacille tuberculeux et délétère pour la défense de l’hôte contre cette maladie. Cette étude qui ouvre de nouvelles perspectives thérapeutiques, est publiée dans la revue Cell Research.

charneauLire la suite

 

La Dystrophine, un mastodonte très agile !

Une collaboration pluridisciplinaire entre quatre équipes de recherche britanniques et françaises a permis d’observer pour la première fois, au sein du muscle vivant et en temps réel, les mouvements de la protéine Dystrophine dont le défaut est impliqué dans certaines myopathies. La révélation d’une mobilité inattendue de la protéine pose les bases expérimentales nécessaires à l’étude in vivo des formes alternatives de Dystrophine pouvant servir à d’éventuelles thérapies géniques. Cette étude est publiée dans la revue eLIFE.

charneauLire la suite

 

Comment le virus du Sida perturbe la phagocytose par les macrophages

L’équipe de Florence Niedergang, en collaboration avec Serge Benichou à l’Institut Cochin, révèle le mécanisme  par lequel le virus du SIDA (VIH-1) altère la fonction d’élimination des microorganismes pathogènes des macrophages.  Les chercheurs montrent pour la première fois que la protéine virale Vpr du VIH-1 interagit avec des moteurs moléculaires associés aux microtubules. Ceci  perturbe le mouvement et en conséquence la maturation des phagosomes, les organites responsables de la dégradation du matériel ingéré par les macrophages, contribuant ainsi au développement de bactéries opportunistes. Ces travaux sont publiés dans la revue The Journal of Cell Biology.

charneauLire la suite

 

Identification d’un nouveau gène de malvoyance par atteinte du nerf optique

Les neuropathies optiques héréditaires sont des pathologies mitochondriales cécitantes, pour lesquelles la moitié des patients demeurent en errance de diagnostic génétique. Grâce aux nouvelles technologies de séquençage du génome, une collaboration internationale a identifié des mutations du gène RTN4IP1 dans 4 familles présentant une perte de vision précoce, isolée ou associée à d’autres symptômes neurodégénératifs. L’altération du fonctionnement mitochondrial est incriminée, avec des conséquences secondaires sur la maturation des neurones et une susceptibilité aux effets délétères de la lumière. Ces travaux sont publiés dans la revue The American Journal of Human Genetics.

charneauLire la suite

 

Des sacs à malice pour combattre les maladies

Au cours des dernières années, l’étude des exosomes, sacs vésiculaires produits par les cellules et capables de transporter des molécules dans tout l’organisme, a ouvert de nouvelles perspectives thérapeutiques, notamment pour le traitement du cancer. L’équipe de Michel Labouesse à l’Institut de génétique et biologie moléculaire et cellulaire, apporte une contribution importante à la compréhension des mécanismes du contrôle de la production et de l’expulsion de exosomes par les cellules en dévoilant le rôle clé de la protéine RAL dans ces processus. Cette étude est publiée dans la revue Journal of Cell Biology.

charneauLire la suite

 

L’intelligence des abeilles décryptée

Les abeilles ont toujours attiré l’attention de l’Homme par la complexité de leur vie sociale et par les capacités remarquables d’apprentissage et de mémoire qui leur permettent de naviguer de façon efficace dans la nature, entre la ruche et les fleurs exploitées. L’équipe de Martin Giurfa et Jean-Marc Devaud au  Centre de recherche sur la cognition animale, en collaboration avec des chercheurs du laboratoire Evolution, génome, comportement et écologie et de l’université Libre de Berlin, dévoilent pour la première fois les mécanismes cérébraux responsables de l’apprentissage de haut niveau chez les abeilles. L’analyse d’apprentissages complexes a révélé que des structures cérébrales, appelées corps pédonculés, sont nécessaires pour la résolution de taches de discrimination complexe, tout en n’étant pas requises pour des apprentissages simples. Cette étude est  publiée dans la revue Proceedings of The National Academy of Sciences USA .

charneauLire la suite

 

Ataxies, les canaux frappent encore : un combat commun avec l’épilepsie ?

Giovanni Stevanin, à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière, et ses collaborateurs ont identifié une mutation récurrente dans un nouveau gène responsable d’ataxie cérébelleuse qui code un canal calcique exprimé dans certains neurones du cervelet. De nombreux médicaments régulant l’activité des canaux calciques sont largement utilisés et cette découverte pourrait mener à des avancées thérapeutiques pour ces maladies rares. Cette étude est  publiée dans la revue The American Journal of Human Genetics.

charneauLire la suite

 

Comment se forment les nouveaux souvenirs

Les équipes de Leila Reddy au Centre de recherche cerveau et cognition  et de Pieter Roelfsema au Netherland institute of neuroscience à Amsterdam,  éclairent les processus neuronaux encore mal compris sous-jacents à la formation de nouveaux souvenirs dans le cerveau humain. L’enregistrement de neurones individuels, lors d’une tâche d’apprentissage d’associations arbitraires d’images, montre que ces neurones répondent de manière sélective aux images associées avec les images préférées. Ces résultats révèlent que  des représentations flexibles au niveau de neurones unitaires pourraient faciliter l'apprentissage de nouvelles associations entre des stimuli sur la base d’informations déjà apprises. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.

charneauLire la suite

 

Un mécanisme inédit de régulation de la position du sillon de division cellulaire

Des chercheurs de l’Institut de génétique et de développement de Rennes révèlent l’existence d’un mécanisme qui contrôle la position correcte du sillon de division et joue un rôle essentiel dans la répartition du matériel génétique lors de la division cellulaire. Cette étude qui ouvre de nouvelles perspectives pour la compréhension des anomalies génétiques et l’apparition de tumeurs liées à une ségrégation anormale des chromosomes, est publiée dans la revue The Journal of Cell Biology.

charneauLire la suite

 

Des bactéries pour tamponner les effets de la sous-nutrition

En cas de sous-nutrition chronique, certains lactobacilles favorisent la croissance de leur hôte. Ces observations traduisent le rôle central de l'environnement bactérien dans la réponse physiologique à la sous-nutrition. L’équipe de François Leulier de l’Institut de génomique fonctionnelle de Lyon montre que cet effet passe par la stimulation directe par les lactobacilles de l'expression et de l'activité d'enzymes digestives de l'hôte dans l'intestin. Ce phénomène, décrypté chez la drosophile, se traduit par une meilleure assimilation des nutriments malgré un état de sous-nutrition. De plus, les chercheurs ont montré que lors d'infections par des bactéries pathogènes, ce processus d'optimisation nutritionnelle est altéré, aggravant ainsi les effets de la sous-nutrition. Cette étude est publiée dans la revue Cell Host and Microbe.

charneauLire la suite

 

Mémoire : une remise en cause de l’hypothèse de la consolidation/reconsolidation

L’équipe de Pascale Gisquet-Verrier de l'Institut des neurosciences Paris-Saclay, en collaboration avec des chercheurs de Kent University (USA), démontre que la formation de nouveaux souvenirs ne requiert pas nécessairement la synthèse de nouvelles protéines et que les amnésies dues à l’application d’un agent pharmacologique, ne correspondent pas à des pertes de mémoire, mais à des incapacités à retrouver le souvenir. Cette étude parue dans la revue Journal of Neuroscience, réinterprète les données fondatrices des hypothèses solidement ancrées de consolidation et de reconsolidation de la mémoire et permet d’envisager de nouvelles pistes thérapeutiques.

charneauLire la suite

 

Comment la vitamine A contrôle la différenciation des cellules germinales mâles

L’équipe de Norbert B. Ghyselinck et Manuel Mark à l’Institut de génétique et biologie moléculaire et cellulaire d’Illkirch a découvert l’un des mécanismes par lesquels le métabolite actif de la vitamine A, l’acide rétinoïque (ATRA), contrôle l’expression de KIT, un récepteur membranaire indispensable à la différenciation des cellules germinales et dont l’expression est souvent dérégulée dans les cancers du testicule. Les chercheurs démontrent de plus que des cellules germinales dépourvues de récepteurs nucléaires de l’ATRA, progressent normalement en méiose et se différencient en spermatozoïdes. Cette découverte inattendue implique que l’action de l’ATRA sur la méiose est de nature paracrine. Cette étude est publiée dans la revue PLoS Genetics.

charneauLire la suite

 

Comment le récepteur kappa aux opiacés reconnaît-il son neuropeptide ?

Le récepteur Kappa aux opiacés est impliqué dans les mécanismes de perception de la douleur, la toxicomanie ou le sentiment de bien-être et la dépression. L’équipe d’Alain Milon à l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale, en collaboration avec deux équipes américaines, a élucidé par RMN le mode de liaison de ce récepteur membranaire avec son ligand peptidique naturel, la dynorphine. Ces travaux, publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, ouvrent la voie au développement de nouvelles drogues antidouleur ou anti-dépression.

charneauLire la suite

 

Des microARN au cœur de la fabrication des cils motiles

La formation de centaines de cils vibratiles à la surface de certaines cellules spécialisées du cerveau ou des voies respiratoires requiert la mise en place d’un programme de différenciation complexe. En élargissant la liste des transcrits contrôlés par une famille de microARN exprimée durant la différenciation multiciliée, des équipes de l’IPMC de Sophia Antipolis et de l’IBDM de Marseille-Luminy proposent l’existence d’un mécanisme de coordination de la multiciliogenèse par les ARN non codants. Cette étude ouvre la voie à de nouvelles perspectives thérapeutiques de certaines ciliopathies. Elle est parue dans la revue Nature Communications.

charneauLire la suite

 

Un pivot de l'immunité identifié chez les plantes

Supprimer les réponses immunitaires de l'hôte compte parmi les actions essentielles des agents pathogènes. Cependant, comme tout mécanisme moléculaire, il n’est ni infaillible ni sans danger. Il le reste jusqu'à ce que l'hôte évolue, trouve le talon d'Achille et mette en place une riposte adaptée. Des chercheurs du Laboratoire des interactions plantes micro-organismes, en collaboration avec une équipe chinoise, sont non seulement parvenus à décrypter de nouveaux mécanismes immunitaires, fruits de millions d’années de coévolution entre plantes et bactéries, mais également à assembler ces derniers autour d'un nœud prenant la forme d’un véritable pivot de l'immunité végétale. Ce travail a été publié dans Cell Host & Microbe.

charneauLire la suite

 

De petits fragments qui pèsent lourd dans la balance entre voies de réparation de l’ADN

Lorsque l’ADN est endommagé par des cassures, des enzymes spécialisées se mobilisent pour les réparer et, entre autres activités, génèrent de petits fragments d’ADN. Des chercheurs de l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale montrent que ces fragments régulent le choix de la voie de réparation mise en jeu. Cette étude publiée dans la revue Nucleic Acids Research ouvre de nouvelles perspectives pour la compréhension de la réponse cellulaire aux cassures de l’ADN.

charneauLire la suite

 

Un nouvel acteur du câblage du cerveau

Des chercheurs de l'Institut Jacques Monod mettent en évidence un nouveau mécanisme contrôlant la taille et le câblage des aires corticales dédiées aux fonctions cérébrales complexes via une régulation fine de la migration et de la répartition des premiers neurones corticaux, les cellules de Cajal-Retzius (CRs). De manière surprenante, ils révèlent que l’exocytose dépendant de la protéine membranaire VAMP3, dont la fonction était précédemment considérée comme restreinte aux cellules non neuronales du cerveau mature, module la vitesse de migration de ces neurones et orchestre leur activité de signalisation. Ces travaux, publiés dans la revue Current Biology, ouvrent la perspective qu’un contrôle strict de la cinétique de migration des sous-types de CRs contribue à l'évolution de la connectivité corticale.

charneauLire la suite

 

Adaptation comportementale : une fonction de la synchronisation de l’activité neuronale ?

Selon une hypothèse classique, les aires cognitives du cerveau effectueraient une simple sommation des impulsions électriques émises par des neurones, indépendante du moment auquel ces impulsions sont reçues. L’équipe d’Angelo Arleo à l’Institut de la vision, en collaboration avec l’équipe d’Emmanuel Procyk de l’Institut de recherche sur la cellule souche et le cerveau, remet en question cette hypothèse en montrant que les aires cognitives du cerveau tiennent aussi compte de la structure temporelle fine des signaux entrants, et non pas uniquement du nombre d’impulsions neuronales reçues. Ces travaux révèlent l’importance de la structure spatiotemporelle de l’activité du cortex frontal dans l’évaluation de l’action et le changement de comportement chez le primate non-humain. Cette étude est publiée dans la revue PLoS Biology.

charneauLire la suite

 

La désynchronisation circadienne accélère le vieillissement cellulaire

Tous les animaux, humains comme rongeurs, présentent des activités biologiques périodiques et prévisibles. Une altération de ces rythmes, ou désynchronisation circadienne, est maintenant identifiée comme une condition à caractère pathogène, mais dont les mécanismes physiopathologiques restent mal connus. Des chercheurs de l’Institut des neurosciences cellulaires et intégratives et de l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien révèlent que trois mois consécutifs de perturbations des cycles jour-nuit suffisent pour induire un vieillissement cellulaire prématuré et un état pré-diabétique chez un rongeur diurne. Cette étude est publiée dans la revue FASEB Journal.

charneauLire la suite

 

De nouvelles pistes de recherches sur la maladie d’Alzheimer et son traitement

L’équipe de Santiago Rivera du laboratoire de Neurobiologie des interactions cellulaires et neurophysiopathologie, en collaboration avec des chercheurs des universités de Nice-Sophia Antipolis, Montpellier, Munich et Tokyo, démontre pour la première fois la contribution de la protéase MT5-MMP dans le développement de la maladie d’Alzheimer dans un modèle de souris. Ces travaux sont publiés dans la revue Cellular and Molecular Life Sciences.

charneauLire la suite

 

Les micropeptides : une nouvelle famille de régulateurs cellulaires

Les génomes expriment de nombreux ARN atypiques qui ne fabriquent pas des protéines classiques. Des résultats récents montrent que ces ARN « non-codants » permettent cependant la production de micropeptides, de quelques acides aminés, dont la fonction reste à découvrir. En étudiant la drosophile, l’équipe de François Payre et Serge Plaza au Centre de biologie du développement de Toulouse vient de décrypter pour la première fois le mode d’action des micropeptides Pri, démontrant qu’ils régulent l’activité d’une enzyme pour le contrôle du développement. Ces résultats suggèrent que les micropeptides représentent un réservoir inexploré d’un nouveau type de régulateurs des protéines cellulaires. Cette étude est publiée dans la revue Science.

charneauLire la suite

 

Comment les protéines remplacent les enzymes à ARN au cours de l’évolution

Depuis le « monde à ARN » pré-biotique, les protéines ont progressivement remplacé les ARN pour réaliser les activités catalytiques. Des chercheurs de l’Institut de biologie moléculaire des plantes, associés à des chercheurs allemands et autrichiens, ont étudié ce processus en retraçant l’histoire évolutive des RNases P chez les eucaryotes. Cette étude est publiée dans la revue Molecular Biology and Evolution.

charneauLire la suite

 

Le sucre facilite le sommeil en activant les neurones responsables de l'endormissement

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le sucre favorise la somnolence et non l'hyperactivité. Il y aurait donc de bonnes raisons de s'endormir après la prise d'un repas riche en sucre. C'est ce que viennent de mettre en évidence chez la souris des chercheurs de l'Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles en collaboration avec une équipe du Centre des neurosciences de Lyon. Cette étude, publiée dans la revue Journal of neuroscience, démontre que le glucose facilite l'apparition et la durée du sommeil en activant les neurones responsables de l'endormissement. Ces neurones possèdent une machinerie moléculaire leur permettant de moduler leur activité électrique en fonction de l'apport en glucose cérébral et ceci afin d'adapter en conséquence les états de vigilance.

charneauLire la suite

 

L’architecture fine du complexe initiateur de la synthèse des protéines chez les mammifères dévoilée

Une équipe de recherche de l’Institut de Biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg, en collaboration avec deux équipes Américaines, a réussi à établir, avec une résolution jamais atteinte auparavant (~6Å), la structure tridimensionnelle du complexe de l’initiation de la traduction des protéines chez les mammifères. La connaissance de l’architecture sophistiquée de ce complexe et de son interaction avec le facteur clé eIF3, longtemps restées réfractaires aux études structurales, ouvre de nouvelles perspectives pour la recherche d’agents thérapeutiques antiviraux et antiparasitaires. Cette étude est publiée dans la revue Nature.

charneauLire la suite

 

Survie ou mort cellulaire? Un acteur inattendu

Des chercheurs de l'Institut Jacques Monod mettent en évidence un nouveau mécanisme de contrôle de la survie cellulaire en démontrant que le récepteur transmembranaire Kremen1 est capable de déclencher une mort cellulaire par apoptose. Des mutations observées dans des tumeurs humaines diminuent l'activité pro-apoptotique de Kremen1, ce qui pourrait conférer une capacité de survie anormale aux cellules cancéreuses. Ces travaux, publiés dans la revue Cell Death and Differentiation, ouvrent la perspective d’interférer avec cette nouvelle voie de signalisation afin de favoriser la mort des cellules cancéreuses.

charneauLire la suite

 

Le double jeu pervers de ROCK dans les maladies à prions

Des chercheurs du CNRS, de l’Inserm, et de l’Université Paris Descartes apportent un nouvel éclairage sur les mécanismes de neurodégénérescence associés aux maladies à prions. Ils ont identifié une enzyme, la kinase ROCK, dont la dérégulation dans les neurones infectés par les prions exerce un double effet délétère en altérant les connexions neuronales et en favorisant l’accumulation des prions pathogènes. Les chercheurs démontrent que l’inhibition pharmacologique de ROCK permet d’enrayer la progression des maladies à prions. Cette étude est publiée dans la revue Plos Pathogens.

charneauLire la suite

 

Comment nait la première impression d'une scène visuelle

En modélisant notre capacité à distinguer un animal dans une scène visuelle, des chercheurs de l’Institut de neurosciences de la Timone et de l’Université d'Edinburgh lèvent le voile sur certains des mystères de la perception visuelle. Ils démontrent que la classification très rapide par le cerveau d’une image contenant ou non un animal, est possible à un niveau de représentation relativement primitif à partir de régularités statistiques simples, et non, comme cela est généralement admis, après une longue série d'analyses visuelles de plus en plus abstraites. Cette étude est publiée dans la revue Scientific Reports.

charneauLire la suite

 

Un modèle inédit du mécanisme de ségrégation active des chromosomes bactériens

L’équipe de Jean-Yves Bouet au Laboratoire de microbiologie et génétique moléculaires, en collaboration avec des équipes du Centre de biochimie structurale et du Laboratoire Charles Coulomb, révèle le mécanisme d’assemblage dynamique et de confinement de l’appareil de ségrégation des chromosomes chez les bactéries. Ces travaux sont publiés dans la revue Cell Systems.

charneauLire la suite

 

Fonctionnement du cerveau : un dogme revisité

Une grande partie de nos connaissances sur les fonctions cognitives et les comportements sociaux découlent de la description de cas historiques qui ont contribué au façonnement des neurosciences modernes. Ces cas ont renforcé l'idée que les fonctions cognitives sont liées à l'activité de régions du cerveau très localisées. Pour la première fois, cette vision compartimentée du cerveau est remise en cause grâce aux travaux de Michel Thiebaut de Schotten et de ses collaborateurs. En analysant avec de nouveaux outils trois cas historiques, ils suggèrent que le comportement social, le langage et la mémoire, loin d’être cantonnés à une région précise, dépendent de l’activité coordonnée de différentes régions. Cette étude est publiée dans la revue Cerebral Cortex.

charneauLire la suite

 

Deux nouveaux gardiens de l'intégrité du génome dévoilés

L'étude des bases génétiques d’une maladie héréditaire rare, le syndrome ICF, permet de dévoiler de nouveaux gènes impliqués dans le contrôle de la stabilité de notre génome comme le montrent les travaux d’une équipe de l’équipe de Claire Francastel dans l’unité « Epigénétique et Destin Cellulaire », en collaboration avec des cliniciens et chercheurs japonais et hollandais. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.

charneauLire la suite

 

Les mouvements oculaires pendant le sommeil : une fenêtre sur les rêves ?

Les mouvements oculaires rapides (REMs) produits durant le sommeil sont-ils associés à des traitements visuels à l'instar de l'éveil ? Une équipe internationale de chercheurs de l’Ecole normale supérieure de Paris, des universités de Californie, du Wisconsin et de Tel-Aviv, apporte une confirmation de cette hypothèse ancienne, mais jamais réellement démontrée, en mesurant l'activité de neurones pendant le sommeil et l'éveil ou durant des stimulations visuelles sans mouvement oculaires. Les résultats suggèrent que durant le sommeil ou en état d'éveil, les REMs réorganisent l’activité neuronale de façon similaire aux activations associées au traitement d’une image nouvelle. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.

charneauLire la suite

 

A l’attaque ! Assemblage et structure d’une meurtrière bactérienne

Certaines bactéries sont armées d’un système qui fonctionne comme une arbalète et qui leur permet d’éliminer les autres microbes avec lesquelles elles sont en compétition au sein de leur niche écologique. L’équipe d’Eric Cascales au Laboratoire d’ingénierie des systèmes macromoléculaires, en collaboration avec l’équipe de Christian Cambillau au Laboratoire architecture et fonction des macromolécules biologiques et Rémi Fronzes à l’Institut Pasteur, révèle la structure et la voie d’assemblage du complexe membranaire ancrant l’arbalète et guidant sa flèche vers la bactérie cible. Cette étude est publiée dans la revue Nature.

charneauLire la suite

 

Un mécanisme de transport directionnel des lipides dans la cellule dévoilé

La phosphatidylsérine est un lipide abondant dans la membrane plasmique des cellules eucaryotes qui joue un rôle clef dans certaines voies de signalisation. Des chercheurs de l’Institut de Pharmacologie moléculaire et cellulaire, de l’Institut Jacques Monod et du Centre de biochimie structurale, élucident, chez la levure, le mécanisme d’échange moléculaire qui assure le transport unidirectionnel à la membrane plasmique de ce lipide synthétisé dans le réticulum endoplasmique. Cette étude publiée dans la revue Science, explique pour la première fois un aspect important de l’homéostasie lipidique et suggère un modèle général pour le transport des lipides.

charneauLire la suite

 

Rad18, une nouvelle cible dans le traitement des tumeurs résistantes à la thérapie


La rechute des tumeurs après thérapie est due à l’apparition d’une résistance dont l’origine est très mal connue. Une équipe de l’Institut de génétique humaine, en collaboration avec des cliniciens du CHU de Toulouse, ouvre la perspective d’affaiblir les cellules tumorales résistantes en identifiant l’ubiquitine ligase Rad18 comme une nouvelle cible dans le traitement du glioblastome. Rad18 régule le système de tolérance des lésions de l’ADN et son inhibition sensibilise au cisplatine les cellules souches de cette tumeur extrêmement résistante à la thérapie. Cette étude est publiée dans la revue Developmental Cell.
charneauLire la suite

 

Une méthode puissante pour l’étude de la structure et de la fonction de l’ARN


L
’identification des résidus et des motifs structuraux fonctionnellement importants dans l’ARN est un processus long et complexe. Des chercheurs de l’Institut de biologie moléculaire et cellulaire, associés à des chercheurs allemands, australiens et chinois, ont développé une méthode puissante pour parvenir à ce but en se fondant sur la séparation fonctionnelle d’une librairie de mutants aléatoires et leur analyse par séquençage à haut débit. Cette étude est publiée dans la revue Nature Methods
charneauLire la suite

 

Les moustiques transmettent aussi des bactéries !


Les moustiques sont les premiers vecteurs des maladies infectieuses humaines, et sont bien connus pour transmettre parasites et virus. Une équipe marseillaise vient de démontrer pour la première fois qu’Anopheles gambiae, le principal vecteur du paludisme en Afrique Sub-Saharienne, serait aussi capable de transmettre une bactérie, Rickettsia felis, qui a été rendue responsable d’un grand nombre de fièvres d’origine inconnue en Afrique. Cette étude est publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences USA.
charneauLire la suite

 

Caractérisation d’un nouveau modulateur de l’intégration du virus du Sida


La réplication des rétrovirus, dont celle du VIH-1, est modulée par de nombreux cofacteurs cellulaires incluant la protéine hRAD51 impliquée dans la réparation de l’ADN par recombinaison homologue. En étudiant des composés stimulateurs ou inhibiteurs de l’activité de cette recombinase, l’équipe de V. Parissi au Laboratoire de microbiologie fondamentale et pathogénicité, en collaboration avec des équipes françaises, allemandes et américaines, démontre que hRAD51 exerce des activités modulatrices multiples et opposées sur l’intégration de l’ADN de VIH-1 selon le moment du cycle viral. Cette étude publiée dans la revue Chemistry and Biology, valide cette protéine comme cible dans une stratégie anti-VIH.
charneauLire la suite

 

Les GIPs de l’Arabette, architectes du centromère


Des chercheurs de l’Institut de biologie moléculaire des plantes, en collaboration avec des chercheurs de l’Université d’Amsterdam et de l’Institut für Pflanzengenetik à Gatersleben (Allemagne) identifient les GIPs, 2 petites protéines de l’Arabette, comme un nouvel acteur clé de la régulation de la division cellulaire en montrant qu’elles jouent un rôle essentiel dans la cohésion du centromère. Ces travaux publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences ouvrent de nouvelles perspectives pour la compréhension de l'initiation de certains processus cancéreux.

charneauLire la suite

 

Les génomes incompatibles ne font pas bon ménage !

Dans toute espèce, il arrive que la descendance de certains individus soit stérile ou peu viable. L’origine peut tout simplement en être génétique et due à une incompatibilité des génomes des individus concernés. Des chercheurs du Laboratoire de génétique moléculaire, génomique et microbiologie ont disséqué les origines génétiques sous-jacentes à de telles incompatibilités en utilisant la levure de boulanger, Saccharomyces cerevisiae, comme organisme modèle. Ils mettent en évidence la multiplicité des mécanismes impliqués dans une étude publiée dans la revue Nature Communications.

charneauLire la suite

 

Un nouvel acteur du contrôle de la division cellulaire découvert chez le ver nématode C. elegans

Chez un grand nombre d’organismes, le bon déroulement de la division cellulaire est assuré par un point de contrôle activé par la protéine Mps1. Cependant, cette protéine est absente chez C. elegans et l’équipe d’Ariane Abrieu au Centre de recherche de biochimie macromoléculaire de Montpellier, en collaboration avec une équipe de l’Université de Californie à San Diego, démontre qu’une autre protéine, Plk1, active le point de contrôle chez le ver. Ceci a permis de révéler de façon remarquable que Plk1 contribue aussi à l’initiation du point de contrôle chez l’homme. Cette étude est publiée dans la revue Cell Reports

charneauLire la suite

 

Un point-chaud mutationnel dans le gène de l’oncoprotéine AKT1 à l’origine d’une tumeur de l'ovaire chez l’enfant

Les cellules de la granulosa qui entourent les cellules germinales dans les follicules ovariens, peuvent subir à la période péripubertaire une prolifération non programmée conduisant à la formation de tumeurs dites « Juvenile Granulosa Cell Tumors » ou JGCTs. L'équipe de Reiner Veitia à l'Institut Jacques Monod, en collaboration avec des cliniciens de l'hôpital Necker et de l'Hôpital de l'université de Montpellier, révèle que des mutations activatrices de l’oncogène AKT1 seraient à l’origine des JGCTs. Cette découverte ouvre une nouvelle perspective thérapeutique des JGCTs car de nombreux inhibiteurs de l'activité d’AKT1 sont actuellement testés dans un cadre clinique pour d’autres types de cancers. Cette étude est publiée dans la revue EBioMedicine.

charneauLire la suite

 

Une double vie pour 3% des protéines humaines

Mener une double vie est-il la règle ou l’exception chez les protéines? Certaines protéines ont des fonctions cellulaires très différentes… Au point que la découverte de cette dualité fonctionnelle se fait généralement par hasard. Des chercheurs du laboratoire « Technologies Avancées pour le Génome et la Clinique » ont découvert qu’au moins 3% des protéines humaines pourraient être extrêmement multifonctionnelles car elles sont impliquées dans des processus biologiques sans liens fonctionnels évidents. Ces résultats publiés dans la revue Nature Communications ont été obtenus grâce au développement d’une méthode bioinformatique permettant d’identifier ces protéines à partir de l’analyse de leurs interactions.

charneauLire la suite

 

La localisation subcellulaire d’un complexe respiratoire contrôle la respiration bactérienne

L’équipe d’Axel Magalon, au sein du Laboratoire de chimie bactérienne de l’Institut de microbiologie de la Méditerranée, démontre pour la première fois que le changement de localisation dans la membrane d’un complexe respiratoire en fonction de la quantité d’énergie requise par une bactérie, est un facteur essentiel de son adaptation aux variations de l’environnement. Cette étude est publiée dans la revue eLIFE.

charneauLire la suite

 

Développement à sens unique : myosine et cadhérine, ensemble pour tordre l’intestin

Au cours du développement rien n’est laissé au hasard. Par exemple, l’intestin s’enroule toujours dans le même sens afin d’occuper un volume minimal évitant ainsi tout risque d’occlusion. L’établissement de l’asymétrie droite-gauche joue un rôle essentiel dans ce phénomène. Mais qui décide du sens d’enroulement et comment cette information est-elle transmise aux organes ? L’équipe de Stéphane Noselli à l’institut de Biologie Valrose a mis en évidence le rôle clé de 2 gènes conservés: la myosine ID (MyoID), qui agit en amont et détermine le sens d’enroulement, et la cadhérine Dachsous (Ds), qui relaye cette information dans les cellules précurseurs de l’intestin pour son enroulement dirigé. Cette étude est publiée dans la revue Developmental Cell.

charneauLire la suite

 

Fabriquer des souvenirs de rats pour étudier les circuits neuronaux de la mémoire épisodique

Des chercheurs du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, en collaboration avec l'Institut des Neurosciences Paris-Saclay, proposent un modèle animal nouveau et original pour l’étude du substrat neuronal de la mémoire épisodique en démontrant que les rats sont capables de se souvenir à très long terme d’un événement épisodique vécu occasionnellement. Ces travaux mettent l’accent sur l’existence d’une variabilité interindividuelle du souvenir épisodique déjà connue chez l’homme et démontrent que le rappel de cette mémoire dans son intégralité nécessite l’activation conjointe de neurones de l’hippocampe et de régions du cortex préfrontal. Cette étude est parue dans la revue Journal of Neuroscience.

.charneauLire la suite

 

Un exportateur de phosphate responsable de calcification du cerveau

La calcification cérébrale primaire familiale, maladie rare pouvant se manifester entre 3 et 80 ans et associée à des désordres neuropsychiatriques et moteurs, se caractérise par des dépôts phospho-calciques dans le cerveau et le cervelet. L’équipe de Marc Sitbon et Jean-Luc Battini à l’Institut de génétique moléculaire de Montpellier, en collaboration avec Dominique Campion et Didier Hannequin au CHU de Rouen et Giovanni Coppola à UCLA (Los Angeles), établit un lien direct entre défaut du métabolisme du phosphate et calcification cérébrale en caractérisant un nouveau gène, XPR1, qui code un exportateur de phosphate. Cette étude est publiée dans la revue Nature Genetics.

.charneauLire la suite

 

Une connexion établie entre la stabilité du génome et le syndrome de l’X fragile

Le syndrome de l’X fragile, maladie génétique due à une mutation du gène FMR1 (Fragile X Mental Retardation 1), est la cause principale de retards mentaux chez l’homme. L’équipe d’Angela Giangrande à l’Institut de génétique et biologie moléculaire et cellulaire, en collaboration avec l’équipe de Maria Pia Bozzetti à l’Université de Salento (Italie), ouvre de nouvelles perspectives pour la compréhension des mécanismes physiopathologiques liés à ce syndrome en démontrant chez la drosophile que FMRP est impliquée dans le métabolisme de petits ARN, les piARNs, et dans la stabilité du génome. Ces travaux sont publiés dans la revue Journal of Cell Science.
.charneauLire la suite

 

La gibbérelline GA12, un nouvel agent de communication longue distance chez les plantes

L’équipe de Patrick Achard à l’Institut de biologie moléculaire des plantes, en collaboration avec une équipe anglaise et une équipe espagnole, a mis en lumière un système de communication à longue distance assurant une croissance coordonnée des organes chez les plantes. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Plants.


.charneauLire la suite

 

Tournants, bifurcations et déposition cellulaire, acteurs de la vaso­occlusion drépanocytaire?

La drépanocytose affecte plus de 50 millions de personnes dans le monde et se caractérise par des crises douloureuses de vaso­occlusion dont la localisation exacte dans la microcirculation des tissus profonds reste inconnue. Une étude microfluidique et numérique réalisée par trois équipes multidisciplinaires de Montpellier, démontre pour la première fois que des cellules sanguines se déposent préférentiellement aux tournants à fortes courbures, et notamment aux bifurcations, caractéristiques de la microcirculation. Ces travaux qui mettent en évidence le rôle majeur que pourrait jouer la géométrie de l’écoulement dans l’avènement des crises occlusives, sont publiés dans la revue Biophysical Journal.
.charneauLire la suite

 

Une cible thérapeutique inattendue dans les leucémies aiguës myéloïdes : l’AMPK

Les leucémies aiguës myéloïdes restent incurables chez une majorité de patients en dépit des progrès dans la compréhension des mécanismes biologiques en jeu dans ces pathologies. Pierre Sujobert et ses collègues de l’Institut Cochin proposent une nouvelle piste thérapeutique basée sur l’utilisation d’un activateur pharmacologique spécifique de la kinase AMPK (AMP activated protein kinase). L’activation de cette kinase, centrale dans la régulation de nombreuses voies métaboliques, entraîne une autophagie excessive qui conduit à la mort des cellules leucémiques, alors qu’elle est sans effet sur les cellules souches hématopoïétiques normales. Cette étude est publiée dans la revue Cell Reports.
.charneauLire la suite

 

Une phosphatase comme régulateur positif du transport et de la perception du nitrate chez les plantes

L’équipe de Benoît Lacombe du Laboratoire de biochimie et physiologie moléculaire des plantes, en collaboration avec des chercheurs de l’université de Münster, identifie la protéine phosphatase ABI2, un composant majeur de la signalisation de l’acide abscissique, une hormone de ‘stress’, comme un nouvel acteur impliqué dans le transport et la perception du nitrate chez Arabidopsis. Ceci révèle l’existence de relations entre la nutrition azotée des plantes et leur réponse aux conditions environnementales fluctuantes. Ces travaux sont publiés dans la revue Science Signaling.
.charneauLire la suite

 

La croissance des plantes, une histoire de dégradation sélective des protéines

Le contrôle du cycle cellulaire chez les végétaux présente d’importantes similitudes avec celui des animaux, mais aussi des différences fondamentales, en particulier dans la régulation de l’entrée en phase de réplication de l’ADN. L’équipe de Pascal Genschik à l’Institut de biologie moléculaire des plantes, dévoile chez la plante modèle Arabidopsis thaliana un mécanisme moléculaire inédit de régulation de cette étape fondé sur la dégradation d’inhibiteurs de la réplication de l’ADN par la protéine F-box, FBL17. FBL17pourrait être à l’interface de nombreuses voies de signalisation endogènes et exogènes. Ces travaux sont publiés dans la revue The Plant Cell.
.charneauLire la suite

Le récepteur au TNF Grindelwald, lien manquant entre perturbation de la polarité cellulaire et croissance tumorale.

Grâce à l’identification chez la drosophile d’un nouveau récepteur au TNF (ou Facteur de Nécrose Tumorale), l’équipe de Pierre Léopold à l’Institut de Biologie Valrose démontre pour la première fois l’implication directe d’un récepteur de la superfamille des TNFR (Tumor Necrosis Factor Receptor) dans le couplage entre la perte de polarité des cellules épithéliales et la croissance tumorale. Cette étude est publiée dans la revue Nature.
charneauLire la suite

L’Homme n’est pas le seul primate à combiner des sons pour communiquer

Le langage, dont l’origine reste encore un mystère, est infiniment complexe avec notamment une capacité de l’Homme à combiner des sons pour générer un nombre illimité de messages. Les éthologistes du laboratoire EthoS en collaboration avec des chercheurs de l’université de St Andrews (Ecosse) et de l’université d’Abidjan (Côte d’Ivoire, ont testé l’hypothèse que le langage est le fruit d’une longue évolution et que des précurseurs pourraient être présents chez d’autres espèces de primates. Ils ont ainsi montré que des singes cercopithèques ajoutent un suffixe à leur cri d’alarme pour modifier le message encodé. Cette étude est publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society of London B
charneauLire la suite

 

Codée par un gène cryptique, une nouvelle protéine virale sort de l’ombre

En raison de la petite taille de leur génome, les virus de plantes multiplient les stratégies d’expression pour produire les protéines nécessaires à leur prolifération. L’équipe de Véronique Ziegler-Graff à l’Institut de biologie moléculaire des plantes, en collaboration avec une équipe de bioinformaticiens de l’université de Cambridge (Grande-Bretagne) et un chercheur de l’Iowa State University, Ames (USA) a découvert chez un virus de la famille des Luteoviridae, un nouveau gène de petite taille codant une protéine indispensable au transport viral dans la plante et resté inaperçu jusqu’à présent en raison de son mode non conventionnel de traduction. Ces travaux sont publiés dans la revue PLoS Pathogens.
charneauLire la suite

 

Les héparanes sulfates : une nouvelle cible thérapeutique de la maladie d'Alzheimer

L’accumulation de protéine tau hyperphosphorylée et d’héparanes sulfates dans les neurones de patients sont des caractéristiques des maladies neurodégénératives de type Alzheimer. Les travaux réalisés in vivo chez le poisson zèbre par l’équipe de Nadia Soussi-Yanicostas (Hôpital Robert Debré), en collaboration avec les équipes de Dulce Papy-Garcia (Laboratoire Croissance, réparation et régénération tissulaires) et de Rita Raisman-Vozari (Institut du cerveau et de la moelle épinière), révèlent l’implication des héparanes sulfates dans la phosphorylation anormale de la protéine tau dans ces maladies. Cette étude qui ouvre des perspectives inédites pour l’étude et l’approche thérapeutique de ces maladies, est publiée dans la revue Brain.
charneauLire la suite

 

Réguler les régulateurs

Les lymphocytes T régulateurs jouent un rôle vital dans la prévention des maladies auto-immunes et des inflammations chroniques. Générés dans le thymus, ils migrent, une fois matures, dans les différents organes et tissus de l’organisme pour contrôler l’activité du système immunitaire. Paola Romagnoli et ses collaborateurs, au Centre de Physiopathologie de Toulouse Purpan, montrent que des cellules T régulatrices activées dans ces tissus peuvent revenir dans le thymus et y inhiber le développement de leurs précurseurs. Ceci révèle une connexion inattendue entre les réponses immunitaires dans l’organisme et le développement des lymphocytes T dans le thymus. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature Immunology.
charneauLire la suite

 

Le kinétochore : chef d’orchestre de la division cellulaire

Le réflexe moteur de retrait est une réponse classique à une stimulation douloureuse. Les travaux de Frédéric Brocard, au sein de l'Institut de neurosciences de la Timone, en collaboration avec des chercheurs de l’Université Cornell (USA) et de l’Institut de médecine à Budapest, révèlent des mécanismes cellulaires et moléculaires qui sensibilisent les neurones responsables de cette réponse motrice. Ces résultats qui ouvrent de nouvelles perspectives pour le traitement des douleurs neuropathiques, sont publiés dans la revue e-Life.
charneauLire la suite

 

Les motoneurones de la moelle épinière face à la douleur

Le réflexe moteur de retrait est une réponse classique à une stimulation douloureuse. Les travaux de Frédéric Brocard, au sein de l'Institut de neurosciences de la Timone, en collaboration avec des chercheurs de l’Université Cornell (USA) et de l’Institut de médecine à Budapest, révèlent des mécanismes cellulaires et moléculaires qui sensibilisent les neurones responsables de cette réponse motrice. Ces résultats qui ouvrent de nouvelles perspectives pour le traitement des douleurs neuropathiques, sont publiés dans la revue e-Life.
charneauLire la suite

 

Le tonus musculaire est lié au nombre de copies d’une région du chromosome 21

La trisomie du chromosome humain 21, ou syndrome de Down, est la forme la plus fréquente de déficience intellectuelle et conduit également à des déficits locomoteurs et un tonus musculaire altéré. L’équipe de Yann Hérault à l’Institut de génétique et biologie moléculaire et cellulaire démontre chez la souris que la trisomie et la monosomie de la région comprise entre les gènes Hspa13 et App altèrent de façon opposée le tonus musculaire. Ceci dérégule des gènes impliqués dans le métabolisme énergétique dans les muscles du squelette, conduisant à un changement dans la biogénèse et l’activité des mitochondries. L’hypotonie musculaire des personnes atteintes de trisomie 21 n’est donc pas seulement d’origine centrale mais résulte aussi d’une défaillance musculaire. Cette étude est publiée dans la revue PLOS Genetics.
charneauLire la suite

 

Le cœur du virus de la rougeole dévoilé en trois dimensions par microscopie électronique

La structure de la protéine qui protège et s’associe à l’information génétique du virus de la rougeole restait jusqu’à présent inconnue à haute résolution contrairement à celle des virus de la rage, de la bronchiolite ou du virus Nipah. En utilisant un microscope électronique de pointe de l’unité de biologie structurale intégrée de Grenoble, des chercheurs de l’institut de biologie structurale des interactions virus – cellules hôtes et de l’institut de biologie structurale ont réussi à visualiser la structure de cette protéine centrale avec une précision inégalée. Cette structure établie avec une résolution quasi atomique éclaire le mode d’interaction entre la protéine et l’information génétique du virus et pourra aider à concevoir de manière rationnelle des drogues antivirales spécifiques. Cette étude est publiée dans la revue Science.
charneauLire la suite

 

Comment une bactérie module sans effort sa résistance à un antibiotique

Un nombre sans cesse accru de souches de bactéries entérocoques sont capables de résister à la vancomycine, antibiotique puissant utilisé pour lutter contre ce type de germes. Vincent Méjean à l’Institut de microbiologie de la Méditerranée, en collaboration avec deux chercheurs de l’Institut Pasteur, montre que l’induction des gènes de résistance du type VanG est proportionnelle à la concentration en antibiotique et résulte de l’action antagoniste d’un activateur et d’un répresseur inconnu à ce jour. Cette étude est publiée dans la revue PLos Genetics.
charneauLire la suite

 

BubR1, un acteur clef du contrôle du nombre de chromosomes dans l'ovocyte

L'ovocyte, cellule germinale femelle, contient la moitié des chromosomes d'un organisme, et accueille lors de la fécondation l'autre moitié issue de la cellule mâle. Ce nombre précis de chromosomes est obtenu à la suite d’une division cellulaire particulière, la méiose. Un point de contrôle au niveau du fuseau de division assure la ségrégation correcte des chromosomes, et son absence entraine une stérilité. L’équipe de Katja Wassmann à l’Institut de Biologie Paris-Seine, révèle l’importance de la protéine BubR1 dans ce point de contrôle. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.

charneauLire la suite

 

Un travail d’équipe : la synchronie spatiale des podosomes

Les podosomes permettent aux cellules immunitaires de sonder et de déformer leur environnement. Grâce au développement d’une méthode automatique d’évaluation des forces générées par ces structures, les équipes d’Isabelle Maridonneau-Parini à l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale et de Christophe Vieu au Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes, mettent en évidence une coordination entre podosomes voisins au sein des cellules. Cette étude est publiée dans la revue ACS Nano.

charneauLire la suite

 

Régulation des interactomes protéiques: une nouvelle propriété des petits motifs peptidiques

Une équipe de l’Institut de Génétique Fonctionnelle de Lyon révèle le rôle inhibiteur de petits motifs peptidiques dans les interactions protéine-protéine in vivo. Ces résultats ouvrent des perspectives inattendues pour la compréhension de la formation des réseaux d’interactions protéiques établis au cours du développement embryonnaire. Cette étude est publiée dans la revue eLife.

charneauLire la suite

 

Addiction : importance des facteurs individuels dans le déclenchement de la rechute

La rechute involontaire est une caractéristique de toutes les addictions et un challenge pour les patients et leur entourage. Six à 8 millions de personnes seraient concernées en France. L’équipe de Marc Auriacombe du laboratoireSommeil, attention et neuropsychiatrie, identifie, pour la première fois en conditions naturelles, le rôle primordial des stimuli environnementaux et du craving (l’envie involontaire et irrépressible de consommer) comme médiateur principal de la rechute chez l’homme pour l’addiction à l’alcool, au tabac, au cannabis et à l’héroïne. Il est ainsi possible de déterminer pour chaque personne les facteurs qui provoquent et aggravent la rechute. Cette étude qui ouvre des perspectives immédiates pour la thérapeutique des addictions, est publiée dans la revue Addiction.

charneauLire la suite

 

Sommeil paradoxal et état onirique : l’activation sélective des neurones de l’émotion révélée

Traditionnellement, le sommeil paradoxal (SP) est caractérisé par une activation corticale proche de l’éveil combinée à des mouvements rapides des yeux et une paralysie des muscles de la posture. En comparant au niveau cellulaire et moléculaire l’état cortical pendant le SP à celui de l’éveil, l’équipe de Pierre-Hervé Luppi au Centre de recherche en neurosciences de Lyon, révèle de façon surprenante que seules quelques populations de neurones localisés dans les structures limbiques impliquées dans la mémoire émotionnelle sont actives et plastiques au cours du SP. Cette étude est publiée dans la revue Science Advances.

charneauLire la suite

 

Neurones malmenés dans la maladie de Huntington : les super-enhancers dans le collimateur

Des chercheurs du Laboratoire de neurosciences cognitives et adaptatives, de l’Institut de génétique et biologie moléculaire et cellulaire et de l’Institut de biologie Paris Seine ont identifié une signature moléculaire associée à la maladie de Huntington en cartographiant l’épigénome de neurones du cerveau de souris modélisant cette maladie. Cette signature, qui identifie des régions du génome, dîtes super-enhancers, impliquées dans la régulation de l’activité des gènes de l’identité cellulaire, est altérée de manière sélective chez les souris « Huntington ». Ces travaux représentent un pas important vers la compréhension de la maladie et ouvrent potentiellement la voie à des approches thérapeutiques nouvelles des maladies neurodégénératives. Cette étude est publiée dans la revue Human Molecular Genetics.

charneauLire la suite

 

ST2, le récepteur à l’IL-33, un nouvel acteur dans le développement du neuropaludisme

L’équipe de Valérie Quesniaux au laboratoire d’Immunologie et neurogénétique expérimentales et moléculaires d’Orléans montre que le récepteur de l’interleukine 33, ST2, est nécessaire au développement du neuropaludisme expérimental. Cette étude qui identifie une nouvelle cible thérapeutique de la malaria cérébrale est parue dans la revue European Journal of Immunology.

charneauLire la suite

 

La protéine SET, une nouvelle cible chimiothérapique contrôlant la réparation de l’ADN

L’équipe d’Evi Soutoglou à l’Institut de génétique et biologie moléculaire et cellulaire révèle le rôle clé de la protéine nucléaire SET dans la réparation des lésions simultanées des deux brins de l’ADN. SET modère la réparation et prévient une recombinaison excessive de l’ADN en compactant la chromatine. Cette étude montre également que des cellules cancéreuses exprimant SET à un niveau élevé sont sensibles aux dérivés de la camptothécine, ce qui fait de cette protéine une cible potentielle des agents chimiothérapiques. Ces résultats sont publiés dans la revue Cell Reports.

charneauLire la suite

 

Peut-on créer de nouveaux souvenirs pendant le sommeil ?

L’équipe de Karim Benchenane du Laboratoire Plasticité du cerveau à l’ESPCI, associée à des chercheurs du laboratoire Neuroscience à l’Institut de biologie Paris-Seine, a réussi à créer artificiellement, à l’aide d’une interface cerveau-machine, un souvenir de lieu pendant le sommeil chez la souris. Cette étude publiée dans la revue Nature Neuroscience démontre ainsi le rôle causal des cellules de lieu de l’hippocampe dans l’établissement d’une carte cognitive de l’environnement, et leur rôle dans la consolidation de la mémoire pendant le sommeil.

charneauLire la suite

 

Un effet « gaz sous pression » de vésicules d’actine pour centrer le noyau de l’ovocyte

Chez un très grand nombre d’espèces, les ovocytes présentent un énorme noyau positionné en périphérie de la cellule, mais, de manière étonnante, le noyau est situé au centre de gravité de la future cellule œuf chez les rongeurs et la souris en particulier. Une étude internationale et interdisciplinaire élucide le mécanisme tout à fait original de ce centrage, jamais étudié auparavant, en démontrant qu’il dépend d’un gradient de pression exercé par des vésicules recouvertes d’actine. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Cell Biology.

charneauLire la suite

 

NDP52, un facteur doublement impliqué dans la destruction de bactéries par xénophagie

La xénophagie, ou dégradation par la voie autophagique de microorganismes intracellulaires, dépend de la capacité à capturer les pathogènes dans les autophagosomes puis à les dégrader dans les autolysosomes. La capture est assurée par des récepteurs autophagiques, comme NDP52, qui font le lien entre le pathogène et l’autophagosome. Une équipe du Centre international de recherche en infectiologie à Lyon, révèle que NDP52 régule également la dégradation des bactéries prisonnières des autophagosome en dynamisant la fusion de ces vésicules avec des lysosomes. Ces résultats publiés dans la revue Cell Host & Microbe suggèrent qu’une telle dualité de fonction optimise l’efficacité de la xénophagie.

charneauLire la suite

 

Un conquérant de l'impossible: un peptide qui tue les cellules leucémiques

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) est la plus fréquente des leucémies de l’adulte dans les pays occidentaux. Comme cette maladie reste incurable, l’inefficacité des traitements représente un vrai problème social et de santé publique. Une étude menée dans le cadre d’un consortium montre que la stimulation par des peptides agonistes d’une molécule présente à la surface du lymphocyte B de la LLC, le récepteur CD47, induit spécifiquement la mort des cellules tumorales. Ces travaux sont publiés dans la revue PLOS Medicine.

charneauLire la suite

 

La kinase Aurora B : un agent double qui contrôle la séparation de l’hétérochromatine télomérique et centromérique

La séparation des chromosomes lors de la division cellulaire est coordonnée à de multiples niveaux pour prévenir les pertes de chromosomes, phénotype fréquemment observé dans les cancers. Des chercheurs du Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire du contrôle de la prolifération, dévoilent un rôle essentiel des télomères dans la séparation physique des chromosomes. La kinase Aurora B, conservée au cours de l’évolution, se révèle être un agent double impliqué dans la séparation de l’hétérochromatine centromérique et télomérique. Cette étude est publiée dans la revue Journal of Cell Biology.

charneauLire la suite

 

L'acide rétinoïque: l'évolution entre les dents!

La denture extrêmement diversifiée des poissons cypriniformes est un modèle de choix pour comprendre les mécanismes moléculaires encore mal connus à l’origine de la diversité infinie des organismes vivants. Une équipe de l’Institut de génétique fonctionnelle de Lyon montre que des poissons zèbres chez lesquels le métabolisme de l’acide rétinoïque est déficient, possèdent une dent supplémentaire dans leur pharynx. De manière remarquable, cette denture surnuméraire ressemble beaucoup à celle observée dans la nature chez d’autres espèces de cypriniformes. Ceci révèle qu’une modulation de la voie de l’acide rétinoïque pourrait être à l’origine de la diversité évolutive de la denture de cette famille de poissons. Cette étude est publiée dans les Proceedings of the Royal Society B.

charneauLire la suite

 

Les humains virtuels au service de la médecine du sommeil

La Somnolence Diurne Excessive (SDE) touche 10% de nos concitoyens avec des conséquences médico-économiques très importantes. Pour diagnostiquer ce symptôme, l'équipe de P. Philip de l’unité Sommeil, attention et neuropsychiatrie a un nouveau collaborateur virtuel. Cet « Agent Conversationnel Animé » est capable d'échanger avec un patient selon un schéma d'entretien structuré et d'émettre des indications diagnostiques pour le médecin et son patient. Les résultats de cette étude publiés dans la revue Presence: Teleoperators and Virtual Environments, sont très prometteurs pour le développement d'humains virtuels dans le champ de la santé.

charneauLire la suite

Une première en biologie : l’imagerie élémentaire accessible par microscopie optique!

Des physiciens et biologistes de l’Institut Lumière matière utilisent les propriétés de la lumière au travers d’une technique d’imagerie élémentaire pour localiser et quantifier les nanoparticules dans les tissus biologiques. Cette étude publiée dans la revue ACS Nano ouvre de nombreuses perspectives en recherche biomédicale.

charneauLire la suite

 

Pore nucléaire et chromatine, une interaction essentielle pour la replication du virus du SIDA

Les lentivirus, dont fait partie le VIH-1, responsable du sida, usurpent la machinerie des cellules qu’ils infectent pour pénétrer dans leur noyau et accéder au génome humain qui est composé d’une chromatine relaxée (active) et condensée (silencieuse). Les mécanismes moléculaires qui permettent au VIH de s’intégrer dans les régions moins condensées et favorisent ainsi sa réplication, sont encore mal compris. Une étude internationale et interdisciplinaire coordonnée par des chercheurs de l’Institut Pasteur révèle un lien entre l’import nucléaire du virus et son intégration dans le génome cellulaire. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.

charneauLire la suite

 

Un lien entre la maladie de Batten et le transport vésiculaire établi grâce à la levure

L’équipe de Sylvie Friant au Laboratoire de génétique moléculaire, génomique, microbiologie démontre que la maladie de Batten serait liée à un défaut dans le transport vésiculaire. Ces travaux sont publiés dans la revue Journal of Cell Science.

charneauLire la suite

 

La voix du mâle : un indicateur de fertilité et une base de choix pour les femelles ? L’exemple du cheval

On savait déjà que les vocalisations des mammifères, incluant l’homme, sont porteuses d’informations sur la familiarité, l’identité ou la taille de l’émetteur et que certaines vocalisations jouent un rôle dans la synchronisation et la coordination des partenaires sexuels. Dans une étude réalisée sur des chevaux, des chercheurs de l’unité EthoS, en collaboration avec l’Institut du cheval et de l’équitation, ont en outre découvert que non seulement la voix des étalons est porteuse d’information sur leur fertilité (succès reproducteur) mais que les juments se servent de ces mêmes paramètres acoustiques pour orienter leurs choix. Ces résultats publiés dans la revue PloS One constituent une avancée fondamentale majeure mais aussi une ouverture à des applications à l’élevage.

charneauLire la suite

 

Le liquide céphalo-rachidien, un régulateur de l’orientation des divisions des progéniteurs neuraux

L’orientation des divisions cellulaires est cruciale dans la morphogenèse des tissus et la création de la diversité cellulaire. Les contributions des signaux extracellulaires dans ce processus restent peu connues. L’équipe de Valérie Castellani, au Centre de génétique et de physiologie moléculaire et cellulaire, met en évidence, pour la première fois, que la protéine Sémaphorine 3B connue pour orienter la navigation des projections neuronales, est sécrétée dans le liquide céphalo-rachidien et régule l’orientation des divisions des progéniteurs neuraux dans la moelle épinière au début de la neurogenèse embryonnaire. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.

charneauLire la suite

 

Un mécanisme de perception d’une combinaison de signaux nutritionnels par les plantes dévoilé

Une équipe du Laboratoire de biochimie et physiologie moléculaire des plantes à Montpellier, en collaboration avec deux équipes américaines, met en évidence un mécanisme permettant l’ajustement de la croissance des racines des plantes en réponse à deux signaux nutritionnels majeurs, le nitrate et le phosphate. Ces travaux, publiés dans la revue Nature Communications, ouvrent la voie à la compréhension des mécanismes moléculaires impliqués dans la perception des combinaisons de signaux de l’environnement par les plantes.

charneauLire la suite

 

Un cheval de Troie pour rendre le fœtus hémophile A tolérant au facteur VIII thérapeutique

L’hémophilie A résulte d’un déficit en facteur VIII de la coagulation. Elle est traitée par remplacement du facteur manquant mais les patients les plus sévèrement touchés développent souvent des anticorps contre la protéine de remplacement reconnue comme étrangère par l’organisme. Des chercheurs démontrent que le fragment Fc des immunoglobulines, couplé à une protéine, peut traverser la barrière placentaire et faire office de cheval de Troie pour induire une tolérance spécifique de la protéine. Le transfert materno-fœtal de domaines immunodominants du facteur VIII pourrait permettre d’éviter l’apparition, après la naissance, d’anticorps neutralisant le facteur VIII thérapeutique chez des enfants hémophiles. Cette étude est publiée dans la revue Science Translational Medicine.

charneauLire la suite

 

Des graines sous pression


Les graines représentent notre source d’alimentation primaire, mais la manière dont les compartiments constituant ces structures complexes communiquent entre eux pendant leur développement, reste peu comprise. Une équipe du laboratoire Reproduction et développement des plantes de l’ENS Lyon, en collaboration avec le « Bordeaux Imaging Centre », montre qu’une couche particulière dans l’enveloppe de la graine est capable de détecter et de répondre à la pression interne générée par la croissance de l’embryon et de l’albumen, et par ce biais de réguler la taille finale de la graine. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.
charneauLire la suite

 

Le mamanais est-il plus clair ?


Dans presque toutes les cultures, les parents parlent à leurs enfants en “mamanais”. En quoi cette façon de parler aide-t-elle les nourrissons à apprendre le langage? En combinant des méthodes de pointe de l’ingénierie de la parole et un grand corpus de parole spontanée, une étude menée par le Laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistique en collaboration avec l’Institut RIKEN au Japon, montre que les parents semblent parler légèrement moins clairement quand ils s’adressent à leurs enfants que quand ils s’adressent à une expérimentatrice. Il semble ainsi qu'il ne faille pas chercher le secret de l'apprentissage des sons du langage tant dans la façon particulière que nous avons de nous adresser aux enfants, que dans leur capacité à exploiter ce signal. Cette étude est publiée dans la revue Psychological Science.

charneauLire la suite

 

Quand la neuroimagerie permet de mesurer l’effet d’un médicament sur le cerveau

Un enjeu crucial pour la recherche de nouveaux traitements des maladies neurodégénératives est de développer des biomarqueurs permettant de mesurer leur effet sur le cerveau. Dans le cadre d’un essai clinique chez des patients atteints de maladie d’Alzheimer au stade précoce, un logiciel de traitement d’images développé par l’équipe ARAMIS a permis de mesurer l’effet d’un médicament sur le volume de l’hippocampe à partir d’images IRM. Cette étude est publiée dans la revue Alzheimer's and Dementia.

charneauLire la suite

 

La communication entre bactéries au sein d’un consortium, une clé pour la production de biohydrogène


La production de Biohydrogène, un biocarburant de 3eme génération, à partir de la dégradation de la biomasse constitue une opportunité pour la production d’énergie renouvelable sans émission de gaz à effet de serre. Sa maîtrise nécessite d'élucider les mécanismes des interactions microbiennes. L’équipe de Marie Thérèse Giudici-Orticoni du laboratoire de Bioénergétique et ingénierie des protéines, en collaboration le laboratoire de Biotechnologie de l’environnement, a mis en évidence des interactions physiques et métaboliques au sein d’un consortium bactérien impliqué dans la dégradation de la biomasse. Ces interactions permettent aux bactéries de se développer dans des conditions de stress nutritionnel, et augmentent la production de biohydrogène. Ces travaux, publiés dans la revue Nature Communication, ouvrent la voie à de nouvelles approches pour la production contrôlée de biohydrogène à partir de la biomasse.

charneauLire la suite

 

 

Diabète : le jeûne au mauvais endroit, au mauvais moment


charneauLire la suite

 

 

 

Un nouvel anti-inflammatoire qui réduit le taux de cholestérol et diminue les maladies cardio-vasculaires!

L’équipe de Mustapha Rouis et de Bertrand Friguet à l’Institut de biologie Paris-Seine, en collaboration avec une équipe allemande de l’Université d’Ulm, vient d’identifier une nouvelle molécule prometteuse, l’arglabine, qui présente des propriétés anti-inflammatoires inédites, réduit le cholestérol sanguin et décroit l’incidence des maladies cardio-vasculaires. Cette étude est publiée dans la revue Circulation.

charneauLire la suite

 

Des benzodiazépines dans les venins de serpent !

Les venins de serpent sont redoutés pour leurs effets toxiques, voire leur létalité. Ils sont devenus une source inestimable d'outils moléculaires notamment pour décrypter les cibles biologiques de leurs toxines. Une équipe internationale, révèle la présence, dans le venin d’un serpent corail, d'une nouvelle classe de toxines dont l'action s'apparente à celle des benzodiazépines en ciblant avec une haute affinité le récepteur de type A de l'acide γ-aminobutyrique (GABAA). Cette étude est publiée dans la revue PNAS.

charneauLire la suite

 

La face cachée de la déficience en vitamine D

Après avoir identifié précisément comment la vitamine D se lie à son récepteur, des chercheurs expliquent le rachitisme sévère de certains patients portant des mutations de ce récepteur et l’ostéoporose induite par des déficiences en vitamine D. Ils montrent que l’absence de fixation de la vitamine D à son récepteur induit une carence en calcium plus marquée qu’en l’absence de récepteur. Cette étude ouvre des perspectives prometteuses pour le traitement de pathologies telles que l’ostéoporose, les maladies neuro-dégénératives et auto-immunes ainsi que les cancers. Ces travaux sont publiés dans la revue Cell Reports.

charneauLire la suite

 

Le méli-démélo vital du génome transformé du pneumocoque

La transformation génétique est un processus propre aux bactéries qui leur permet d’internaliser de l’ADN exogène double-brin sous forme simple-brin (sb), puis de l’intégrer à leur génome par recombinaison homologue. Elle est particulièrement efficace chez le pneumocoque pour qui la transformation avec son propre ADN stimule la formation de duplications de son génome. Une équipe du Laboratoire de microbiologie et de génétique moléculaires montre que la formation de ces chromosomes remaniés, appelés ‘mérodiploïdes’, implique la fusion de deux copies de l’unique chromosome circulaire de la cellule par recombinaison homologue avec l’ADNsb transformant, puis la résolution de ce dimère de chromosome par deux mécanismes distincts de recombinaison de l’ADN. Ces travaux, publiés dans la revue PLoS Genetics, mettent en lumière une interaction essentielle entre les mécanismes de recombinaison dédiés aux étapes précoces de la transformation et ceux de la maintenance du génome pour générer une descendance viable des cellules transformées.
..charneauLire la suite

 

S’amarrer au bon quai : un prérequis pour une livraison réussie de l’information neuronale

Le fonctionnement du cerveau requiert la formation et la stabilisation d’un réseau entre différents types de neurones via des connexions particulières, les synapses. Une fois arrivée à bon port, chaque terminaison nerveuse doit s’amarrer au bon endroit et de la bonne manière sur son neurone cible, sous peine d’engendrer des défauts de transmission de l'information et des troubles psychiatriques. Une étude réalisée par une équipe du Centre interdisciplinaire de recherche en biologie au Collège de France, en collaboration avec une équipe de l’Institut des neurosciences cellulaires et intégratives à Strasbourg, a mis en évidence un nouveau « code d'amarrage synaptique » contrôlant la formation de circuits neuronaux spécifiques. Cette étude est publiée dans la revue Cell Reports.

.charneauLire la suite

 

Comment le virus du SIDA facilite le développement de pathogènes opportunistes

Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH-1) est responsable du SIDA et rend l’organisme vulnérable à de nombreux pathogènes opportunistes. L’équipe de Bruno Beaumelle montre que l'action de la protéine virale Tat permet au VIH-1 d’inhiber la capacité d’élimination des phagocytes non infectés tels que les macrophages. Fortement sécrétée par les cellules infectées, Tat entre dans les cellules non infectées et empêche le recrutement d’une petite protéine impliquée dans la phagocytose. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.

.charneauLire la suite

 

Acides aminés et communication neuronale: de l'importance du temps et de l'espace

Les acides aminés D-sérine et glycine jouent un rôle essentiel dans la communication entre les neurones du cerveau en régulant l'activité d'un récepteur particulier du glutamate, le récepteur NMDA. Toutefois, les neurobiologistes ignoraient si les fonctions de ces deux acides aminés étaient régulées au cours du développement cérébral et elles étaient spécifiques d’un territoire neuronal particulier. L’équipe de Jean-Pierre Mothet et ses collaborateurs démontrent que la D-sérine et la glycine agissent à des stades différents de la maturation des réseaux de neurones et qu’à l’âge adulte leur fonction est associée spécifiquement à des synapses différentes. Ces travaux revêtent une importance particulière car ils mettent fin à une controverse de plus de 20 ans en réconciliant les fonctions de ces deux acides aminés. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives pour notre compréhension des maladies neuro-développementales comme la schizophrénie ou l’autisme et pourrait déboucher sur la mise au point de nouvelles stratégies thérapeutiques. Cette étude est publiée la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.
.charneauLire la suite

 

La mécanique des contacts cellulaires in vivo dévoilée par manipulation laser

Tissus et organes acquièrent leur architecture grâce à la capacité des cellules à adhérer entre elles et à se déformer de manière coordonnée. Il est donc crucial de comprendre comment les forces générées à l’échelle cellulaire produisent les changements de forme cellulaire et sont transmises dans un tissu in vivo. L’équipe de Pierre-François Lenne à L’Institut de biologie du développement de Marseille, a mis au point une approche utilisant la manipulation laser pour appliquer des forces, locales et contrôlées, aux contacts entre les cellules d’un organisme vivant. La quantification des changements de forme produits, de l’échelle subcellulaire au tissu, fournit une mesure directe des forces agissant aux contacts cellulaires, ainsi qu’une cartographie des propriétés mécaniques du tissu. Cette étude est publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.
.charneauLire la suite

 

On nous attaque: le système de défense des plantes vu de l’intérieur

Quand les plantes sont attaquées, une alarme interne se met en marche en seulement quelques minutes et les systèmes de défense de la plante entrent en action. Pour la première fois, des chercheurs du laboratoire Reproduction et développement des plantes montrent, en temps réel, ce qui arrive quand les plantes repoussent les insectes, réagissent à des dégâts ou même à des infections par des pathogènes. Ces travaux, publiés dans la revue Nature Communications, ouvrent la voie à la compréhension des réponses globales d’une plante au stress ou à des dégâts, un enjeu majeur pour l’agriculture du futur.

.charneauLire la suite

 

Le dernier sursaut des cellules mourantes, étape clé de la morphogenèse tissulaire

L’équipe de Magali Suzanne au Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire du contrôle de la prolifération, révèle que loin d’être une simple élimination passive de cellules, la mort cellulaire programmée ou apoptose intervient activement dans la morphogenèse. Avant de mourir, les cellules apoptotiques exercent une force qui augmente la tension cellulaire et dont la transmission aux cellules voisines entraine un remodelage tissulaire aboutissant à un changement de forme du tissu en développement. Cette étude est publiée dans la revue Nature.

.charneauLire la suite

 

Découverte d’un régulateur non conventionnel du développement embryonnaire

Le rôle de régulateurs du métabolisme dans le développement embryonnaire précoce reste largement inexploré. L'équipe d'Anne-Hélène Monsoro-Burq à l’Institut Curie, révèle pour la première fois l’existence d’un point de contrôle global des premières étapes du développement de l'embryon en établissant la fonction non conventionnelle du régulateur de la glycolyse PFKFB4 dans la progression des cellules immatures vers un état plus spécifié. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.

.charneauLire la suite

 

Des neurones tout neufs pour soigner le cerveau âgé

Les cellules souches neurales du cerveau adulte peuvent-elle être utilisées pour ralentir le vieillissement cérébral et pour lutter contre les problèmes cognitifs inhérents à l’âge ou aux maladies neurodégénératives ? Les travaux de Kevin Richetin et de Claire Rampon du Centre de recherches sur la cognition animale montrent qu’il est possible de piloter l’intégration de nouveaux neurones dans le cerveau de souris modèles de la maladie d’Alzheimer et de permettre à ces animaux de recouvrer ainsi leurs capacités mnésiques. Cette étude publiée dans la revue Brain ouvre de nouvelles perspectives pour le traitement des altérations cognitives associées au vieillissement normal et pathologique.

.charneauLire la suite

 

Un œuf de qualité passe de dur à mollet

Le gamète femelle est formé à l’issue de deux divisions cellulaires très asymétriques en taille. L’asymétrie de la première division est assurée par la migration, à la périphérie de la cellule ou cortex, du fuseau méiotique, machinerie qui transporte et sépare les chromosomes. De récents travaux montrent que l’ovocyte doit se ramollir, mais pas trop, pour permettre la migration du fuseau au cortex. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications

.charneauLire la suite

 

Une nouvelle cible thérapeutique pour réparer la centrale énergétique cellulaire

Un grand nombre de mutations affectent les machineries, dont l’ATP synthase, impliquées dans la production d’énergie sous forme d’ATP par les mitochondries. Elles entraînent des maladies métaboliques et neuromusculaires pour lesquelles il n’existe aucun traitement efficace. Un groupement international pluridisciplinaire, incluant l’équipe de Jean-Paul di Rago à l’Institut de biochimie et génétique cellulaires, a identifié le complexe TIM23, responsable de l’import et du tri dans les mitochondries des protéines issues de gènes nucléaires, comme une nouvelle cible pour le traitement de ces maladies. La modulation génétique ou chimique de TIM23 permet d’améliorer le fonctionnement de mitochondries dont l’ATP synthase est défectueuse. Cette étude est publiée dans la revue Nature Communications.

.charneauLire la suite

 

Le VIH favorise sa dissémination en reprogrammant les capacités migratoires des macrophages

L’équipe d’Isabelle Maridonneau-Parini à l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale, révèle que l’infection des macrophages par le VIH reprogramme, par l’action de la protéine virale Nef, leur capacité migratoire in vitro et in vivo. Chez la souris, l’infiltration tissulaire des macrophages favorisée par l’expression de Nef suggère une stratégie de dissémination du virus. La mise en évidence de l’activation par Nef de la kinase Hck, spécifique des macrophages, permet de proposer cette interaction comme une nouvelle cible pharmacologique pour limiter la dissémination du VIH chez les patients. Cette étude est publiée dans la revue Blood.

.charneauLire la suite

 

Formation d’un module du facteur de transcription TFIID dans le cytoplasme

Une équipe internationale coordonnée par Imre Berger à l’European Molecular Biology Laboratory et Làszlò Tora à l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire révèle que le facteur de transcription TFIID, qui contrôle la transcription des gènes dans les cellules eucaryotes, se forme partiellement dans le cytoplasme des cellules avant de pénétrer le noyau. Ces résultats publiés dans la revue Nature Communication ouvrent une nouvelle voie de recherche pour l’étude de la régulation des gènes et des défauts de transcription.

charneauLire la suite

 

Un très long ARN non codant contrôle la sénescence

La sénescence est un mécanisme anti-tumoral majeur associé à un arrêt stable de la prolifération cellulaire. Estelle Nicolas et ses collègues, dans l’équipe de Didier Trouche au Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire du contrôle de la prolifération, ont montré que le maintien de la sénescence dépend d’une nouvelle classe d’ARN non codants, les vlincRNAs, qui sont caractérisés par leur très grande taille, excédant les 50 kilobases. Ces travaux publiés dans la revue Nature Communications mettent en lumière de nouveaux acteurs du contrôle de la sénescence susceptibles d'être impliqués dans le vieillissement normal et pathologique ainsi que dans la progression tumorale.

charneauLire la suite


Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits