CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifiqueAccueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifique
 Accueil > La recherche en sciences humaines et sociales > Actions de l'institut > GDR > GDR Economie & Sociologie

GDR Economie & Sociologie

Présentation

 

Depuis le milieu des années soixante-dix, les champs disciplinaires de l'économie et de la sociologie ont tendu à se rapprocher. En économie, la prise en compte d'un vaste ensemble de phénomènes que l'on regroupe sous le nom d'institutions a entraîné un regain d'intérêt pour des questions traditionnellement attribuées à la sociologie, comme la réputation, la confiance, la croyance pour ne donner que quelques exemples. En sociologie, le renouveau de l'intérêt pour la vie économique s'est traduit par le développement des recherches portant sur la dimension sociale du fonctionnement des marchés. Le renouveau de la sociologie économique anglo-saxonne apparu dès les années 1970 (la « New Economic Sociology ») s'est diffusé en France à travers notamment quelques traductions de références, comme celles des ouvrages de Richard Swedberg et de Mark Granovetter. Dans le même temps, un débat aigu, récurrent dans l'histoire de cette discipline, a de nouveau agité la science économique sur les vertus et les limites de la formalisation. Mais si la « New Economic Sociology » a servi de catalyseur pour légitimer la reconnaissance de ces travaux dans les formations et les programmes de recherche, le mouvement a des assises plus larges et des origines plus profondes.

Sur le plan pédagogique, le désir de « retrouvailles » entre l'économie et la sociologie exprime une insatisfaction partagée par nombre d'enseignants des deux disciplines devant le face à face stérile de leurs disciplines. Sur le plan scientifique, un examen plus détaillé montre que les liens n'ont jamais été totalement rompus entre les économistes et les sociologues français. La tradition économique universitaire française d'après-guerre a été marquée par un institutionnalisme puissant ; ce n'est en fait que dans les années 1970 que celui-ci a été submergé par la conception anglo-saxonne d’une « science économique » fondé sur la seule cohérence formelle. Parallèlement, de nouveaux courants de pensée économique institutionnalistes sont apparus, comme l'approche de la régulation et l'économie des conventions. Et les sociologues ont été assez souvent mobilisés dans ces débats, comme ils l'avaient également été dans les années d'après-guerre.

De nombreux chercheurs, économistes comme sociologues, découvrent ainsi qu'ils faisaient de la sociologie économique, socio-économie, économie sociale ou économie institutionnaliste « sans le savoir » ou se mettent à revendiquer cet intitulé pour caractériser leur travail. Cet espace fait ainsi montre d’une grande diversité d'options théoriques, de méthodes d'investigation, de positionnements mêmes, tant par rapport à l'économie qu'à la sociologie. Il ne s'agit nullement d'un courant homogène et la fréquente référence à la « New Economic Sociology » est en la matière souvent trompeuse.

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits