CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifiqueAccueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifique
  Accueil >La recherche en sciences humaines et sociales> La librairie


Comment le retard vient aux Français

Auteurs : Julie Bouchard

Appartenance : FRE2813 Communication et politique

Editeur : Septentrion

 

La notion de "retard français" est très souvent utilisée, et en particulier dans les discours sur la politique de la science et de la recherche. La France est en retard! s'exclame-t-on. Et parfois on complète: "de 3 ans, de 10 ans"... Mais d'où nous vient donc cette soudaine certitude? Comment imaginons que l'on peut mesurer le retard? Et de quel retard s'agit-il?

Dans "Comment le retard vient aux Français" (Éd. Septentrion), une enquête minutieuse est menée. On découvre alors que le discours sur le retard a une histoire, étroitement liée à l'idée de progrès et celle de planification. On met à jour également les petites manies du discours sur le retard. Car ce dernier n'est pas un argument que l'on sort n'importe quand. Quatre contextes d'apparition sont isolés: 1) quand on met par-dessus tout le progrès de la science pour lui-même ; 2) quand on parle d’interdépendance; 3) quand on utilise la comparaison géographique; et 4) quand on rédige de la prose administrative ou managériale.

Si on utilise partout la notion de "retard", ce n'est peut-être pas parce que nous savons mesurer le retard, ou que nous pouvons décoder le symptôme. C'est que nous baignons dans un univers de discours complexe, au sein duquel la notion de retard a pris une place importante. On ne peut donc comprendre l'apparition de l'idée de retard qu'en reconstruisant patiemment le contexte d'émergence (les institutions par exemple, tel le Commissariat général du Plan, ou les inventaires en temps de guerre et de "mobilisation scientifique").

Convoquant tour à tour Nicolas Baverez (le déclin), Charles de Gaulle (l'ardente obligation), le Plan Marshall (et l'invention de la productivité), l'OCDE (et la comparaison internationale), l'ouvrage répond en profondeur à cette nécessité. Des détails complémentaires se trouvent sur le blog http://juliebouchard.online.fr/, ainsi que les coordonnées de l'éditeur.

 

Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits