CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifiqueAccueil Département scientifique homme et société : Centre National de la reherche scientifique
  Accueil > La recherche en sciences humaines et sociales > Les analyses génétiques démontrent d'anciennes migrations à travers l'Afrique

Vie des Laboratoires

 

 

Les analyses génétiques démontrent d'anciennes migrations à travers l'Afrique

UMR5596 Dynamique du langage

4 février 2014

 

Les humains ont évolué en Afrique et ont ensuite émigré pour s'installer autour du monde. Des chercheurs du New York Genome Center / Columbia University (New York), de Harvard University / Broad Institute of Harvard and MIT (Cambridge, Massachusetts), du Max Planck Institute (Leipzig) et du laboratoire Dynamique du Langage (DDL, UMR5596, CNRS / Université Lumière Lyon 2) ont pu établir que des migrations dans le sens opposé — du dehors de l'Afrique à l'intérieur du continent — ont influencé la plupart des populations en Afrique australe et occidentale pendant les derniers milliers d'années. Les recherches confirment que des liens génétiques apparentés aux peuples de l'Europe et du Moyen Orient se sont répandus en Afrique australe, via une migration en deux étapes, en passant par l'Afrique occidentale. Ces résultats ont donné lieu à la publication d'un article dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

 

Des chercheurs ont démontré qu'une série de migrations a créé un lien génétique entre des peuples eurasiatiques et des peuples chasseurs-cueilleurs d’Afrique australe lors de ces derniers milliers d'années.

Grâce à l’analyse de centaines de milliers de variantes d’ADN chez une centaine de populations autour du monde, l'équipe a mis en évidence une migration datée d’environ 1500 ans. Ce mouvement de populations a introduit en Afrique australe des liens génétiques apparentés aux peuples contemporains de l'Europe et du Moyen Orient.

"C'est un peu comme si on avait trouvé une pièce de monnaie romaine dans le désert du Kalahari", explique Joseph Pickrell, généticien du New York Genome Center et auteur principal de l'étude. "Comment est-elle arrivée là-bas ?"

En utilisant des méthodes nouvelles pour extraire des informations sur les dates de migration à partir de données génétiques, l'équipe a reconstitué des migrations intercontinentales pendant deux périodes importantes dans l'histoire de l'Afrique.

"Dans une première étape, il y a environ 3000 ans, des populations venant de l’extérieur de l'Afrique se sont mélangées avec des populations d’Afrique occidentale", dit Mark Stoneking, professeur à l'Institut Max Planck d'Anthropologie évolutionniste et co-auteur de l'article. "Ensuite, dans une deuxième étape, une population d'Afrique occidentale s'est déplacée en Afrique australe il y a plus de 1500 ans."

"Ce qui est vraiment passionnant, c'est que ces découvertes soutiennent des hypothèses sur une migration des peuples éleveurs venant de l'Afrique occidentale avant même la migration des cultivateurs bantoues. Selon ces hypothèses, une des familles de langues parlées aujourd'hui en Afrique australe par des peuples chasseurs-cueilleurs et éleveurs aurait été apportée par une migration des éleveurs venant de l'Afrique occidentale ; c'est ce que nous voyons dans les données génétiques.", ajoute Brigitte Pakendorf, directeur de recherche CNRS au DDL et elle aussi co-auteur de l'étude.

"Ces résultats soulignent l'importance des grands mouvements des peuples dans l'histoire humaine", dit David Reich, professeur au Harvard Medical School et auteur sénior de l'étude. "Les lieux où se trouvent les populations aujourd'hui ne nous renseignent pas forcément sur leur localisation il y a seulement quelques milliers d'années."

Pickrell conclut : "Il est clair que les peuples ont émigré de l'Afrique et y sont retournés pendant des milliers d'années ; ces mouvements mérite une attention particulière ».

 

Référence :

Joseph K. Pickrell, Nick Patterson, Po-Ru Loh, Mark Lipsonc Bonnie Berger, Mark Stoneking, Brigitte Pakendorf, and David Reich
Ancient west Eurasian ancestry in southern and eastern Africa, Proceedings of the National Academy of Sciences, 2014

 

contact Contacts :

Joseph Pickrell, New York Genome Center and Columbia University, http://jkplab.org/

Brigitte Pakendorf, Laboratoire Dynamique du Langage

 

 

en savoir plus En savoir plus sur le Laboratoire Dynamique du Langage


Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits