CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil Sciences et technologie de l'information et de l'ingénierie : Centre National de la reherche scientifiqueAccueil Sciences et technologie de l'information et de l'ingénierie : Centre National de la reherche scientifique
Accueil > La recherche en Sciences de l'ingénierie et des systèmes > Actualités scientifiques > Dégradation de l’ADN : première observation en temps réel

Actualités scientifiques


5 décembre 2016


Dégradation de l’ADN : première observation en temps réel



La dégradation d’une fibre d’ADN exposée à un rayonnement ionisant thérapeutique* vient d’être observée pour la première fois en temps réel. Grâce à une nanopince en silicium, les chercheurs ont en effet pu mesurer la réponse mécanique de fibres d’ADN directement sous le faisceau ionisant. Ces données ont été couplées à une modélisation qui relie l’élasticité de la fibre d’ADN au taux de cassures induits dans la fibre par l’irradiation. Elles permettent d’entrevoir des traitements de radiothérapies spécifiques pour chaque patient avec un suivi des conséquences de chaque irradiation.

Ces travaux ont été menés par des chercheurs du Laboratory for Integrated Micro Mechatronics Systems (LIMMS, CNRS/Université de Tokyo), du centre Oscar Lambret de l’université de Lille et de l’Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie (IEMN, CNRS/Université de Lille/Isen Lille/Université Valenciennes Hainaut-Cambresis/Centrale Lille) et ont été publiés dans Nature microsystems & nanoengineering le 5 décembre 2016.


* Il s’agit de la radiothérapie, une méthode de traitement utilisant des radiations pour détruire les cellules cancéreuses en épargnant les tissus sains périphériques.


© Dominique Collard / Laboratory for Integrated Micro Mechatronics Systems (LIMMS – CNRS/Université de Tokyo).

© Dominique Collard / Laboratory for Integrated Micro Mechatronics Systems (LIMMS – CNRS/Université de Tokyo).

La nanopince en silicium maintient la fibre d’ADN en résonance mécanique. Lorsque la fibre d’ADN est soumise au rayonnement thérapeutique du Cyberknife, des cassures sont créées dans l’ADN. La rigidité mécanique de la fibre est altérée ce qui se traduit par une réduction de la fréquence de résonance du système. Cette fréquence est mesurée en temps réel et donc durant l’irradiation.


Pour en savoir plus :

Voir le film CNRS Images : Une nano-pince pour étudier l'ADN (2015)
Lire le texte rédigé par Dominique Collard sur ces recherches.


Références :

G. Perret, T. Lacornerie, F. Manca, S. Giordano, M. Kumemura, N. Lafitte, L. Jalabert, M. C. Tarhan, E. F. Lartigau, F. Cleri, H. Fujita et D. Collard
Real-time mechanical characterization of DNA degradation under therapeutic X-rays and its theoretical modeling
Nature microsystems & nanoengineering (5 décembre 2016)
DOI : doi:10.1038/micronano.2016.62


Contact chercheur :
Dominique Collard - LIMMS


Contact communication INSIS :
insis.communication@cnrs-dir.fr



Accueil du Sitecontactimprimer Plan du sitecredits