Accueil du site > Actualité de la recherche > Appels d’offres




Recherchez sur ce site


PEPS SASELELX (Soutien aux Activités Scientifiques FrançaisEs autour des Lasers à Électrons Libres Émettant des Rayons X)

13 mai 2009

L’INstitut de Physique (INP), en partenariat avec l’INstitut de Chimie (INC), lance un appel ouvert à projets destiné à faciliter l’engagement de la communauté scientifique française dans des actions de recherche autour des lasers à électrons libres dans le domaine des rayons X. Cet appel est ouvert aux chercheurs de toute discipline. Propositions à transmettre de préférence avant le 15 octobre 2009.

CONTEXTE

L’arrivée des lasers à électrons libres émettant dans la gamme spectrale des rayons X (X-FEL acronyme pour l’expression anglaise "X-ray Free Electron Laser") révolutionnera la recherche expérimentale, d’une manière équivalente à ce qui s’est passé il y a environ 50 ans avec l’apparition des lasers optiques. Les machines telles que LCLS1 (Linac Coherent Light Source à Stanford) ou European X-FEL à Hambourg, produiront des faisceaux de rayons X durs ( 300 eV à 12 keV) cohérents avec une brillance de plus de huit ordres de grandeur supérieure aux sources actuelles. Ainsi, à côté des lasers qui couvrent la gamme d’énergie jusqu’aux X mous, des sources synchrotron qui couvrent toute la gamme d’énergie et des sources liées aux lasers de très haute intensité aptes à générer du rayonnement X à partir de plasmas et/ou par interaction d’un laser de puissance avec une cible solide ou gazeuse, les X-FELs seront les premières sources capables de combiner étendue spectrale jusqu’aux X durs, pulses courts (femto- à attoseconde), ultra haute brillance et cohérence spatiale transverse. Cela affectera des communautés scientifiques diverses allant de la physique des plasmas, de la phase diluée ou condensée, à la chimie et à la biologie. Malgré un intérêt et des compétences certains dans ces domaines, la communauté scientifique française est aujourd’hui peu présente sur la scène internationale autour des projets X-FELs. Pourtant, cette communauté existe et il ne reste plus qu’à la fédérer.

OBJECTIFS

Dans ce contexte, la création par le CNRS d’un PEPS SASLELX a pour vocation de contribuer à la cohésion et à la structuration de la communauté au niveau national. Un tel programme pourrait :

1. soutenir des équipes d’utilisateurs qui développeront un ou plusieurs projets de recherche auprès d’un X-FEL étranger, par exemple, FLASH ou LCLS

2. contribuer à la mise en place de groupes de travail qui élaborent des projets, à soumettre à l’ANR par exemple, en vue de la réalisation d’un ou plusieurs dispositifs expérimentaux à utiliser sur un X-FEL .

3. aider au développement d’une « contribution française concertée » par exemple en organisant des réunions préparatoires aux « workshops » prospectifs internationaux. En Europe, en 2009 la société European XFEL organisera trois congrès pour définir les dispositifs du futur X-FEL européen à Hambourg. Pour pouvoir influencer ce processus, il est essentiel de représenter une communauté coordonnée.

4. participer au financement des campagnes d’expériences sur les X-FEL étrangers après l’approbation d’un projet avec une contribution importante de groupes français.

Ces propositions sont indicatives. Les projets peuvent être très divers. Le PEPS est un projet de recherche exploratoire qui rassemble plusieurs chercheurs d’au moins deux laboratoires différents. En plus de l’excellence scientifique, l’aspect structurant du projet sera pris en considération.

CANDIDATURES

Le projet devra être porté par un(e) chercheur(e) ou enseignant-chercheur(e) en activité, rattaché à un EPST ou une université et qui consacrera une part significative de son activité au projet (> 20%).. Il devra s’articuler avec la stratégie du laboratoire d’accueil, et donc être visé par la direction d’unité. Les projets faisant intervenir des jeunes chercheurs seront favorisés. Le financement est limité dans le temps (un an) et plafonné à 8 K€ en raison du caractère exploratoire de l’opération. Le projet peut impliquer une équipe réduite ou un réseau de chercheurs. Celui-ci peut être national ou international. La procédure d’appel d’offre est souple, le projet devant être décrit succinctement dans le formulaire de candidature disponible en ligne, soumis à l’Institut de Physique par voie électronique (magali.carlosse cnrs-dir.fr). Un comité composé de représentants des deux Instituts impliqués examinera les demandes et répondra dans un délai de moins d’un mois. La mise en place des crédits des projets acceptés sera très rapide et les montants alloués devront être utilisés au cours de l’année d’attribution. Un rapport final sera transmis dans un délai de deux mois après la fin du projet. Les crédits de personnel ne seront pas couverts.

Les demandes seront traitées au fur et à mesure de leur arrivée, dans le courant de l’année 2009. Il n’y a pas de date limite de dépôt des dossiers, toutefois nous vous recommandons fortement de les soumettre avant le 15 octobre 2009.

Contact : Magali Carlosse

1 LCLS est le X-FEL américain, qui sera opérationnel en été 2009 et qui sera le premier X-FEL produisant du rayonnement X de 800 eV et plus.