Accueil du site > Actualité de la recherche > Prix et distinctions




Recherchez sur ce site


Prix de la Recherche 2009 : les mathématiques récompensées pour la mention "Energie"

30 novembre 2009

Le mardi 24 Novembre, les Prix de la Recherche 2009 ont été remis aux lauréats. Dans la mention "Energie", le travail récompensé est « Mathématiques et Ecoulements Géophysiques : paramétrisations et petites échelles ».

Depuis 2004, le Prix La Recherche récompense chaque année la diversité et l’excellence scientifique. Ouvert à toutes les disciplines, ce prix distingue les chercheurs selon 4 critères :

Recherche : sont récompensés des travaux de recherche fondamentale ou appliquée

Pluridisciplinarité : sont récompensés des travaux au croisement de plusieurs disciplines scientifiques

Francophonie : sont récompensés des travaux de recherche francophones (chercheurs francophones ou collaborant avec des institutions francophones)

Diffusion des connaissances : Le Prix La Recherche doit enfin promouvoir les travaux des lauréats auprès du grand public par le biais d’une parution au sein du magazine La Recherche.

La 6e édition du Prix La Recherche a été couronnée de succès : 284 candidats de 32 nationalités ont envoyé plus de 138 dossiers de candidature. Après deux mois d’expertises, le jury du Prix La Recherche 2009 a délibéré et déterminé les 4 lauréats, selon les 4 mentions ouvertes (Énergie - Santé humaine - Science de la communication et Prix du Ministère).

Le mardi 24 Novembre, 300 personnes se sont rendues à La Cité des Sciences et de l’industrie afin de découvrir les lauréats.

Mention Énergie

- Parrainage : Areva
- Travail récompensé : « Mathématiques et Écoulements Géophysiques : paramétrisations et petites échelles »
- Équipe lauréate : David Gérard-Varet(porte-parole), Didier Bresch, Benoît Desjardins, Emmanuel Dormy, Emmanuel Grenier.

Structures de recherche :

- Université Denis Diderot Paris 7
- Université de Savoie
- École Normale Supérieure de Paris
- Modélisation Mesures et Applications S.A., Paris
- Institut de Physique du Globe de Paris
- École Normale Supérieure de Lyon
- INRIA Rhône Alpes

L’art de simuler les petites échelles :

Les écoulements fluides à l’intérieur de la Terre, à l’origine du champ magnétique terrestre, ou encore les mouvements atmosphériques et les courants marins, deux rouages essentiels du système climatique : tous ces phénomènes sont difficiles à reproduire numériquement, et donc à prédire. Et pour cause : la complexité des équations qui les décrivent dépasse de beaucoup les capacités des meilleurs calculateurs. Si bien que les scientifiques sont contraints de les simplifier pour les résoudre. Et les « petits paramètres » (les rugosités des surfaces d’écoulement par exemple, les forces de viscosité ou encore de petites variations de la profondeur marine) sont souvent négligés. Ces simplifications empêchent la représentation des phénomènes qui se produisent à petite échelle, même s’ils ont souvent un impact essentiel sur la manière dont les fluides s’écoulent. Elles empêchent donc une description réaliste des phénomènes naturels, cohérente avec les mesures.

C’est ce qui a conduit David Gérard-Varet, de l’Institut de mathématiques de Jussieu (UMR 7576 CNRS/UPMC/Paris 7), et ses collègues mathématiciens et géophysiciens, à réaliser une analyse mathématique poussée de certains de ces microphénomènes, point de départ à l’étude de problèmes de complexité croissante. Les scientifiques ont également proposé des « lois de fermeture », c’est-à-dire des modèles dans lesquels les petites échelles sont exprimées en fonction des grandes. Grâce à ces nouveaux outils, ils ont ainsi démêlé le rôle de différentes échelles spatiales et temporelles, présentes aussi bien au sein des écoulements de fluides que des surfaces rugueuses.

Contact :
- David Gérard-Varet, Université Denis Diderot Paris 7 - UMR CNRS 7586
- gerard-varet math.jussieu.fr
- Institut de Mathématiques de Jussieu

Philippe Garderet, Directeur scientifique Areva, remet le prix à l’équipe :

Photo : Thomas Salva / La Recherche