Accueil du site > Actualité de la recherche > Actualités scientifiques




Recherchez sur ce site


Interview de jeune chercheur

10 février 2020

Interview de Benjamin Wesolowski, recruté au CNRS en 2019.

Quel est ton domaine de recherche ?

Mon domaine de recherche est la cryptographie. Nos systèmes de communication sont protégés par des protocoles cryptographiques dont on peut démontrer qu’ils sont inviolables, sous l’hypothèse que certains problèmes mathématiques sont difficiles. J’étudie la difficulté de ces problèmes, le plus souvent liés à la théorie des nombres et à la géométrie : factoriser de grands nombres entiers ou trouver des points proches l’un de l’autre dans un réseau euclidien de grande dimension.

Qu’as-tu fait avant d’entrer au CNRS ?

J’ai obtenu mon doctorat fin 2018 à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, en Suisse, dans le laboratoire de cryptologie algorithmique (LACAL) dirigé par Arjen Lenstra. J’ai passé l’année suivante à Amsterdam, en post-doctorat au Centrum Wiskunde & Informatica, dans le groupe de cryptologie dirigé par Ronald Cramer.

Pourrais-tu nous parler de mathématiciennes ou mathématiciens qui t’ont marqué, influencé, ou que tu admires tout particulièrement (personnages historiques ou contemporains) ?

Plutôt que des personnages historiques, j’ai surtout été marqué par les mathématiciennes et mathématiciens qui m’ont formé. J’ai une admiration toute particulière pour Arjen Lenstra, qui a sans doute déterminé ma vocation lors d’un cours de cryptologie algorithmique où il s’étonnait sur le ton de la plaisanterie qu’on lui verse un salaire pour résoudre des problèmes aussi divertissants. J’ai plus tard eu la chance de faire un doctorat sous sa direction.

Qu’est-ce qui t’a amené à faire des mathématiques ?

Comme beaucoup de mathématiciens, c’est une discipline que me plaisait déjà très jeune. Concernant la cryptographie en particulier, mes premiers souvenirs remontent à un magazine de mon enfance, un hors série de l’été "spécial espion" avec des jeux de cryptographie qui m’ont fasciné. Je me suis naturellement dirigé vers des études de mathématiques, et mon intérêt s’est confirmé en découvrant l’algèbre et la théorie des nombres notamment à travers plusieurs cours enthousiasmants donnés par Eva Bayer-Fluckiger.

Benjamin Wesolowski est chargé de recherche au CNRS, membre de l’institut de mathématiques de Bordeaux (IMB - CNRS, Institut polytechnique de Bordeaux & Université de Bordeaux).