Accueil du site > Structures et réseaux




Recherchez sur ce site


Présentation

D’abord, la recherche mathématique est faite par des femmes et des hommes. Leurs motivations individuelles n’ont rien à voir avec les grands projets des technocrates, un fait que ces derniers oublient régulièrement. Tout l’art administratif consiste à concevoir structures et projets de façon à tirer partie au mieux des aspirations des personnes.

Parmi ceux qui font avancer la recherche, il y a bien entendu les mathématiciennes et mathématiciens. Eux seuls ont la formation et les connaissances nécessaires. Mais il ne faut pas oublier le rôle essentiel de tous ceux qui appuient la recherche, et dont quelques-uns sont aussi mathématiciens : ingénieur-e-s (chargé-e-s le plus souvent de mettre en oeuvre les moyens informatiques), technicien-ne-s, administratif(ve)s. Ils et elles déploient des compétences que les mathématiciens n’ont pas, ou pas assez, et dont ils ne pourraient pas se passer.

Cette recherche se fait dans toutes sortes d’institutions et d’entreprises. Bien entendu les départements de mathématiques des universités jouent un rôle essentiel, avec ceux des Ecoles Normales Supérieures, les chaires du Collège de France et l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques. C’est ce domaine que les responsables de ce site connaissent le mieux et peuvent décrire. Mais d’autres grandes écoles jouent aussi un rôle. Il y a beaucoup de mathématiciens à l’INRIA, un peu moins dans d’autres établissements publics comme l’INSERM, l’ONERA, le CEA et autres.

Enfin les entreprises interviennent de manière significative, en raison de besoins toujours croissants en modèles mathématiques et en algorithmes, que ce soit dans le monde financier, chez les pétroliers, dans les industries de l’air et de l’espace, en télécommunications, et dans toutes les industries consommatrices de technologies avancées. Nombreux sont leurs contrats avec les laboratoires universitaires, et diverses sociétés, pas assez, recrutent des docteurs en mathématiques.

Les données qui suivent portent essentiellement sur le système de recherche académique, que nous connaissons mieux. Nous espérons être un jour en mesure de donner une photographie plus fidèle de l’ensemble de la recherche mathématique en France.