Accueil > Actu
Le CNRS

Talents du CNRS 2018

 

Le CNRS remet chaque année des distinctions nationales à des chercheurs et chercheuses, ingénieur·e·s et technicien·ne·s de la recherche pour l’excellence de leurs travaux. En cette année 2018, deux chercheuses travaillant dans les laboratoires montpelliérains du CNRS voient la qualité de leurs travaux récompensée par les médailles de Bronze et d'Argent du CNRS.


Ces distinctions ont été remises aux lauréates lors d’une cérémonie le 16 novembre 2018 à Montpellier.
L’excellence scientifique de la circonscription Occitanie Est (auparavant Languedoc-Roussillon) du CNRS est mise en valeur avec ces 2 lauréates d’horizons très différents.

 

Monsef Benkirane (IGH) - Catherine Jessus (INSB) - Martine Simonelig (IGH) - Richard Joffre (CEFE) - Virginie Maris (CEFE) - Martine Hossaert (INEE) - Jérome Vitre (DR13) © CNRS / A. Lieuvin


Médaille de Bronze : Virginie Maris

 

La médaille de Bronze récompense le premier travail d’un·e chercheur·se, qui fait de lui·elle un·e spécialiste de talent dans son domaine. Cette récompense représente un encouragement du CNRS à poursuivre des recherches bien engagées et déjà fécondes. Cette année, la médaille de Bronze est décernée à Virginie Maris, chargée de recherche au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE).

 

Virginie Maris (CEFE) et Martine Hossaert © CNRS

Virginie travaille en philosophie de l’environnement, ses travaux portent sur les enjeux scientifiques et moraux de la protection de la nature. A l’origine, Virginie étudiait la philosophie des mathématiques. Elle s’intéressait au statut ontologique de l’infini dans l’arithmétique frégéenne. Puis, elle est devenue assistante pour un cours d’éthique appliqué. Elle s’est vite engagée dans des débats éthiques comme le statut moral des embryons ou la souffrance animale. C’est ainsi que ses engagements personnels se sont croisés avec la recherche. Elle commence ensuite une thèse en éthique environnementale à l’Université de Montréal. Depuis, elle n’a de cesse de mettre à contribution la philosophie pour établir un dialogue entre les sciences, les institutions et le public.

 

La Médaille d'argent : Martine Simonelig

 

La Médaille d’argent du CNRS distingue un·e chercheur·se pour l’originalité, la qualité et l’importance de ses travaux, reconnus sur le plan national et international. Cette année, la médaille d’Argent est décernée à Martine Simonelig, directrice de recherche à l’Institut de génétique humaine (IGH).

 

Martine Simonelig (IGH) et Catherine Jessus (INSB) © CNRS

Martine dirige l’équipe Régulation des ARNm et développement de l'IGH. Ses travaux portent sur les régulations géniques au niveau des ARNm et sur le rôle de ces régulations dans les processus développementaux.
Martine s’est passionnée très tôt pour la génétique. Elle a d’ailleurs effectué son premier stage dans ce domaine et a tout de suite réalisé que ce métier la passionnait. Lors de sa thèse, elle s’est intéressée aux éléments transposables : des séquences d'ADN encore mystérieuses à cette époque, qui ont la capacité de changer de place dans le génome. Plus tard, elle s’oriente vers les régulations d’ARNm et des aspects plus développementaux. Ironiquement, les éléments transposables sont revenus d'eux-mêmes au centre de ses travaux. En 2010 avec son équipe, Martine fait une découverte majeure : de petits ARN non-codants provenant d'éléments transposables sont capables de réguler des ARNm pour assurer le développement embryonnaire précoce.

 

Trois autres distinctions nationales sont remises chaque année par le CNRS :

  • La médaille d'Or du CNRS distingue l'ensemble des travaux d'une personnalité scientifique qui a contribué de manière exceptionnelle au dynamisme et au rayonnement de la recherche française. Il s’agit de la plus haute distinction scientifique française. La Médaille d’or du CNRS sera remise le 29 novembre prochain, à la Sorbonnee, à Barbara Cassin, philosophe et philologue.
  • La médaille de l'Innovation du CNRS, créée en 2011, distingue des recherches exceptionnelles sur le plan technologique, thérapeutique, économique ou sociétal. Les lauréats 2018 sont Valérie Castellani, Thierry Chartier et Daniel Le Berre.
  • La Médaille de cristal du CNRS, créée en 1992, distingue chaque année des ingénieur·e·s, des technicien·neSs et des administratif·ve·s. Il récompense celles et ceux qui, par leur maîtrise technique et leur sens de l’innovation, contribuent, aux côtés des chercheurs et chercheuses, à l’avancée des savoirs et à l’excellence de la recherche française.
Accueil Imprimer Contact Se rendre à... Crédits

Intranet du CNRS

Réservation

de l'Espace Colloque

Rechercher sur le site :

 

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots clefs CNRS Autres sites