Le CNRS
 
  espaceur
  filet

Découverte d'un nouveau mécanisme épigénétique à l'origine d'une activité anti-tumorale

illustration mechanisme

Illustration © Vincent Loubière.

L’équipe de Giacomo Cavalli à l’IGH, démontre chez la drosophile qu’un complexe de protéines du groupe Polycomb, un répresseur épigénétique de l’expression génique, exerce une fonction anti-tumorale en se fixant spécifiquement à des centaines de gènes impliqués dans le contrôle de la prolifération ainsi que dans la signalisation et la polarité cellulaires. Cette fixation massive est également observée dans des cellules humaines différenciées. Cette étude, publiée dans la revue Nature Genetics, ouvre de nouvelles perspectives dans le domaine de la cancérogenèse.

 

Une nouvelle voie pour contrer les virus

© Philippe Barthe/CNRS photothèque.

Avec le concours du CBS, et le soutien de l'ANRS, une toute nouvelle famille d'inhibiteurs de cyclophilines, des protéines indispensables au métabolisme des cellules, à fort potentiel thérapeutique a été créée en tant qu'antiviraux à large spectre. Cette découverte, publiée dans Nature communications, ouvre également la voie à l'utilisation de ces nouveaux inhibiteurs en tant que protecteurs cellulaires dans le contexte de l'ischémie-reperfusion (greffes d'organes, récupération après accidents ischémiques, maladies neurodégénératives).

 

Comment les racines des plantes perçoivent les inondations et y répondent

racine-plante

 

© Benoît LACOMBE/Sophie LERAN/Marjorie PERVENT/BPMP/CNRS Photothèque.

On savait déjà les racines des plantes capables de percevoir séparément de nombreuses propriétés du sol (disponibilité en eau, en nutriments et en oxygène), sans comprendre comment elles intègrent les variations simultanées de ces différents signaux pour y réagir de manière adaptée. Des chercheurs du CNRS (BPMP) et de l’Inra viennent de découvrir un mécanisme permettant à la plante d’ajuster son statut hydrique et sa croissance en fonction des conditions d’inondation des sols. Publiés le 15 septembre dans la revue Cell, leurs travaux décrivent comment les racines perçoivent de manière conjointe la teneur en potassium et en oxygène du sol afin de moduler leur capacité à absorber l’eau.

 

Le satellite Gaia livre la position d'un milliard d'étoiles

carte du ciel

 

© ESA/Gaia/DPAC. Image generated by: André Moitinho & Márcia Barros (CENTRA - University of Lisbon) on behalf of DPAC.

Avec un milliard d'étoiles cartographiées en mille jours, la recherche européenne n'a décidément pas peur des tâches herculéennes. Ce travail a été réalisé par 450 chercheurs, issus de 25 pays européens, dont une centaine de français, principalement du CNRS (notamment le LUPM), de l'Observatoire de Paris et de l'Observatoire de la Côte d'Azur avec une participation majeure du CNES. Grâce au satellite Gaia, lancé le 19 décembre 2013, les scientifiques ont catalogué les positions de 1,15 milliard d'étoiles, avec en plus la vitesse et la distance par rapport au Soleil pour 2 millions d'entre elles. C'est la cartographie du ciel la plus précise et détaillée jamais réalisée.

 

Le mystère qui entoure la stabilité des écosystèmes complexes se dissipe

 

© Claire Jacquet.

Dans les années soixante-dix, le chercheur australien Robert May développe un modèle prédisant que les écosystèmes complexes ne devraient exister du fait de leur trop grande sensibilité aux perturbations. Dans deux études publiées récemment dans Nature Communications, une équipe internationale regroupant des scientifiques de l’EEP et de MARBEC analyse le modèle de May sous un jour nouveau. En proposant une extension spatiale de ce modèle théorique puis en vérifiant ses prédictions à l’aide d’un important jeu de données empiriques, ces travaux devraient aider à mieux appréhender plusieurs problèmes pratiques de l'écologie.

 

 

Au plus près de nous, une exoplanète rocheuse potentiellement habitable

exoplanète

Vue d'artiste de la planète Proxima B en orbite autour de Proxima du Centaure © ESO /M. Kornmesser.

Proxima du Centaure, l'étoile la plus proche du Soleil, possède une planète. Celle-ci est même rocheuse, d'une taille comparable à celle de la Terre, et située dans la zone habitable de son étoile, là où l'eau liquide peut exister en surface. C'est la découverte majeure réalisée par une équipe internationale de chercheurs dont Julien Morin, du LUPM et publiée le 25 août 2016 dans Nature.

 

 

 

La vidéo du vendredi

 

 

archives actualités Archives actualités

Informatique et Libertés CNRS

 

Mise à jour : 27/09/16

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

picto colloque en LR

Colloques et congrès en
Languedoc-Roussillon

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

Café et vidéo 2016-2017

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CAMPUS Mag LR

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CNRS le journal

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

livre démocratie espagnole

 

"La Démocratie espagnole. Institutions et vie politique"

écrit par H. Peres et

C. Roux.

 

 

livre la santé aux USA

 

"La santé aux Etats-Unis. Une histoire politique"

écrit par A-L Beaussier.

 

 

 

 

"C'est grave Dr Darwin ? L'évolution, les microbes et nous"

écrit par S. Alizon.

 

 

livre l'insomnie du monde

 

"L'insomnie du monde"

écrit par P. Machetel.

 

 

livre émergence des maladies infectieuses

 

"Emergence de maladies infectieuses"

coordonné par S. Morand et M. Figuié.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CNRS | Délégation Languedoc-Roussillon

1919 route de Mende

34293 Montpellier

cedex 5

T. +33 (0)4 67 61 34 34

Plan d'accès [.pdf]

 

Accueil Imprimer Contact Se rendre à... Crédits

Intranet

Extranet

Extranet

Réservation

de l'Espace Colloque

Rechercher sur le site :

 

Le CNRS Le CNRS Annuaires Mots clefs CNRS Autres sites