CNRS Innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Spécial Innovatives SHS

Un dictionnaire en ligne de l'égyptien ancien

VÉgA (vocabulaire de l'égyptien ancien) est un dictionnaire numérique en ligne, mis au point par le laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes1 et qui sera réactualisé en permanence par les égyptologues du monde entier. Conçu pour les chercheurs et les étudiants, il doit aussi participer à la diffusion du savoir scientifique vers le grand public.

L'égyptologie a décidé de changer d'ère. Les spécialistes de l'antiquité égyptienne vont directement plonger dans celle du numérique avec le VÉgA (vocabulaire de l'égyptien ancien), un dictionnaire en ligne issu du laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes1 et inauguré à l'occasion du salon Innovatives SHS 2017.

Désormais, pour trouver la signification d'un mot hiéroglyphique, il suffit de chercher sa translittération (transcription permettant une lecture phonétique) dans une liste alphabétique, pour obtenir sa traduction en français, en anglais, en allemand ou en arabe. Attachée à chaque entrée du dictionnaire, une notice complète indique les occurrences du mot, ses graphies attestées et les articles les plus récents le concernant.

« L'ambition du VÉgA est d'être un outil qui réactualise en permanence les connaissances accumulées depuis la fin du dix-neuvième siècle », affirme Frédéric Servajean, professeur d'égyptologie à l'université Paul Valéry Montpellier et responsable du programme VÉgA. Jusqu'ici, les égyptologues devaient travailler avec des dictionnaires « papier » anciens, tel celui de l'Académie de Berlin élaboré jusqu'au début des années 1960, et dont les premiers volumes parus étaient déjà obsolètes à la publication du dernier ! D'autres dictionnaires plus récents sont disponibles, mais limités à un domaine spécialisé, comme la botanique ou la médecine. VÉgA veut fusionner toutes ces sources et surtout les remettre à jour, en prenant en compte les nouveaux textes publiés, et les études et les fouilles archéologiques les plus récentes.

Un énorme travail, pour lequel VÉgA a bénéficié d'un financement du Labex ARCHIMEDE (Archéologie et histoire de la méditerranée et de l’Égypte ancienne) et engagé une collaboration avec la société Intactile DESIGN, pour la conception et la réalisation de l'outil numérique en ligne. Le dictionnaire contient aujourd'hui 30 à 40 % d'un lexique complet. « Fin 2018, on sera au-delà de 50 % », assure Frédéric Servajean. Quelques années seront encore nécessaires pour compléter le dictionnaire.

Mais VÉgA est par nature un dictionnaire en permanence inachevé. Chaque équipe de chercheurs est invitée à ajouter ses propres études sur un mot, afin d'amender ou de compléter sa notice. Les égyptologues vont donc pouvoir s'appuyer sur une plateforme collaborative internationale et transformer leur quotidien. Là où il fallait des jours pour consulter un mot dans plusieurs dictionnaires et rassembler tous les articles qui le documentaient, VÉgA le fait en quelques clics. Un gain de temps considérable, sans compter les rapprochements inattendus de mots opérés par l’outil et s’affichant à l'écran, qui auraient été bien plus difficiles à réaliser en étalant une dizaine de livres sur un bureau.

Pour aller plus loin, les partenaires du projet développent maintenant une police hiéroglyphique intelligente, avec l'Atelier national de recherche typographique. Elle permettra par exemple de rechercher les racines communes de différents mots. La start-up Arcanae, en cours de création, sera chargée de mettre au point des nouveaux modules autour de VÉgA et de les diffuser. Cela comprendra également des usages hors du champ de la recherche, comme la présentation d'objets archéologiques dans les musées. « La vocation du VÉgA est aussi de sortir l'égyptologie du cadre académique, en rendant la science directement accessible pour le grand public », explique Frédéric Servajean.

Une équipe d'experts internationaux se chargera de la gestion du dictionnaire et de la validation des modifications apportées à chaque entrée. Le site fonctionnera sur abonnement, afin de financer la vie de l'outil numérique. « Nous allons faire en dix ans un travail que nos prédécesseurs ont parfois réalisé en cinquante », souligne le responsable du projet VÉgA. Un laps de temps au terme duquel le visage de l'égyptologie se sera radicalement transformé.

 

1 CNRS/Université Paul Valéry Montpellier 3/ministère de la Culture et de la Communication.

 

Contact :

Frédéric Servajean / laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes / fservajean@yahoo.fr