Accueil du site > Archives > Archives 2012 > AAP Défis 2012




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Le CNRS soutient une action SHS / Nucléaire, risque, société, dans le cadre de la Mission Interdisciplinarité et du défi interdisciplinaire :

NEEDS "Nucléaire, énergie, environnement, déchets, société" (ex PACEN).

Le programme NEEDS, dirigé par Bernd Grambow, donne une large place aux questionnements en sciences humaines et sociales suscités par le nucléaire, tout particulièrement dans le nouveau contexte scientifique, moral, social et humain créé par la catastrophe de Fukushima de mars 2011.

Face aux doutes qui entourent la maîtrise des risques dans le processus de production de l’énergie nucléaire, la gestion et le stockage des déchets, la sécurité et la santé des populations, face aux nouvelles exigences (de transparence, de sécurité, de soutenabilité, et de discussion démocratique) qui s’expriment aujourd’hui, les politiques publiques, comme les politiques de recherche, doivent prendre en compte la signification du nucléaire pour les populations, la portée politique et éthique des choix énergétiques (conséquences environnementales à très long terme, responsabilité par rapport au futur), et les enjeux cognitifs afférents (transmission des connaissances, secret, publicité).

Ces évolutions politiques comme épistémologiques rendent nécessaire aujourd’hui une réévaluation de l’effort de recherche en SHS dans ce domaine, de ses orientations, et une réaffirmation de son indépendance scientifique. Telle est l’ambition de NEEDS.

L’action "SHS / Nucléaire, risque, société" lancée dès 2012, soutient un ensemble d’initiatives et d’actions de recherche ciblées sur ces questions importantes.

Dans le même esprit, la Mission Interdisciplinarité et NEEDS ont lancé un appel à projets exploratoires et interdisciplinaires concernant la situation humaine et sociale dans le Japon d’après Fukushima, à la date du 11 mars 2012, un an après Fukushima, en direction des unités de recherche les plus engagées dans la réflexion sur l’après Fukushima.

L’appel portait sur les thématiques larges suivantes :

  1. Conséquences de l’accident nucléaire sur les populations : Politiques de logement, mouvements de population, politiques familiales Environnement et santé : toxicologie, mesures de la radioactivité, protection, sécurité, vulnérabilité.
  2. Mouvements sociaux et mobilisations autour du nucléaire, organisation des communautés : réseaux sociaux, technologies de communication, politiques publiques et gouvernance.
  3. Transmission des connaissances, responsabilité intergénérationnelle ou à très long terme. Transparence et démocratie, controverses, débats et choix public autour du nucléaire...

L’appel a donné lieu à une excellente mobilisation des unités CNRS, particulièrement de la part d’équipes basées à l’international (UMI-UMIFRE).

Les réponses ont mis en évidence la qualité et la réactivité de la recherche SHS au CNRS sur ces questions, et l’importance des collaborations interdisciplinaires et internationales que le CNRS peut mettre en œuvre dans un tel contexte.

On trouvera ci-dessous une présentation des projets retenus. Les porteurs de projets et chercheurs présenteront le résultat de leurs recherches lors d’un workshop qui sera organisé par NEEDS et la Mission interdisciplinarité fin 2012.

Thierry Ribault

Maison franco-japonaise

Umifre 19

Quelle protection humaine en situation de vulnérabilité totale ?

Le désastre de Fukushima plonge la population dans une situation de vulnérabilité totale, où sont mises en cause simultanément les conditions économiques, sociales en même temps que sanitaires dans lesquelles les personnes sont amenées à vivre. Comment, dans ces conditions prendre soin des populations ? Nous proposons dans ce projet, d’identifier et d’analyser les politiques mises en œuvre par l’État pour le relogement des familles ayant perdu leur domicile suite à la catastrophe. Le second axe est l’analyse des actions de politiques sociales : nous proposons de réaliser un bilan des aides publiques en matière de soins de santé et d’examens médicaux liés plus directement au rayonnement radioactif, notamment pour les enfants, mais aussi pour les adultes en situation de réfugiés. Enfin, il s’agira de rendre compte des formes renouvelées que prend la protection humaine.

Paul Jobin

CEFC

Umifre 18

Controverses sur le risque nucléaire après Fukushima (Japon, Taiwan, Chine)

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une coopération entre deux Umifres, le Centre d’études de la chine Contemporaine et la Maison franco-japonaise, qui font toutes deux parties de la même USR CNRS. Le premier volet se déroulera à Tokyo en juin 2012 et fait l’objet d’une demande d’aide financière distincte. La présente demande concerne le deuxième volet qui se déroulera à Taipei en octobre 2012, dans le cadre d’un colloque intitulé « Désobéissance civile et formes d’engagement en Asie orientale » dont une partie importante sera consacrée aux controverses de santé publique liées aux questions environnements, avec un panel spécifique sur la question nucléaire. Parallèlement à ce colloque d’un jour et demi qui se déroulera sur le campus de l’Academia Sinica (l’équivalent du CNRS taiwanais), il sera également organisé un atelier spécifique d’une demi-journée entièrement consacré au thème « Controverses sur le risque nucléaire après Fukushima (France, Taiwan, Japon) ». Dans le cadre de ce projet collectif, Paul Jobin adresse un soutien ponctuel pour deux missions d’enquête, l’une à Genève, l’autre au Japon, sur les enjeux normatifs de radioprotection

Isabelle Sourbes-Verger

Centre Koyré

Regards croisés sur le processus de décision et la gouvernance du nucléaire au japon

Une approche comparative sera au coeur de notre analyse de la question des "3Ss", nuclear safety, nuclear security, and nuclear safeguard au Japon. Notre projet procède par regards croisés entre chercheurs français et japonais appartenant à différents champs disciplinaires et spécialistes de thématiques complémentaires (géographie, histoire et sociologie, économie politique internationale). Notre objet principal est la gouvernance en matière de politique technologique, les relations entre les différents acteurs gouvernementaux et les limites induites sur la transparence et la démocratie. Nous analyserons le processus de décision focalisé sur la politique nucléaire et mis en parallèle avec celui du secteur spatial, sur lequel l’équipe possède une compétence propre. Nous traiterons ainsi des éléments de compétition entre les ministères (MEXT et MITI), ainsi que du rôle des experts, des industriels, des universitaires et des bureaucrates et de leurs interactions. La comparaison des modes de fonctionnement et le suivi de leur évolution serviront de pistes de recherche pour mieux cerner les facteurs institutionnels ayant conduit à la non-prise en compte de la dimension spécifique de risque présente dans les activités nucléaires.

Frédérick Lemarchand

MRSH CAEN

Projet de recherche exploratoire européo-japonais en SHS sur les conséquences de l’accident de Fukushima

Partant d’une connaissance approfondie des conséquences de Tchernobyl et développant son activité dans une perspective ouvertement pluridisciplinaire et internationale, l’équipe du Pôle Risque de la MRSH ambitionne, à travers le présent projet exploratoire, le consolider une problématique de recherche sur l’ensemble des conséquences sociales et anthropologiques de l’accident de Fukushima, en vue de se préparer à répondre aux appels à propositions futurs (NEEDS, ANR). Nous avons défini trois plans problématiques(sociologique/politique/anthropologique) afin de structurer un champ de questionnement volontairement large et ouvert, recoupant les trois axes de l’appel à propositions. Une mission de terrain de 8 jours (plus voyage) est prévue à la rentrée 2012. Il s’agira de rencontrer un ensemble d’acteurs ressource préalablement identifiés (en cours) et de mener auprès des populations (relogés ou vivant en zone contrôlée) des entretiens qualitatifs approfondis. Une journée de travail (workshop) sera consacrée aux échanges

Christophe Marquet

Maison franco-japonaise

Umifre 19

La recherche en SHS sur le nucléaire : approches et collaborations franco-japonaises

Nous proposons d’organiser un workshop franco-japonais intitulé : « La recherche en sciences humaines et sociales sur le nucléaire : comparaisons et collaborations franco-japonaises ». Ce workshop se donne trois objectifs. Le premier est de rassembler des chercheurs japonais et français des sciences sociales du nucléaire afin d’établir un dialogue. Le second objectif consiste à faire émerger de ce dialogue des perspectives de recherches communes. Enfin il s’agit de réfléchir aux manières de concrétiser ces perspectives en des propositions de projets de recherche en adéquation avec les programmes et les appels d’offre existants.

Mobilisation et formes de militantisme des femmes après la catastrophe nucléaire de Fukushima

Nous proposons de mener une enquête avec des chercheuses japonaises dans les trois préfectures touchées par le séisme et la catastrophe nucléaire de Fukushima (Fukushima, Iwate, Miyagi) sur les organisations sur le terrain et sur la mobilisation des femmes dans les différents types d’organisation. Cette enquête débouchera sur un workshop intitulé « Protection et mobilisation des femmes après la catastrophe nucléaire de Fukushima » organisé à la Maison franco-japonaise à la fin de l’année 2012.