Accueil > À la une

[Communiqué de presse] Mercure dans l’océan Arctique : quand la toundra sert de passeur

par Clément Blondel - publié le , mis à jour le

Pourquoi l’océan Arctique et sa faune sont-ils si contaminés par le mercure, alors qu’ils sont éloignés des principales sources de pollution ? C’est cette vieille énigme que vient de résoudre une équipe internationale, impliquant notamment des chercheurs CNRS du laboratoire Géosciences environnement Toulouse, du Desert Research Institute et de l’Université du Colorado (États-Unis) [1]. Ils démontrent que la végétation et les sols de la toundra séquestrent le mercure atmosphérique issu des activités industrielles des moyennes latitudes. Au printemps, lorsque la neige et le sol fondent en surface, le mercure piégé est libéré en grande quantité vers l’océan Arctique et s’accumule dans la faune marine. Ces conclusions, qui résultent de deux ans de mesures en Alaska, sont publiées dans la revue Nature le 13 juillet 2017. Cet étude fait partie du projet PARCS, Pollution in the Arctic System, financé par le Chantier arctique français.

© Yannick Agnan

Contact régional
 : Clément Blondel | 05 61 33 60 14

Voir en ligne : Le communiqué de presse du CNRS


[1Autres institutions impliquées : l’Université du Massachusetts – Lowell et le Gas Technology Institute – Des Plaines (États-Unis).