Accueil > La Mission pour la place des femmes au CNRS




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Présentation

Placée auprès de la Présidence, la mission pour la place des femmes au CNRS agit comme un observatoire chargé d’impulser, de conseiller et d’évaluer la prise en compte du genre dans la politique globale de l’établissement. La mission travaille en étroite collaboration avec les instituts scientifiques, les directions fonctionnelles (direction des ressources humaines notamment), les délégations régionales du CNRS et les laboratoires travaillant sur le genre. Elle compte des partenaires variés, en France comme à l’étranger : structures homologues au sein des universités, associations de femmes scientifiques et de chercheuses/eurs en recherche genre, réseaux professionnels de l’égalité des chances, etc.

Notre action s’articule selon trois axes principaux :

  • agir pour l’égalité professionnelle au sein du CNRS
  • promouvoir la transversalité de l’approche « genre » en recherche
  • valoriser les carrières scientifiques et techniques auprès des jeunes, notamment les filles
  • développer les partenariats européens et internationaux

Agir pour l’égalité professionnelle au CNRS

Plusieurs enquêtes et analyses, dont certaines réalisées à la demande de la mission, ont mis en évidence des écarts entre les situations professionnelles des femmes et des hommes. Une grande partie des mécanismes conduisant à ces écarts est aujourd’hui connue.

Notre premier niveau d’action vise à améliorer l’information de chacune et chacun et à partager l’état des lieux. Cela passe par la sensibilisation des actrices et acteurs susceptibles d’agir. Nous collectons et diffusons des indicateurs sexués. Depuis 2009, ils sont compilés, chaque année, dans le recueil La parité dans les métiers du CNRS, coproduit avec l’observatoire des métiers et de l’emploi scientifique de la direction des ressources humaines.

Cela passe, ensuite, par la mise en place d’actions volontaristes, notamment avec les communautés scientifiques et les réseaux spécialisés, qui sont, pour nous, un lieu privilégié d’échanges et de partage d’expériences. Avec nos partenaires associatifs notamment, nous mutualisons nos compétences respectives et capitalisons sur les succès rencontrés par certaines initiatives, françaises ou étrangères. C’est ainsi qu’avec l’association Femmes et mathématiques et les deux instituts scientifiques du CNRS en charge des mathématiques (INSMI) et de l’informatique (INS2I), nous avons initié en 2010 à l’occasion du dixième forum des jeunes mathématiciennes, une action de mentorat, au bénéfice de doctorant.e.s en mathématiques, discipline où les femmes représentent moins de 16% des chercheur.e.s au CNRS.

Promouvoir la transversalité de l’approche genre en recherche

Les recherches Genre sont pluridisciplinaires et ont vocation à voir leur interdisciplinarité renforcée.

En 2010, notre mission a lancé le recensement national des recherches sur le genre et / ou les femmes, en lien avec l’institut des sciences humaines et sociales (INSHS) et l’institut des sciences biologiques (INSB) du CNRS, avec un triple objectif :

  • renforcer la visibilité de ce champ de recherche
  • valoriser ses thématiques auprès d’un public averti
  • développer des échanges et des collaborations nationales et internationales.

Le rapport "Les recherches sur le genre et/ou les femmes en France" sera publié prochainement.

Le genre comme approche de recherche ou approche genre dépasse le champ des sciences humaines et sociales pour investir ceux de la biologie, de la chimie, des sciences de l’environnement… C’est naturellement que nous avons soutenu cette évolution et participé aux côtés des instituts du CNRS, à l’animation du réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) Études Genre, créé en 2010 pour une durée de 3 ans à l’initiative de l’INSHS. En interaction avec cet institut, nous apportons également notre soutien aux équipes de recherches travaillant sur le Genre à l’occasion de colloques, rencontres scientifiques, publications…

En 2012, c’est la Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS qui a élu le genre comme l’un des grands défis interdisciplinaires de l’organisme. Des appels à projets ont été lancés en 2013 et 2014, auquels est associée la Mission pour la place des femmes.

Valoriser les carrières scientifiques et techniques auprès des jeunes, notamment les jeunes filles

Les métiers scientifiques et techniques sont encore trop considérés comme traditionnellement masculins. De tels processus reposent sur des ressorts complexes. Ils relèvent à la fois du parcours, des goûts individuels et de l’histoire personnelle. Ils sont aussi façonnés par les stéréotypes sociaux, intégrés plus ou moins consciemment. Ces schémas sont décrits par les spécialistes de l’orientation et de la psychologie sociale. A cela, vient s’ajouter, en France, dans certaines disciplines, un phénomène de désaffection des jeunes générations pour ces carrières.

Or, du point de vue du CNRS, ces jeunes filles et garçons sont susceptibles de devenir les technicien.ne.s, ingénieur.e.s et chercheur.e.s de demain, son futur vivier de recrutement. Il est donc indispensable de poursuivre les efforts de sensibilisation autour de nos métiers. Et il est nécessaire de prendre en compte les mécanismes en jeu. Une de nos propositions consiste à diversifier les profils que nous mettons en exergue et participer ainsi à l’émergence de nouveaux modèles, notamment féminins. Cela revient, par exemple, à valoriser les femmes lauréates de distinctions honorifiques, mais également à faire mieux connaître celles et ceux qui ont des parcours, certes plus classiques ou moins flamboyants, mais néanmoins réussis.

Nous mettons aussi en avant des secteurs particulièrement touchés par la faiblesse des effectifs féminins et par la désaffection des étudiant.e.s. C’est le cas avec Physique de femmes, l’exposition et le film, dont le succès depuis six ans ne se dément pas. Une succes story qui se décline à l’international avec une itinérance de l’exposition en Afrique du Sud et aux Etats-Unis mais aussi avec la création d’une exposition jumelle au Québec, dans le cadre du concours Chapeau les filles ! et de son volet Excelle’Science.

Développer les partenariats européens et internationaux

Pour développer ses actions dans ces trois axes, la Mission s’est engagée dans plusieurs partenariats en Europe et à l’international, en particulier aux Etats-Unis et au Canada.

Le projet INTEGER soutenu par le 7e PCRD européen a ainsi été lancé en 2011. Coordonné par la Mission pour la place des femmes, il vise à créer un changement structurel durable au sein des établissements de recherche et d’enseignement supérieur afin d’améliorer la l’égalité professionnelle entre chercheuses et chercheurs. Au CNRS, il cible plus particulièrement la physique et les mathématiques. Depuis fin 2013, la Mission est également coordinatrice d’un nouveau projet soutenu par le 7ème PCRD européen, l’ERA-NET GENDER-NET, consacré à la promotion de l’égalité professionnelle entre femmes et hommes au sein des institutions de recherche et à l’intégration de la dimension de genre dans des contenus de recherche.

> Télécharger la fiche de présentation de la mission (PDF - 2 pages)

Dernière mise à jour : 13 mars 2015