Accueil > Quel est l’état des lieux au CNRS ?




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Rémunérations et conditions de travail

Les traitements indiciaires moyens s’élèvent, pour les chercheur·e·s, à 4 011,60 € pour les femmes et à 4 254,40 € pour les hommes, ce qui représente un écart de 242,80 €. La même considération vaut pour les ingénieur·e·s. Les traitements indiciaires moyens s’élèvent à 2 953,90 € pour les femmes et à 3 303,50 € pour les hommes, avec un écart de 349,60 €. Dans le cas des technicien·ne·s, les traitements indiciaires moyens s’élèvent à 2 156,30 € pour les femmes et à 2 254,80 € pour les hommes, ce qui représente un écart de 98,40 €.

Les écarts de rémunération entre femmes et hommes existent pour chaque catégorie de personnel mais sont globalement plus importants chez les IT que chez les chercheur·e·s.

Quelle que soit la prime considérée, le montant moyen alloué aux femmes est inférieur à celui destiné aux hommes. Ces derniers sont, par ailleurs, plus nombreux à percevoir, la prime d’excellence scientifique (même proportionnellement au nombre de chercheurs) ou l’indemnité spécifique pour fonction d’intérêt.

Les femmes représentent 88,1 % des personnels travaillant à temps partiel. 16,1 % des femmes travaillent à temps partiel alors que seuls 1,6 % des hommes choisissent cette possibilité. En 2013, plus de la moitié des personnels formés au CNRS sont des femmes.

Source : « La parité dans les métiers du CNRS 2013 », paru en décembre 2014, dont les contenus sont consultables de manière interactive via l’URL : http://bilansocial.dsi.cnrs.fr/ rubrique Parité