Accueil > Agir pour l’égalité professionnelle > Projet européen INTEGER > INTEGER au fil du temps




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Le 29 juin 2012, au siège du CNRS à Paris, l’équipe de coordination du projet INTEGER a organisé deux séminaires thématiques afin de préparer le plan d’action pour l’égalité professionnelle qui doit être mis en œuvre dans le cadre du projet à partir de l’automne 2012. Ces séminaires, destinés à la direction du CNRS et aux équipes de mise en œuvre du projet, ont été animés par des leaders scientifiques étrangers ayant déjà une expérience de la mise en œuvre de plans d’actions égalité au sein de leur établissement et/ou de leur département scientifique – Abigail Stewart, professeure de psychologie et women’s studies à l’Université du Michigan aux États-Unis et Paul Walton, professeur de chimie à l’Université de York au Royaume-Uni – aux côtés de Catherine Thinus-Blanc, directrice de recherche émérite au CNRS en psychologie cognitive, et d’Anne Pépin, responsable du projet INTEGER pour le CNRS.

Le séminaire de la matinée a réuni les membres – ou leurs représentant-e-s – du futur Senior Management Team du projet INTEGER, parmi lesquels figuraient le Président du CNRS, le directeur adjoint des ressources humaines, le Président de la CPCN et la secrétaire générale du Comité National, le directeur de l’INSMI et des représentant-e-s du directeur de l’INP et de la directrice de l’INSIS, ainsi que le directeur de la DIST et la directrice de la Communication du CNRS.

L’après-midi, était conviés les membres pressentis pour les équipes de mise en œuvre du projet (Implementation Teams), au niveau local comme au niveau institutionnel, à savoir : des représentant-e-s des directions de l’INSMI et de l’INP, les directeurs des deux laboratoires qui seront plus particulièrement ciblés par les mesures locales (l’Institut de mathématiques de Jussieu et l’Institut Néel) et des représentant-e-s des personnels chercheurs de ces deux unités, des présidents et/ou membres des sections du Comité national concernées, des membres des conseils scientifiques de l’INSMI et de l’INP, des responsables de services de la direction des ressources humaines particulièrement concernés, et enfin, des membres de la Mission pour la place des femmes au CNRS.

Chaque séminaire s’est structuré autour de plusieurs temps forts.

Anne Pépin, coordinatrice du projet INTEGER pour le CNRS, a ouvert les sessions par la présentation des objectifs du projet et du contexte européen et international en matière d’égalité professionnelle en STEM (Science, Technology, Engineering and Mathematics). Elle a poursuivi avec la restitution des premiers résultats de l’enquête en ligne INTEGER, visant à analyser les parcours et aspirations de carrière, ainsi que les perceptions et expériences personnelles des chercheuses et chercheurs de l’INSMI, l’INP et l’INSIS, et les premières observations recueillies lors des visites sur sites effectuées à l’Institut Néel et à l’Institut de mathématiques de Jussieu les 20 et 21 juin 2012. Catherine Thinus-Blanc, experte à la Mission pour la place des femmes au CNRS, a ensuite sensibilisé les participant-e-s à l’influence des stéréotypes sociaux de genre, en particulier en mathématiques.

Dans un deuxième temps, les deux intervenant-e-s étranger-e-s ont partagé leur expérience dans la mise en œuvre de plans d’actions pour l’égalité professionnelle aux États-Unis et au Royaume-Uni. Abigail Stewart, Distinguished University Professor of Psychology and Women’s Studies et Chaire Sandra Schwarz Tangri de l’Université de Michigan, a exposé les différentes mesures phares du programme ADVANCE, dont elle est directrice à l’Université de Michigan, qui ont permis de générer un véritable changement institutionnel dans son établissement. Le programme ADVANCE – développé avec le soutien de la National Science Foundation dans de nombreuses universités américaines depuis 2001 – a pour objectif d’améliorer le cadre de travail et la progression de carrière des femmes du corps professoral en sciences et ingénierie et d’accroître leur visibilité et leurs accès au leadership universitaire. Paul Walton, ex-directeur du département de chimie de l’Université de York, a quant à lui exposé les mesures qu’il a mises en place au département de chimie de l’Université de York afin de favoriser l’égalité professionnelle, et qui ont permis à son département d’être reconnu au niveau national par le label égalité Athena SWAN d’Or, tout en améliorant son excellence scientifique.

Pour conclure, Anne Pépin a présenté quelques premières propositions d’actions pour le CNRS – certaines s’inspirant directement des bonnes pratiques mises en place à l’Université du Michigan et à l’Université de York. Ces propositions ont été débattues avec les participant-e-s, futures parties prenantes du projet INTEGER, afin de préparer le plan d’action pluriannuel pour l’égalité professionnelle qui doit être mis en œuvre dans le cadre du projet. Ce plan d’action INTEGER sera affiné à l’automne 2012 en collaboration avec les équipes de mises en œuvre, une fois les résultats complets de l’enquête quantitative et qualitative restitués, puis validé par le Senior Management Team avant une mise en œuvre au CNRS à partir de novembre 2012.